Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Assises de l'origine 2011 : Signes Officiels de Qualité et d'Origine : jusqu'où réguler ?

02/06/2011 |

B Farges, AOC Bordeaux et Bordeaux supérieur, V Fouks, INAO, C Escribano, Ministère espagnol de l'agriculture, J-P Reynaud, Vice-Prés du Conseil régional d'Aquitaine, D Graciet, Prés de la Chambre régionale de l'agriculture

Comme chaque année, les Assises de l'origine, le grand rendez-vous des Signes Officiels de Qualité et d'Origine (SIQO), se sont déroulées dans le cadre du Salon de l'agriculture d'Aquitaine. Thème de réflexion pour cette treizième édition : « Les signes officiels de qualité et d'origine : des outils de régulation au service d'une agriculture durable ». L'occasion pour les opérateurs économiques, experts et responsables politiques de débattre sur les possibilités offertes par les SIQO d'intervenir non seulement en termes de qualité de production mais aussi sur les conditions de mise en marché.

Avec 17 milliards d'euros de chiffres d'affaires dont 6 milliards d'euros à l'exportation, l'impact bénéfique des SIQO sur les filières  n'est plus à démontrer : valorisation économique, ancrage des bassins de production sur le territoire, meilleure organisation des producteurs, impact qualitatif global sur l'ensemble de la filière... Mais, comme l'ont rappelé plusieurs intervenants, les SIQO ont également un impact commercial non négligeable. En effet, mettant en place des négociations basées davantage sur des principes de qualité et de suivi, plutôt que de volume, de coût et de marge, elles modifient les relations entre fournisseurs et distributeurs permettant ainsi une meilleure adaptation au marché... Pour autant, peut-on aller jusqu'à parler des SIQO comme de réels outils de régulation économique ? Question délicate, puisque s'il existe un impact économique indiscutable des SIQO sur les filières qu'ils concernent, les dispositions relatives au volume de production inscrites dans les cahiers des charges par les organismes de défense et de gestion ne peuvent être qu'accessoires. Et justifiées d'un point de vue technique ou qualitatif. De plus, de telles dispositions, se posent en tension au regard du droit de la concurrence national et communautaire. Malgré tout, Véronique Fouks, juriste et en charge des relations internationales à l'INAO formule LA question qui est dans tous les esprits: « Faut-il aller plus loin dans les cahiers des charges, aller jusqu'à maîtriser les volumes ? »

"La régulation purement qualitative n'est pas suffisante"
Une question délicate à laquelle Bernard Farges, secrétaire général de la Confédération Nationale des Producteurs de Vins et Eaux-de-Vie de Vin à Appellations d'Origine Contrôlée, répond par l'affirmative, sans aucune hésitation. Selon lui, « la régulation purement qualitative n'est pas suffisante pour assurer le développement voire l'existence même d'une AOC ». Pour lui, sans régulation économique, le risque de surproduction reste important, de même que ses conséquences à savoir « la chute des prix, la remise en cause des efforts qualitatifs, et enfin la perte de notoriété entrainant à terme la disparition de l'AOC ». Pour éviter ce scénario catastrophe, il faut selon lui  mettre en place des instruments de régulation non seulement sur le potentiel de production, mais aussi sur les marchés et les prix.
Concernant la viticulture, Bernard Farges, qui est en charge du Syndicat des Bordeaux, a donc fortement plaidé pour le maintien des droits de plantation appelé à disparaître au 31/12/2015. Enfin, si juridiquement la régulation des prix n'est pas possible, Bernard Farges considère qu'en ce qui concerne les SIQO, des exceptions devraient être possibles : « Un SIQO, c'est un cahier des charges, donc un coût de production minimal. Si les prix pratiqués sont en dessous de ce prix minimal, le producteur ne peut pas respecter le cahier des charges, et c'est donc l'AOC qui est à terme menacée. » S'il veut bien reconnaître que la contractualisation entre fournisseur et acheteur, posée par la loi de Modernisation de l'agriculture, peut être utile, elle n'est selon lui pas suffisante et ne peut remplacer une politique de régulation pleine et entière.  Un point de vue exprimé par l'ensemble des intervenants, à l'heure décisive où la Commission européenne présente ses propositions législatives et ses lignes directrices en matière d'évolution des politiques de qualité des produits agricoles et agroalimentaires.

Photos: Aqui.fr

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
340
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -