18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Sept migrants de Calais à Saint-Etienne-de-Baïgorry

20/11/2015 | Partis de "la jungle' de Calais, en fin de matinée par auobus,3 Soudanais, 1 Afghan, 1 Tadjik et 1 Erythréen devaient arriver au petit matin dans cette vallée de la Basse Navarre

Saubt-Etienne-de-Baïgorry

"C'est pour le département des Pyrénées Atlantiques sa contribution au programme gouvernemental humanitaire d'accueil provisoire de personnes migrantes actuellement présentes dans le secteur de Calais" C'est en ces termes que le préfet des Pyrénées-Alantiques Pierre-André Durand, assisté du sous-préfet de Bayonne, Patrick Dalennes a expliqué jeudi soir à la sous-préfecture le transfert par autobus de sept migrants vers la vallée de Baigorri où ils devaient y parvenir dans la nuit. Explications de cette première disposition migratoire.

A compter de ce vendredi, et pour une durée de 3 mois, c'est à dire vers la mi-mars, pendant la période hivernale, le département des Pyrénées Atlantiques apporte donc sa contribution au programme gouvernemental humanitaire d’accueil provisoire de personnes migrantes actuellement présentes dans le secteur de Calais. Il y a bien pire comme destination puisqu'il s'agit du petit village de Saint-Etienne-de-Baïgorry, au coeur du Pays basque, à une cinquantaine de kilomètres de la Côte.

Cette disposition s'effectuera sous la responsabilité de la Direction départementale de la cohésion sociale et du service des étrangers de la Préfecture des Pyrénées Atlantiques et grâce au soutien technique de la municipalité et de son CCAS, auquel le préfet a rendu hommage.

Ce vendredi donc, sept personnes célibataires, (3 Soudanais, 1 Afghan, 1 Tadjik et 1 Erythréen ) seront accueillies dans le Village vacances familles du village de Basse Navarre dont la gestion est confiée à l’association Atherbea. Créée sous le nom d'Association Centre d'Accueil et Foyer Côte Basque, ses missions principales sont l’accueil, l’hébergement et la réinsertion sociale des personnes en détresse. "D'autres migrants seront accueillis dans les jours ou semaines à venir, le centre ayant une capacité d'accueil de 50 places et pourra même recevoir des familles. Cette association Atherbea a été retenue au vu de son professionnalisme et de son importante expérience en matière d’accueil de personnes migrantes comme d’accompagnement et d’insertion sociale de personnes fragiles", a ajouté le préfet. Il s'agit d'un centre de mise à l'abri des migrants de Calais.  La crise migratoire à laquelle l’Europe est confrontée a conduit à une intensification très soudaine de la présence de migrants dans le Calaisis qui cherchent à rejoindre le Royaume Uni. Au-delà des mesures annoncées pour renforcer la présence policière et faciliter l’accès à la demande d’asile en France des migrants, le Gouvernement a décidé que les migrants qui le souhaitent se voient proposer – avant l’entrée dans la période hivernale - une mise à l’abri dans des centres spécifiquement ouverts sur l’ensemble du territoire. En effet, à la suite de la visite du ministre de l’intérieur du campement de Calais le 21 octobre, le principe d’un accueil court délocalisé sur l’ensemble du territoire a été retenu." 

Cinquante séjourneront au VVF

Si le profil et la situation exacte des personnes accueillies dans notre département ne seront connus qu’à l’issue d’entretiens individuels réalisés dès ce vendredi par l’ Office Français de l’immigration et de l’intégration (OFII), quelles modalités de prise en charge ? Ces structures ne se substituent ni aux places mobilisées dans le cadre de la période hivernale (dont le dispositif 2015/2016 a été présenté début novembre à Pau et Bayonne) ni aux créations en cours de places de CADA (centres d’accueil des demandeurs d’asile). Un encadrement qualifié (3 travailleurs sociaux et 2 veilleurs de nuit) est spécifiquement recruté pour la période d’ouverture du centre qui bénéficie également de la mobilisation des bénévoles de la Croix Rouge, de la Banque Alimentaire, du Secours Catholique. Un bilan de santé sera effectué dès leur arrivée – ainsi qu’une prise en charge des éventuels soins – grâce  l’intervention du Centre Hospitalier de la Côte Basque et sa permanence d’accès aux soins de santé. La totalité des charges de fonctionnement (200 000 euros) se trouve assumée par l’Etat.

Quelle est la finalité de ce centre ? L’hébergement proposé est temporaire (séjour attendu d’un mois en moyenne) car les migrants accueillis n’ont pas vocation à s’installer durablement dans cette structure de mise à l’abri. Au-delà d’un accueil dans des locaux d’hébergement adaptés et d’une prise en charge alimentaire, sociale et médicale, l’intervention de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) permettra de réaliser des actions d’information tant en matière d’asile que d’aide au retour. En particulier, une action d’information visant à dissuader les personnes de se rendre à nouveau dans le secteur de Calais – les passages vers le Royaume Uni étant actuellement impossibles – sera réalisée. Une solution adaptée sera proposée à ces étrangers au vue de leur situation administrative et de leur parcours migratoire : accès à la demande d’asile en France, régularisation et le cas échéant réadmission (remise de la personne aux autorités d’un Etat européen auprès duquel la personne a fait une demande d’asile) ou retour au pays d’origine.
Mais Pierre André Durand de préçiser: "attention, il ne faut pas faire de confusion avec le programme d'accueil sur plusieurs années des 30 000 réfugiés signé par le gouvernement dans un parcours d'intégration, la démarche est totalement différente. Pour le cas présent, il s'agit d'une mise à l'abri provisoire de quelques trois mois, pendant l'hiver." A ce jour, dans les Pyrénées Atlantiques trois villes ont répondu présent à ce plan gouvernemental de l'accueil de 30 000 réfugiés sur le territoire français: Pau, Mourenx et Hendaye.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR et F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4692
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !