Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Aquitanima à l'heure du bilan : "sérénité et cohésion"

23/05/2017 | Succès pour les 3 premiers jours du Salon de l'agriculture qui affichent un visitorat en hausse de 9000 visiteurs par rapport à l'an dernier sur la même période

Une vache et son veau de race Blonde d'Aquitaine, croisés sur le Salon Aquitanima

Après 3 jours de « meuh ! » et de « bééh !», le Salon a résonné ce mardi, de « vroum » et « cling » entre bruits de machines et pose de nouveaux aménagements. C'est un Hall 4 transfiguré, et résolument grand public qui s'installe jusqu'à la fin de la manifestation. Un mardi à mi-parcours, ou presque, de ce marathon agricole qu'est le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Un mardi comme un temps de transition, qui permet aussi aux organisateurs de l'évènement, d'établir un premier bilan, enthousiaste, des trois premiers jours de ce cru 2017. Trois jours auxquels le Salon Aquitanima, a donné une couleur professionnelle même si le grand public y est également attaché. Le visitorat en hausse, entre 5 et 10%, le confirme.

« Après le temps des animaux, et d'Aquitanima, c'est un second chapitre qui s'ouvre pour le Salon à partir de demain mercredi ; on met le Hall 4 en configuration grand public. », annonce Dominique Graciet, Président du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Mais en attendant que l'espace soit occupé notamment par le Marché des Producteurs de Nouvelle-Aquitaine, et le Pôle viticole qui rassemble trois stands animés, ludiques, pédagogiques et « dégustatifs » autour du vin, c'est sous le signe de la réussite et de la sérénité que s'est achevée la partie professionnelle qui l'occupait jusque-là : Aquitanima.

« Un élargissement où chacun a pu trouver sa place »Et pour cette première édition d'un Salon désormais Nouvelle-Aquitaine, les challenges étaient pourtant nombreux rappelle Pierre Lesparre, co-commissaire d'Aquitanima. Mais le pari de l'élargissement à la grande région est tenu : « nous avons réussi à intégrer à plein une Journée ovine, à placer l'ensemble des manifestations bovines sur deux jours au lieu de trois, et à intégrer une nouvelle race, la Salers. C'est un élargissement où chacun a pu trouver sa place », se satisfait-il.
Et François Rauscher, co-commissaire de ce Salon professionnel de confirmer une année à records ». Record en nombre d'animaux, plus de 400 bovins, record en nombre de races: 9. Une forte présence des éleveurs due en partie aux professionnels ''grande région'' qui ont confirmé leurs venues par rapport à l'an dernier. En outre, « chaque race a essayer d'innover, et notamment avec l'ouverture vers l'aval avec les ventes aux enchères confirmées par les Limousines et initiées par les Bazadaises, tant sur les ventes de boucherie que sur les ventes de taurillons issus de leur station raciale », met en avant François Rauscher qui se plaît à constater, « un concours de Bazadais plus rajeunit et tonifié. C'est vraiment l'exemple de ce qu'on voudrait montrer à Bordeaux ».

Quant à la Journée Ovine, Pierre Lesparre là encore montre de la satisfaction : « La profession s'est retrouvée à Bordeaux sous la présidence de Claude Sochot, Président du Salon spécialisé Tech Ovin. Le concours agneaux sous SIQO a particulièrement bien marché auprès de bouchers et de l'aval de la profession, les démonstrations de tonte, également puisqu'elles a su épater le public, mais aussi les professionnels ». En bref, une Journée ovine « réussie, même si elle appelle à des évolutions ».

Au total, 3 jours sous le Hall 4, « vécus sereinement et dans une cohésion entre les races qui s'est fortement exprimée, et pour laquelle l'aide des lycéens agricoles au côtés des éleveurs a été primordiale dans cette réussite », souligne les deux hommes. Les partenariats aussi : Ceva Santé animale, Carrefour et Invivo qui contribue notamment à la présence de verdure, en extérieur sur la Ferme, sans oublier la région qui a augmenté sa participation de 25%, indique le Président du Salon.

Trois génisses achetées cash
Revenant sur l'ambiance de ces premiers jours, tout secteurs confondus « le mot qui revient le plus est « dynamisme », mais les gens témoignent aussi d'une vraie adhésion à Bordeaux, avec un bel équilibre sur les stands et les animations de la Ferme. C'est aussi un lieu où se prennent beaucoup de contacts », se félicite Dominique Graciet. « Pour autant, cette adhésion à Bordeaux, ne pourra suffire, estime-t-il. On ne peut pas dire qu'on est la première activité régionale et oublier que l'agriculture est issue de tous les territoires. » En d'autres terme, à l'avenir, c'est un nouveau sillon qu'il faut creuser : « Bordeaux sera peut-être toujours leader, mais ne peut pas être le seul lieu de représentation de l'agriculture. Ce serait une catastrophe. » Et les partenariats d'ores et déjà en cours avec les Salons Caprinov et Tech Ovins sont, de ce point de vue, loin d'être anodins.
De la même manière du point de vue professionnel, « il faut sortir de Bordeaux, pour voir ce qui se passe chez les autres », une idée déjà mise en application via un partenariat avec Salamanque, et des visites réciproques régulières.
Difficile enfin, d'évoquer l'international, sans souligner le succès toujours au rendez-vous des Aquitanima Tours, qui se déroulent en amont du Salon. Ces circuits techniques sur les pas de la génétique des races régionales (bovines et caprines), qui ont cette année accueilli 115 professionnels étrangers, sont source non seulement d'échanges conviviaux mais aussi de business à plus ou moins court terme autour de la génétique, et participent  ainsi au développement des races régionales à travers le monde. A noter tout de même cette année, et c'est une première dans l'histoire d'Aquitanima, « un éleveur gabonnais qui participait au circuit Bazadais, a acheté cash 3 génisses à un éleveur ! », raconte Christine Pecastaingts. La preuve que la stratégie de la qualité de l'accueil polutot que de la quantité des éleveurs accueillis, limité à une centaine, fonctionne bien !

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2955
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -