Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne d'"alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Aquitanima Tour International, 10 années couronnées de succès

18/05/2013 | En 10 ans les Aquitanima Tours ont accueilli plus de 1000 professionnels étrangers, venus de tous les continents pour découvrir les races bovines d'Aquitaine

Honza Chroust présente son élevage de Blonde d'Aquitaine... de République Tchèque

Belge, Bulgare, Colombienne, Espagnole, Estonienne, Américaine, Géorgienne, Irlandaise, Tchèque, Suèdoise, Suisse et Tunisienne... Voilà la longue liste des nationalités des éleveurs venus cette année sur les «Aquitainima Tours» visiter les élevages d'Aquitaine de Bazadaise, Limousine ou encore Blonde d'Aquitaine. Une liste qui pourtant n'est qu'un échantillon des 59 nationalités représentées sur l'ensemble des 10 ans d'existence du dispositif. Une décennie déjà que ces circuits professionnels contribuent grandement à l'exportation de ces races bien loin des frontières françaises. Ce 17 mai, l'annuel colloque Aquitanima en a encore fourni la preuve.

Des circuits tout exprès pensés pour les professionnels par les professionnels, INTERCO et organismes de race en tête; voilà peut-être un des éléments clefs du succès de ces Aquitanima tours. Le pari n'était pourtant pas gagné d'avance. «La première année, nous avons accueilli en tout et pour tout une petite trentaine d'éleveurs. Désormais nous frôlons chaque année la centaine de visiteurs et devons même arbitrer les candidatures par région du monde pour des questions de logistique de traduction», souligne avec enthousiasme Dominique Graciet, Président du Salon de l'Agriculture. Et pour célébrer ces 10 ans d'Aquitanima Tour tout autant que son succès, un petit livret, distribué lors du colloque, compile de très nombreux témoignages de professionnels étrangers tous satisfaits leur venue sur le terrain aquitain. Que ce soit en terme d'information, d'échange sur les races ou la conduite de l'élevage ou bien encore pour affaires, le bilan qualitatif est plus que bon, et le développement de ces races à l'étranger est aussi un indicateur plus qu'encourageant.

La voie Tchèque de la Blonde d'AquitaineCe vendredi soir, le Colloque international d'Aquitanima, a d'ailleurs donné lieu à un véritable voyage autour du monde sur les traces des races Bazadaise, Limousine et Blonde d'Aquitaine. Premier intervenant de la soirée, Honza Chroust, éleveur de Blonde d'Aquitaine en République Tchèque est revenu sur l'histoire de son exploitation qui est la première à avoir implanté des Blonde d'Aquitaine dans son pays. Un pari dans lesquels s'étaient risqués ses parents il y a 22 ans par l'achat de 6 génisses. Désormais propriétaire de l'affaire familiale, le troupeau compte 60 animaux dont 32 mères.
« En 22 ans, ce sont 350 veaux qui sont nés dans la ferme » annonce t-il avec passion et fierté. Grâce aux Blondes, sa ferme est aujourd'hui «prospère». Une implantation de la race visiblement réussie puisqu'ils sont désormais 13 autres élevages à avoir suivi l'exemple de la famille Chroust sur la voie de la Blonde d'Aquitaine.

"La vaches dont les colombiens ont besoin"Après la République Tchèque, le Colloque a amené ses participants en Colombie, où c'est la Limousine qui semble avoir conquis le cœur de Sandra Milena de l'association colombienne pour la race Limousine. Batterie de tests et indicateurs techniques à la main, elle n'en démord pas, la Limousine, grâce à son adaptabilité et ses multiples qualités, est "la vache dont les éleveurs colombiens ont besoin". Non seulement en race pure mais aussi pour des croisements qui, vus d'ici peuvent paraître surprenants, avec les Zébu.

Expérimentation grandeur natureEnfin, dernière étape du voyage, la Castille et Leon avec le témoignage de l'éleveur Juan Jamon qui s'est lancé l'an dernier et son son expression dans "une expérimentation" grandeur nature : importer un taureau de race Bazadaise, et voir le résultat de ses amours avec les races autochtones de son exploitation, la Morucha et la Berrenda. Résultats plus que satisfaisant avec un taux de vêlage de 100% et des veaux plus gros à la naissance d'environ 4 kg en moyenne. Là encore, satisfaction pour l'éleveur de son achat aquitain. Une satisfaction dont ont été témoin une soixantaine d'éleveurs voisins, et dont les exploitations ne devraient pas rester longtemps sans la présence d'une ou deux Bazadaise...
Ce vendredi, les Aquitanima Tours ont bel et bien soufflé leurs 10 (premières) bougies et leurs 1000 (premiers) visiteurs, mais tout semble indiquer qu'ils ont encore un bel avenir devant eux, à l'image des races qu'ils défendent.

Solène Meric
Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
854
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -