Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Aquitanima à l'heure du bilan : "sérénité et cohésion"

23/05/2017 | Succès pour les 3 premiers jours du Salon de l'agriculture qui affichent un visitorat en hausse de 9000 visiteurs par rapport à l'an dernier sur la même période

Une vache et son veau de race Blonde d'Aquitaine, croisés sur le Salon Aquitanima

Après 3 jours de « meuh ! » et de « bééh !», le Salon a résonné ce mardi, de « vroum » et « cling » entre bruits de machines et pose de nouveaux aménagements. C'est un Hall 4 transfiguré, et résolument grand public qui s'installe jusqu'à la fin de la manifestation. Un mardi à mi-parcours, ou presque, de ce marathon agricole qu'est le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Un mardi comme un temps de transition, qui permet aussi aux organisateurs de l'évènement, d'établir un premier bilan, enthousiaste, des trois premiers jours de ce cru 2017. Trois jours auxquels le Salon Aquitanima, a donné une couleur professionnelle même si le grand public y est également attaché. Le visitorat en hausse, entre 5 et 10%, le confirme.

« Après le temps des animaux, et d'Aquitanima, c'est un second chapitre qui s'ouvre pour le Salon à partir de demain mercredi ; on met le Hall 4 en configuration grand public. », annonce Dominique Graciet, Président du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Mais en attendant que l'espace soit occupé notamment par le Marché des Producteurs de Nouvelle-Aquitaine, et le Pôle viticole qui rassemble trois stands animés, ludiques, pédagogiques et « dégustatifs » autour du vin, c'est sous le signe de la réussite et de la sérénité que s'est achevée la partie professionnelle qui l'occupait jusque-là : Aquitanima.

« Un élargissement où chacun a pu trouver sa place »Et pour cette première édition d'un Salon désormais Nouvelle-Aquitaine, les challenges étaient pourtant nombreux rappelle Pierre Lesparre, co-commissaire d'Aquitanima. Mais le pari de l'élargissement à la grande région est tenu : « nous avons réussi à intégrer à plein une Journée ovine, à placer l'ensemble des manifestations bovines sur deux jours au lieu de trois, et à intégrer une nouvelle race, la Salers. C'est un élargissement où chacun a pu trouver sa place », se satisfait-il.
Et François Rauscher, co-commissaire de ce Salon professionnel de confirmer une année à records ». Record en nombre d'animaux, plus de 400 bovins, record en nombre de races: 9. Une forte présence des éleveurs due en partie aux professionnels ''grande région'' qui ont confirmé leurs venues par rapport à l'an dernier. En outre, « chaque race a essayer d'innover, et notamment avec l'ouverture vers l'aval avec les ventes aux enchères confirmées par les Limousines et initiées par les Bazadaises, tant sur les ventes de boucherie que sur les ventes de taurillons issus de leur station raciale », met en avant François Rauscher qui se plaît à constater, « un concours de Bazadais plus rajeunit et tonifié. C'est vraiment l'exemple de ce qu'on voudrait montrer à Bordeaux ».

Quant à la Journée Ovine, Pierre Lesparre là encore montre de la satisfaction : « La profession s'est retrouvée à Bordeaux sous la présidence de Claude Sochot, Président du Salon spécialisé Tech Ovin. Le concours agneaux sous SIQO a particulièrement bien marché auprès de bouchers et de l'aval de la profession, les démonstrations de tonte, également puisqu'elles a su épater le public, mais aussi les professionnels ». En bref, une Journée ovine « réussie, même si elle appelle à des évolutions ».

Au total, 3 jours sous le Hall 4, « vécus sereinement et dans une cohésion entre les races qui s'est fortement exprimée, et pour laquelle l'aide des lycéens agricoles au côtés des éleveurs a été primordiale dans cette réussite », souligne les deux hommes. Les partenariats aussi : Ceva Santé animale, Carrefour et Invivo qui contribue notamment à la présence de verdure, en extérieur sur la Ferme, sans oublier la région qui a augmenté sa participation de 25%, indique le Président du Salon.

Trois génisses achetées cash
Revenant sur l'ambiance de ces premiers jours, tout secteurs confondus « le mot qui revient le plus est « dynamisme », mais les gens témoignent aussi d'une vraie adhésion à Bordeaux, avec un bel équilibre sur les stands et les animations de la Ferme. C'est aussi un lieu où se prennent beaucoup de contacts », se félicite Dominique Graciet. « Pour autant, cette adhésion à Bordeaux, ne pourra suffire, estime-t-il. On ne peut pas dire qu'on est la première activité régionale et oublier que l'agriculture est issue de tous les territoires. » En d'autres terme, à l'avenir, c'est un nouveau sillon qu'il faut creuser : « Bordeaux sera peut-être toujours leader, mais ne peut pas être le seul lieu de représentation de l'agriculture. Ce serait une catastrophe. » Et les partenariats d'ores et déjà en cours avec les Salons Caprinov et Tech Ovins sont, de ce point de vue, loin d'être anodins.
De la même manière du point de vue professionnel, « il faut sortir de Bordeaux, pour voir ce qui se passe chez les autres », une idée déjà mise en application via un partenariat avec Salamanque, et des visites réciproques régulières.
Difficile enfin, d'évoquer l'international, sans souligner le succès toujours au rendez-vous des Aquitanima Tours, qui se déroulent en amont du Salon. Ces circuits techniques sur les pas de la génétique des races régionales (bovines et caprines), qui ont cette année accueilli 115 professionnels étrangers, sont source non seulement d'échanges conviviaux mais aussi de business à plus ou moins court terme autour de la génétique, et participent  ainsi au développement des races régionales à travers le monde. A noter tout de même cette année, et c'est une première dans l'histoire d'Aquitanima, « un éleveur gabonnais qui participait au circuit Bazadais, a acheté cash 3 génisses à un éleveur ! », raconte Christine Pecastaingts. La preuve que la stratégie de la qualité de l'accueil polutot que de la quantité des éleveurs accueillis, limité à une centaine, fonctionne bien !

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2038
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -