Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

  • 18/06/21 | Gan a sa voie verte

    Lire

    La commune de Gan dans les Pyrénées-Atlantiques souhaite achever la réalisation de la voie verte de la vallée d’Ossau traversant son bourg. Les aménagements concernent les revêtements en dur, la sécurisation, la plantations et la signalisation. La continuité de cette voie verte sera assurée par le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques qui procède actuellement aux études de tracés en site propre pour rejoindre Buzy.

  • 18/06/21 | Deux-Sèvres: La Fromagerie des Gors s’agrandit

    Lire

    A Melle, dans les Deux-Sèvres, la Fromagerie des Gors produit le Chabichou du Poitou et le Mothais sur Feuille. Suite à la reprise de l’entreprise en janvier 2020, son objectif est aujourd’hui d’augmenter sa surface de production afin de répondre à la demande du client. Pour cela, elle va construire une extension de 140 m² à son bâtiment et acquérir des équipements de salage et de lavage.

  • 17/06/21 | Mérignac : dimanche dernier jour de vote pour le budget participatif !

    Lire

    Dans le cadre de son budget participatif, la Ville Mérignac (33)consacre une enveloppe de 350 000 euros pour réaliser les projets qui auront reçu le maximum de votes en ligne. Dans ce cadre, 51 projets aux thématiques diverses ont été proposés par les Mérignacais : éducation, environnement, numérique, jeunesse, culture, patrimoine, cadre de vie, mobilités... A ce jour près de 6000 votes ont été enregistrés sur le site dédié, pour ceux qui n'auraient pas encore voter, il ne reste plus que 4 jours pour découvrir et voter pour vos projets préférés! Rdv sur budgetparticipatif.merignac.com

  • 17/06/21 | Corrèze : Des Tiny House au Castang

    Lire

    Suite à la reprise de Tiny Eco.Rrèze, les nouveaux repreneurs souhaitent développer une nouvelle activité : la construction et la vente de tiny house, les mini-maisons roulantes fabriqués uniquement avec des produits locaux. Au coeur de ce projet, l’approche écologique avec des toilettes sèches, un traitement des eaux grises par phytoépuration notamment. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 8 000 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

A la Ferme Maubay, les céréales et les œufs se métamorphosent en crêpes

28/05/2017 | Le couple Maubay de nouveau sur le Salon de l'Agriculture nous livre son expérience : de la fabrication de leur propre farine à sa transformation en crêpes.

Christophe Maubay, éleveur et producteur de blé, sur son stand au Salon de l'Agriculture

L'exploitation de la Ferme Maubay, située à Arvert en Charente-Maritime, est tenue par le couple Christophe et Nathalie Maubay. Cette ferme repose avant tout sur la production de blé (environ 90 hectares, sur les 100ha de leur exploitation), qui leur permet de fabriquer de la farine. Mais ils cultivent également de l'orge, de l'avoine et du maïs, pour la farine et majoritairement pour nourrir leurs bêtes. De fait, ils possèdent une soixantaine de vaches à viande, aussi bien des Limousines que des Parthenaises, ainsi que 200 poules pondeuses, uniques fournisseuses des œufs qu'ils incorporent aux divers ingrédients qui constituent leur pâte à crêpe. Des crêpes destinées à la commercialisation en circuits-courts.

Des crêpes comme contestation

Le couple a commencé à produire et à fabriquer sa farine en 2008, à la suite d'une baisse du court du blé et d'une hausse du prix du pain. Christophe Maubay explique : « Je suis militant, je ne pouvais pas laisser ça arriver » et, Nathalie d'ajouter : « rien que pour produire notre pain, il faut l'équivalent de 8 hectares de blé ». Ainsi, entre constat et contestation, ils décident de produire eux-mêmes leur propre farine. Une farine de blé, sans pesticides et sans engrais, classifiée T80, c'est-à-dire qu'elle est semi-complète, qu'ils moudent grâce au moulin d'un ami. Leur blé est composé de 33 variétés de blés différentes ce qui leur permet d'obtenir une farine de bonne qualité et qui lève bien, parfaite pour les pâtes à pain ou à pizza.

Une difficile commercialisation

Mais la quantité de farine destinée à la vente, n'obtient que peu de succès; alors le couple se lance dans la production de crêpes pour la valoriser en la transformant. Ils profitent de ce changement, en 2010, pour aggrandir leur ferme, en ajoutant à leur élevage 200 poules pondeuses. Les exploitants se servent dès lors des œufs obtenus pour les intégrer à la précieuse pâte à crêpe, toujours dans une logique militante de pouvoir assurer aux clients une origine à la fois saine et contrôlée des produits servant à la fabrication des crêpes. Le lait étant pour sa part fourni par un éleveur « du coin ».

Toujours dans cette logique de proximité et de circuits courts, la commercialisation des crêpes se fait uniquement sur des marchés de producteurs. Mis à part les ventes de crêpes, ils bénéficient d'un revenu provenant de leurs vaches à viande vendues en boucherie. En plus de leur travail dans les champs et sur les marchés, Christophe a choisi de conserver son métier d'éleveur qu'il avait débuté en 1993 en s'installant à Arvert. Depuis 3 ans, sa charge de travail est soulagée grâce à l'acquisition d'un moulin électrique motorisé, qui leur procure à lui comme à sa femme, uniques agriculteurs de la ferme, plus d'indépendance, de sorte qu'ils soient, et pour leur plus grand plaisir, leur « propre patron ».

Carole Le Goff
Carole Le Goff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4483
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -