Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Un plan de vol chargé pour l'ADS Show 2018

24/09/2018 | La quatrième édition du salon de la maintenance aéronautique prendra ses quartiers à la base 106 fin septembre, dans un contexte politique très agité. Voici pourquoi.

ADS Show 2018

L'été n'a même pas encore pointé le bout de son nez que, déjà, certains pensent au coup d'après. C'est le cas des organisateurs de l'ADS Show, le grand rendez-vous aquitain (et international) des acteurs du MCO aéronautique et de défense (Maintien en Condition Opérationnelle, autrement dit la maintenance des appareils). Un secteur hautement stratégique pour la Région Nouvelle Aquitaine mais aussi, plus globalement, un enjeu très fort au niveau de l'économie et de la formation. Et même s'il ne prend date qu'en septembre (les 26 et 27 très précisément), on vous dit quand même pourquoi il s'annonce comme un carrefour stratégique important.

Restructuration

Officiellement, la France se situe comme le premier marché européen en matière de MCO dans le secteur de la Défense, avec un budget prévisionnel du Ministère des Armées de trois milliards d'euros par an (+25%) pour assurer le maintien en condition opérationnelle de ses flottes aériennes en 2018. Ça, c'est pour le discours officiel. En moins lisse, la raison pour laquelle la Défense s'intéresse aux acteurs de la maintenance aéronautique, c'est notamment parce que le taux de disponibilité des aéronefs militaires nationaux n'est pas vraiment dans le peloton de tête. Pour en attester, les rapports ne manquent pas. Le dernier en date, rédigé par le spécialiste Christian Chabert (ingénieur général de l'armement), sur lequel s'est basée la Ministre Florence Parly pour annoncer une mission spécialement dédiée au Maintien en Condition Opérationnelle), montre en effet que la disponibilité des flottes des forces françaises stagne autour de 44% depuis 2012, soit moins d'un aéronef sur deux capable de réaliser la mission pour laquelle il a été demandé. Pour tenter de faire face à cette faille importante, le projet de loi de programmation militaire 2019-2025 (en ce moment étudié au Sénat) prévoit donc de moderniser les processus et les outils de ce fameux MCO. C'est sans doute la raison pour laquelle la nouvelle direction de la maintenance aéronautique fait les yeux doux à la mise en concurrence telle qu'elle est déjà réalisée dans des services comme la DGA (Direction Générale des Armées). Même si les premiers contrats ne sont pas attendus avant la fin de l'année voir au début 2019 (pour les flottes dont les performances sont les moins bonnes notamment, comme l'A 400M ou le Rafale pour les avions), leur durée pourrait s'étaler sur cinq ou dix ans. L'innovation est elle aussi un levier sur lequel l'armée compte jouer, notamment auprès des industriels, qui travaillent déjà depuis plusieurs années sur la maintenance prédictive (on pense notamment à Dassault et Airbus et leur nouveau projet, pour ne citer qu'eux).

Ambitions locales

Voilà pour le contexte. Là où la Nouvelle Aquitaine entre en jeu, c'est dans sa capacité à mettre en place ses forces pour contribuer à ce vaste plan. Par exemple, à la fin du mois de mars dernier, la naissance de la DMAé (Direction de la Maintenance Aéronautique) sur la base aérienne de Bordeaux-Mérignac n'avait évidemment rien d'un hasard : c'est dans la région que l'on trouve déjà les DGA, SIAé, états-majors, unités opérationnelles et de très nombreuses entreprises de la filière aéronautique, l'un des poumons économiques locaux, avec pas moins de 60 000 emplois, dont un tiers dans la défense et douze centres de formation (dont trois sont spécialisés dans la maintenance, Aérocampus étant en bonne place). Le fait que le seul salon européen dédié au MCO se déroule sur la même base aérienne de Bordeaux-Mérignac tous les deux ans, et s'apprête à rempiler pour une quatrième édition les 26 et 27 septembre prochain arrive donc à point nommé, au carrefour des ambitions politiques et économiques nationales, chantier dont le président de la Région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, n'a jamais cessé de s'emparer (même pour défendre son pré carré). La Région ne se prive d'ailleurs jamais d'abonder la filière ASD en fonds publics : plus de 20 millions d'euros par an selon les derniers chiffres, dont 45% sont dédiés à l'innovation. "C'est un enjeu industriel considérable", a réaffirmé Alain Rousset, "autant en termes d'emplois industriels que de formation. La révolution de la maintenance prédictive, le fait que demain, on puisse réparer les moteurs en fonction de l'usure, c'est une révolution technologique colossale, il était donc normal d'avoir un lieu de visibilité, de rencontre, d'échanges". 

Vitrine et enjeux

C'est ce qu'est devenu, petit à petit, l'ADS Show. Car le moteur tourne à plein régime : en 2017, le secteur ASD (Aéronautique Spatial Défense) national enregistrait le premier solde excédentaire de la balance commerciale nationale avec 17 milliards d'euros. Régionalement, la Nouvelle Aquitaine ne compte pas moins de six milliards d'euros de chiffre d'affaire global, à 60% à l'export. Le fait que l'ensemble des acteurs de la filière à l'échelle européenne compte répondre présent n'est donc pas une surprise. Le salon en lui même se déploiera au travers de cinq pôles stratégiques d'activité : ISR et combat (aéronefs et drones), appui, transformation numérique (c'est là, notamment, que l'on retrouvera la transformation additive utilisant le laser, une autre spécificité régionale...) et enfin un important pôle dédié aux "formations innovantes" (sujet chaud s'il en est). C'est que, comme aime souvent à le rappeler Jérôme Verschave, directeur d'Aérocampus, les besoins en bras du secteur ne cessent de croître (depuis 2009 selon le Gifas, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, qui a récemment avancé le chiffre de 12 000 recrutements prévus en 2018 face à des carnets de commandes déjà bien remplis). "Souvent, on se représente la filière à travers des métiers comme les pilotes, stewarts et ingénieurs. Mais le gros des troupes est dans la maintenance. L'année 2018 a commencé très mal en termes de sécurité des avions. Or, on estime que leur nombre va encore grimper dans les années à venir, avec des risques de crash et des questions de sécurité d'autant plus importantes. Ces gens dont on ne parle pas, c'est aussi ça l'enjeu d'un tel salon", a d'ailleurs souligné ce dernier.

Mais l'ADS Show, de l'aveu même d'Aymar de Blomac, son Commissaire Général, ne compte pas être simplement une vitrine bonne à serrer des mains, il vise plus concret. À travers différents temps forts (réflexions et échanges stratégiques au travers d'un grand séminaire, rencontres entre entreprises et donneurs d'ordres pour le volet économique et présentation des innovations qui est la grande nouveauté cette année,  le volet "démonstration" restant le centre névralgique de l'évènement), l'ADS, qui attend chaque année entre 4500 et 5000 visiteurs "rêve de devenir le premier salon en termes de maintenance globale aérienne". "L'enjeu du MCO pour les armées, raison pour laquelle nous devons être au rendez-vous de toute cette innovation, c'est la garantie de notre autonomie d'action et de posséder un armement à long rayon d'action. La capacité à former des experts est donc un moyen évident d'améliorer ce soutien global à la soutenabilité des systèmes d'armements", a pour sa part justifié Pascal Delerce, Général de brigade aérienne du corps des officiers de l'air. Il n'y a qu'à voir l'important développement du volet business (pas moins de 1000 rendez-vous programmés) pour constater les ambitions plurielles et hautement stratégiques d'un tel rendez-vous. Et si son aspect biennal n'a pour l'instant pas été remis en cause, on nous a murmuré que les organisateurs comptaient déjà réfléchir à la tenue d'un séminaire annuel pour 2019. En attendant l'intentionnelle vitrine imposée par la future Cité Aéronautique, le contexte de rentrée devrait permettre à l'ADS Show d'être scruté de près... 

L'info en plus : pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur le programme et l'aspect pratique de ce salon se déroulant sur la BA 106, rendez-vous sur le site officiel de l'évènement www.adsshow.eu.

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : ADS

Partager sur Facebook
Vu par vous
9818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -