Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/20 | Relance du projet de liaison routière entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon

    Lire

    Les présidents et sénateurs des départements de Vendée et de Charente-Maritime ont rencontré ce jeudi Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat en charge des Transports, rappeler les engagements de l'Etat pris par Vals en 2015 pour accompagner la création d'une nouvelle liaison autoroutière entre Fontenay le Comte et Rochefort. Djebbari a proposé d'étudier 2 options : un projet autoroutier ou un tracé reprenant prioritairement les itinéraires existants. Une réunion est prévue d'ici fin mars.

  • 25/01/20 | Niort : Jérome Baloge retourne en campagne.

    Lire

    Le maire Jérôme Baloge (PRG) a annoncé vendredi soir qu'il était candidat à sa succession aux prochaines municipales. Il dévoilera les grandes lignes de son projet dans un courrier à ses administrés et à travers des réunions publiques à partir de début février. Une inauguration de sa permanence est prévue ce mardi 28 janvier. Le 15 mars prochain, sa liste "Niort tous ensemble" affrontera dans les urnes une liste RN, une PS "Niort en +", une EELV "Niort Citoyenne, écologique et solidaire".

  • 24/01/20 | Retraites: mobilisation toujours importante en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Septième journée de manifestations contre la réforme avec une mobilisation élevée en Nouvelle-Aquitaine : 7500 personnes à Bordeaux selon la préfecture, 2000 à Périgueux, 3000 à La Rochelle, un millier à Saintes, 750 à Rochefort, 1500 à Angoulême gilets jaunes en tête, 3000 à Bayonne, 4000 à Pau, 1500 à Mont de Marsan, un millier à Agen, 2000 à Niort, 3000 à Poitiers 600 à Châtellerault, 1200 à Brive, 700 à Guéret.

  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L'association Wintegreat aide les réfugiés dans leur intégration à Bordeaux

26/02/2019 | Wintegreat, l’association qui œuvre pour l’intégration des réfugiés en France.

Wintegreat : le logo de l'association

L’association Wintegreat permet à des personnes réfugiées ou sous protection subsidiaire de s’intégrer durablement au système français par le biais d’un programme éducatif et d’activités professionnelles qui répondent à leurs qualifications, mais aussi grâce à un accompagnement et suivi personnalisé.

L’association Wintegreat a été créée à Paris le 15 septembre 2015 par Théo Scubla et Eymeric Guinet qui se sont rencontrés pendant leurs études à l’ESCP Europe Business School à Paris au moment même où la crise des réfugiés battait son plein. Parler de cette réalité ne leur suffisait pas ; ils souhaitaient, au contraire, agir sur le long terme et ainsi lutter contre une forme latente de misérabilisme en proposant à certains réfugiés de s’intégrer durablement sans déclassement. Ainsi, pour mettre fin à ce qu’ils voyaient comme “un gâchis de talents,” ils mettent en place cette initiative dont le principe fondateur est l’optimisme. Cette association a, depuis, fait des émules et a ouvert des antennes dans huit grandes écoles françaises. En janvier 2017, Sciences Po Bordeaux en ouvre une. Elle accueille, chaque année, une vingtaine de réfugiés. “Wintegreat veut être la passerelle manquante entre les talents des personnes réfugiées et les opportunités en France,” nous dit Louise Haden, étudiante en Master 1 Coopération Internationale de développement et directrice du programme à Sciences Po Bordeaux. Marquée par la vision des choses en termes de politique sociale et migratoire lors de son Erasmus en Angleterre, Louise décide d’intégrer ce programme dès sa troisième année. “La crise des réfugiés était une actualité ; j’avais envie de m’engager. Cette association propose une solution sur le long terme en matière d’insertion professionnelle et d’intégration en France.

Sous certaines conditions

La France accueille plus de 43 000 réfugiés par an. Il est dit d’une personne réfugiée qu’elle a fui son pays afin d’échapper à un danger, qu’il s’agisse d’une guerre, de persécutions ou d’une catastrophe naturelle, pour ne citer que quelques raisons.

Afin d'intégrer le programme “Wintegreat”, plusieurs conditions sont requises : il faut être âgé de plus de 18 ans, avoir obtenu le statut de réfugié (soit être personnellement en danger dans son pays d’origine) ou être sous protection subsidiaire (soit être originaire d’un pays défini comme dangereux), avoir un niveau éducatif suffisant pour pouvoir suivre des études supérieures (équivalent du baccalauréat par exemple) et vouloir rester en France. Ces personnes doivent également être disponibles pour les heures de cours et avoir nécessairement un niveau A1 en français. Bien que le programme soit gratuit, leur présence est, par ailleurs, obligatoire. Cependant, le critère le plus important reste la motivation.

Syrie, Afghanistan, Soudan, Sri-Lanka, Ukraine…

Pour son cinquième semestre, le programme a débuté à Bordeaux au début du mois de février. La promotion est composée de 25 réfugiés qui sont accompagnés par 58 étudiants bénévoles de Sciences Po Bordeaux. Chaque profil de réfugié est différent et chacune des personnes ont des objectifs qui leur sont propres. Ils ont entre 21 et 59 ans mais la majorité d’entre eux sont âgés de 25 à 35 ans. Ils sont journalistes, commerciaux, informaticiens, enseignants pour certains, en reprise d’études dans l'audiovisuel et le management pour d’autres. Beaucoup d’entre eux se sont engagés pour les droits de l’homme dans leur pays et aimeraient continuer dans cette voie, comme travailler dans des organisations nationales.

Cette promotion est composée de Syriens, d’Afghans, de Soudanais, de Sri-Lankais et d’Ukrainiens. Chacun bénéficie d’un accompagnement personnalisé encadré par trois bénévoles. Ils suivent un programme intensif pendant 12 semaines : 20 heures de cours par semaine minimum dont 12 heures de français/langue étrangère (FLE) et 2 heures d’anglais. Ils doivent également assister à un cours de 2 heures intitulé ‘Vivre en France’ qui est dispensé bénévolement par des professeurs de Sciences Po, sur des thématiques différentes chaque semaine : la laïcité, les femmes en France, comment ouvrir un compte en banque, par exemple. A cela viennent s’ajouter 2 heures d’un module professionnalisant qui inclue des workshops, des interventions hebdomadaires de professionnels avec pour thèmes : comment se présenter, comment faire un CV, comment fonctionne la recherche d’emploi en France, etc.

Trois stades d’encadrement : le buddy, le coach et le mentor

Le buddy et le coach sont des étudiants de Sciences Po ; le mentor fait partie du monde professionnel bordelais.

Le buddy aide les étudiants à pratiquer la langue française. Les discussions sont moins formelles, ils sont là pour créer du lien social dans un esprit de partage. Ils se rencontrent, en moyenne, une fois par semaine. Des sorties sont organisées (expositions, théâtre, cinéma, visites de la ville) pour leur apprendre à pleinement s’intégrer dans la métropole bordelaise. Agathe Thomas, étudiante en quatrième année à Science Po Bordeaux témoigne : « J'ai connu l’association grâce à une présentation qui a été faite au sein de l’école mais aussi aux e-mails communs à l’école. Devenir membre a été une évidence. J’ai donc rejoint l’association en tant que buddy lors du deuxième semestre de ma seconde année. Je suis là pour accompagner le participant dans l'apprentissage du français et aider à son intégration dans la vie bordelaise. »

Pour aider les participants, le coach aide le bénéficiaire à préciser son projet futur, comme par exemple au niveau des démarches à effectuer pour s’inscrire à l’université ou comment faire valider un diplôme étranger. Son rôle est de suivre ses progrès et de l’épauler lorsqu’il rencontre des incertitudes. Le coach travaille en binôme avec le mentor. « Ces derniers sont là pour les aiguiller dans leur recherche du monde professionnel et leur insertion, »  nous apprend Louise Haden. Le mentor donne son avis en tant que professionnel et met son expérience et son réseau au service de ce programme, pendant 6 à 8 mois aux côtés de 2 étudiants de Sciences Po Bordeaux.

« Notre but est de leur donner tous les outils nécessaires et leur offrir des opportunités professionnelles, mais c’est à eux de les saisir. Par contre, il est important que cela se fasse sans déclassement par rapport à ce qu’ils faisaient dans leur pays d’origine, » insiste Louise Haden.

Dans un département, la Gironde, dont Louise Haden rappelle qu'il s'agit de l'un des premiers départements qui accueille le plus de réfugiés en France, il s’agit là d’une opportunité pour les participants comme pour les étudiants qui s'engagent auprès d’eux. « Bien qu’ayant peu de grande marge de manoeuvre en tant qu’étudiants, nous pouvons faire beaucoup. Il ne faut donc pas hésiter. Le fait que nous soyons tous de culture différente est enrichissant,» conclut Louise Haden.

Alizé Sibella
Par Alizé Sibella

Crédit Photo : Wintegreat

Partager sur Facebook
Vu par vous
4456
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !