Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Vu de Gdansk : Rencontre avec Lech Walesa, retour sur les années Solidarnosc

02/02/2008 |

Mémorial des grèves de Gdansk

Gdansk, il y a dix ans la ville fêtait son millénaire. Lieu de nombreuses convoitises, au cours de l'histoire, entre Allemands et Polonais (ancien Danzig), son nom est, aujourd'hui, surtout associé au rôle de « berceau » de Solidarnosc. Presque 29 ans se sont écoulés depuis la fondation de, ce qui allait devenir, le plus grand mouvement d'opposition anti-communiste. Avec plus de 10 millions d'adhérents à son apogée, le syndicat Solidarnosc avait enclenché, dans les années 80, la chute progressive du rideau de fer. Mais que reste-t-il aujourd'hui en Pologne de Solidarnosc et de ses idéaux? Piotr Czarzasty a rencontré l'homme qui était la figure de proue du syndicat aux chantiers navals de Gdansk, Lech Walesa...

En 1989, Solidarnosc s'est retrouvé à un tournant. Après avoir « arraché », au gouvernement communiste sortant, l'accord pour convoquer les premières élections semi-libres depuis 1945, Solidarnosc ne savait plus quel rôle il devait endosser. Rester fidèle à ses fonctions et statut de syndicat ouvrier, ou, en tant que contrepoids politique du pouvoir communiste, briguer sa place? Au cours de son histoire post-communiste, Solidarnosc ne semble jamais avoir été en mesure de résoudre ce dilemme. Sauf entre 1997 et 2001 lorsqu'il arriva au pouvoir sous l'égide de son organe politique « Action Electorale Solidarnosc » (AWS). Cette expérience, très brève, se termine néanmoins brusquement avec l'échec du président de l'AWS - Marian Krzaklewski - aux présidentielles de 2000 et la défaite du parti aux législatives l'année suivante. La désintégration de l'AWS a laissé ses derniers partisans rejoindre les partis alors naissants de... Platforme Civique (PO), avec l'actuel premier ministre D. Tusk ; et de son homologue de droite, le parti de Droit et Justice (PiS) des frères Kaczynski.

89'- un défi politique pour Solidarnosc

Solidarnosc n'a-t-elle donc pas réussi à relever un défi politique, ou, une fois ses principaux objectifs acquis, la transition vers la démocratie libérale et l'économie de marché s'est-elle avérée plus difficile que prévue? « Nous avions trois missions à accomplir avec Solidarnosc. » nous dévoile son ex-président Lech Walesa : « d'abord, l'établissement d'un pouvoir soudé autour d'un monopole le plus large possible, afin de s'opposer aux communistes. Ensuite, une division afin de garantir un pluralisme politique ; et enfin une coalition rationnelle pour gérer le pouvoir dans un esprit de compromis. » Ces trois missions furent accomplies avec succès selon Walesa. Le président de la filière territoriale de Solidarnosc à Gdansk, Krzysztof Dosla, ne semble pas partager cette lecture optimiste de l'histoire contemporaine.

Un bilan mitigé

Il souligne, certes, les succès évidents de l'entrée de la Pologne dans l'UE ou dans l'espace Schengen ;l'aboutissement à la fondation d'une démocratie, d'un Etat de citoyens libres, après celui ou le pouvoir résidait du côté de « la matraque policière, du tank et du fusil. » Les coûts de la transition furent néanmoins considérables avec notamment, une privatisation souvent mal conduite et trop précipitée, le manque d'emploi, une émigration massive « gagne-pain », « Ces derniers facteurs ont prouvé que pour tous ces émigrés on a manqué de place en Pologne. » explique Krzysztof Dosla. L'instabilité au sein des élites au pouvoir venait encore renforcer le désenchantement pour la nouvelle démocratie, ainsi que pour Solidarnosc.

« Je répétais toujours que Solidarnosc devait faire attention de ne pas mêler ses missions de syndicat avec ses ambitions politiques » s'impatiente Lech Walesa. « Il ne faut pas oublier que M. Walesa n'était pas libre de faire usage de Solidarnosc en tant qu'outil politique » rétorque M. Dosla: « Cette période de mésalliance entre Solidarnosc et AWS est bel et bien terminée. Le mouvement se concentre aujourd'hui sur ses tâches de syndicat. On revient aux origines. » conclue-t-il.

Walesa quitte Solidarnosc

L'histoire de Solidarnosc semble avoir décidément tourné la page. Et ceci après que Lech Walesa, le leader emblématique du syndicat, ait quitté les rangs de celui-ci en août 2006. « Je ne me voyais plus parmi ceux qui s'affichent clairement du côté des frères Kaczynski. » explique Walesa: « ...du côté d'hommes politiques, dont le discours est rempli de populisme et de démagogie ; qui ne savent pas gouverner sans chercher d'ennemis autour d'eux. » Krzysztof Dosla voit les raisons du départ de l'ex-président polonais d'un oeil différent: « A partir du moment où Walesa est devenu président de la République, son chemin et celui du Syndicat se séparaient. » remarque-t-il : « son départ n'était que la conséquence logique de ses nouvelles fonctions. »

Un vent nouveau

En octobre dernier, le pouvoir en Pologne a changé de camp. Un « descendant » libéral de Solidarnosc, Donald Tusk, qui plus est, originaire de Gdansk, vient de prendre les rênes du gouvernement. « Je pense que la direction est la bonne. » confie Walesa. Un sentiment de nostalgie émane cependant encore de ses réflexions: « J'ai été leader de Solidarnosc, président, maintenant je suis ex-président de la République. » rappele-t-il: « J'ai toujours suivi la voix de la nation. On ne pourra, tout de même, jamais me reprocher, que j'ai manqué de projets pour le pays. On ne m'a plus fait confiance, c'est tout. »

Piotr Czarzasty

Photos: Aqui!, mmarek

Partager sur Facebook
Vu par vous
460
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !