Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Ambiance de QG

24/04/2017 | Cinq réactions à vif à l’annonce des résultats

Au Parti socialiste, les chaises vides et Amertume au QG de François Fillon

Liesse, silence, abattement, voire larmes… La rédaction des étudiants EFJ s’est immiscée dans les QG d’En Marche !, des Républicains, de la France insoumise et du Parti socialiste à l’heure fatidique. Revue d’ambiances et de réactions à l’annonce des résultats.

Au Parti socialiste, les chaises vides«J’ai envie de vomir », lâche un jeune militant PS. Au soir du premier tour, au QG du Parti Socialiste de la Gironde, les jeunes militants font grise mine. Ils sont les seuls supporters à s’être rendus au QG pour l’annonce des résultats.La salle est presque déserte. Une trentaine de sièges vides habillent tristement la salle. Une bouteille de Coca-Cola, des crackers, une bouteille de Haut Médoc… triste victuaille pour une soirée électorale. Quinze minutes avant l’annonce des résultats, Ines Bouti, 18 ans, jeune militante, espère « une remontada » de la part du candidat socialiste.

« Hamon parlait d’avenir »

À 20h, la dizaine de supporters se regroupe devant l’écran géant de la salle. « Je suis malheureux parce que Marine Le Pen est au second tour. Je voterai Macron au second tour » déclare, les larmes aux yeux, Julien Timo, récent adhérent au Mouvement des Jeunes Socialistes. « Joyeux anniversaire » lance une supportrice à Yann Herber. Arrivé vingt minutes après l’annonce des résultats, le secrétaire général des MJS n’a pas le cœur à la fête : «  Hamon parlait d’avenir. Je comptais sur cette élection pour faire passer la France au XXIe siècle. »

Amertume au QG de François FillonMoins d’une minute, c’est le temps qu’il aura fallu aux partisans de François Fillon pour quitter le QG à l’annonce des résultats, sans même attendre le discours de leur champion. Une trentaine de partisans s’était réuni au Café Simeone Del Arte, place Camille Julian à Bordeaux.

« Choisir entre la peste et le choléra »

Ce soir-là, l’ambiance était tendue et les militants peu confiants. La seule réaction à 20h fut un « putain de merde », lâché par un homme d’une cinquantaine d’année. Puis les langues se sont déliées. « Comment voulez-vous choisir entre la peste et le choléra ? » s’agace Corinne, 54 ans, en pensant au second tour. Ignorant la consigne du candidat Républicain de voter pour Emmanuel Macron, les militants sont déjà partagés sur la suite du scrutin. « Nous ne voulons pas d’un quinquennat Emmanuel Hollande » nous confie d’emblée Benjamin, 25 ans, qui votera FN. « Nous avons déjà subi un mandat socialiste catastrophique, c’est difficile de l’admettre, mais c’est pour moi l’unique solution ». Pour Lucie, en revanche, le choix se portera sur Macron, mais « par dépit ». « Ce n’est pas pour autant que nous sommes en accord avec ses idées et son programme » lâche-telle, amère, avant de tourner les talons.

Abattement dans la grange mélenchonisteCe dimanche, la foule se presse au QG bordelais des Insoumis, place de la Victoire. L’atelier-grange d’un particulier accueille une centaine de militants dans une ambiance conviviale et arty. On tape dans ses mains, on scande “Mélenchon Président !”. Laurie, 21 ans, étudiante, est «super confiante”, “ça ne peut être que Mélenchon au pouvoir». Pierre-Yves, 39 ans, prof de yoga, se dit « zen » : « On y croit, même si ça va être serré.» À l’annonce des résultats, l’ambiance est plombée. Avec 19,5%, Jean-Luc Mélenchon n’est pas qualifié au second tour. «Putain !» Des insultes fusent à l’encontre de la candidate frontiste. La morosité s’abat sur les troupes, qui lâchent une ultime salve d’applaudissements formels avant de se clairsemer. «Je voterai pour Macron au second tour, juste pour dégager Le Pen» promet Alexandre, 20 ans. Pour son amie Valentine, 25 ans, ce sera un vote blanc : “Pas question de faire un choix entre deux pourritures.”

Abattement dans la grange mélenchoniste

 

Au FN, la fête avant l’heure Hier soir, dans une petite salle rue George Bonnac, bien gardée par les vigiles du parti, se tenait la réunion des soutiens de Marine Le Pen. Derrière les murs, la fête battait son plein avant même l’annonce des résultats. Très attendus, mais aussi très surveillés, c’est sous escorte que les journalistes présents ont étés accompagnés vers un petit groupe de militants triés sur le volets.

«Champagne !»


« Ça va encore pleurer dans les chaumières ». Confiants, de jeunes frontistes s’amusent du choc à venir. Ils en sont persuadés, les sondages se sont trompés et Marine Le Pen sera bien en tête ce soir. Et même lorsque les résultats tombent, et que leur championne est en deuxième position, ils y croient encore : c’est elle qui doit gagner. La salle exulte, même si certains ne cachent pas leur déception. « Le score devrait être plus élevé », glisse un militant d’une soixantaine d’années, les yeux rivés sur le poste de télévision. Le champagne coule à flot, et la soixantaine de militants savoure l’instant. Ici, l’ambiance est familiale : beaucoup se côtoient régulièrement. A présent, les esprits sont tournés vers le second tour : « on va avoir un report de voix de la droite conservatrice de Fillon et du côté des mélenchonistes », assure un militant. Ici on fait mine de ne pas douter : Marine Le Pen va gagner.

Chez Macron, En Marche ! prend son piedHier soir la Brasserie Le Plana (place de la Victoire), est devenue le théâtre d’un moment de liesse du premier tour. Plus d’une cinquantaine de militants d’En Marche !Gironde, vêtus de t-shirts à l’effigie du mouvement, se sont retrouvés pour assister au triomphe de leur candidat Emmanuel Macron, dans la course à l’Elysée. Une ambiance chaleureuse, des sourires, puis plus un bruit. Alexis, militant depuis novembre se confie : « Il y a de l’appréhension. C’est le premier test démocratique du mouvement. On est confiant, mais il faut savoir rester humble ». Puis vient le temps du décompte. L’atmosphère devient lourde pendant dix secondes... 

« Le plus dur reste à faire face au FN »

A 20 heures, les cris de joies : Emmanuel Macron s’est qualifié pour le second tour face à la candidate du Front National. « C’est incroyable. Les Français ont fait confiance à notre programme » exulte Alexis, avant de relativiser : « maintenant le plus dur reste à faire face au FN ». A peine a-t-il le temps de finir sa phrase que tout le bar entame une Marseillaise a cappella, suivie du slogan « Macron Président ». A 20 heures, la fête ne faisait que commencer.

Enregistrer

Etudiants EFJ
Etudiants EFJ

Crédit Photo : Aurélie Rodrigues et Margot Chevalier

Partager sur Facebook
Vu par vous
3538
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -