aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Aqui.fr à l'ADS Show 2016 - Bordeaux-Mérignac

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr à l'ADS Show 2016 - Bordeaux-Mérignac

Au Salon de l’Agriculture, les chasseurs ciblent les idées reçues !

17/05/2016 | Depuis la création du Salon, les chasseurs ont toujours répondu présents, manière de rappeler leur rôle dans la préservation de la ruralité et de la biodiversité.

Les chasseurs d'Aquitaine profitent du Salon pour chasser les idées reçues

Le chasseur inconscient qui tire sur tout ce qui bouge pour le seul plaisir de tuer, sans aucun scrupule de son environnement, c’est un cliché ! Et les quelque 120 000 adhérents de la Fédération des Chasseurs d’Aquitaine comptent bien le faire savoir. Pour cela, ils sont présents toute la semaine au Salon de l’Agriculture. Au programme : sensibilisation des visiteurs et groupes scolaires. L’activité des chasseurs ne se limite pas en effet aux seules battues. Au contraire, ils assument un rôle grandissant en matière de préservation des espaces naturels et de la biodiversité.

Quiconque a déjà ri devant les Inconnus garde en tête ce poncif du chasseur à la gâchette facile. C’est que les clichés ont la vie dure, et le fossé semble se creuser entre chasseurs et non-initiés. Claude Villate, chargé de communication de la Fédération des Chasseurs de Dordogne, donne de son temps au stand des Chasseurs d’Aquitaine, présents au Salon de l’Agriculture. Il nous décrit le rôle des chasseurs, soit quelque 120 000 passionnés en Aquitaine, avant une prochaine fusion avec les fédérations du Limousin et du Poitou-Charentes.

Préserver les zones humides et la biodiversité

« Pour nous, le Salon est un espace de communication. Nous voulons rencontrer ceux qui nous connaissent mal et même ceux qui nous condamnent », affirme-t-il. Sur la pratique de la chasse elle-même, s’il reconnait « des critiques admissibles sur le comportement de certains », ce sont pour lui le fait d’une minorité. De nombreux efforts ont été faits sur le plan de la sécurité : permis de chasse, formations, amélioration de la signalétique et de l’équipement… Les chasseurs sont aussi en première ligne s’agissant de la sensibilisation, via leurs revues et leur web TV notamment. « Mieux vaut encadrer la chasse que l’interdire, prédit Claude Villate. Cela entrainerait une hausse du braconnage et aurait un effet dévastateur pour la biodiversité ».

C’est que la chasse n’est, paradoxalement, qu’une petite partie de l’activité des chasseurs. « 60 % de notre temps est consacré à l’aménagement du territoire et la sauvegarde de la biodiversité », déclare Claude Villate. Les chasseurs s’attachent en particulier à la préservation des zones humides, réservoirs précieux de biodiversité, filtres naturels des cours d’eau. Leur contribution principale s’opère via la Fondation pour la protection des habitats de la faune sauvage, reconnue d’utilité publique, qu’ils financent en grande partie. « Nous avons acheté plus de 6 000 hectares, dédiés à la sauvegarde des zones humides », indique Claude Villate. Les chasseurs contribuent à réhabiliter des milieux dégradés, en plantant des haies, en réaménageant des plans d’eau. Dans le viseur : l’urbanisation qui grignote les espaces naturels, et les politiques d’assèchement des territoires.

Maintenir la ruralité

Ce sont aussi les chasseurs qui assurent une surveillance sanitaire indispensable pour prévenir et guérir au plus vite les cas de grippe aviaire et tuberculose bovine. Eux également qui effectuent des inventaires de la faune sauvage. Eux enfin qui luttent contre les espèces invasives et tentent de réguler les écosystèmes. Le chasseur continue : « nous avons un quota de bêtes à abattre chaque année, défini par le préfet, par exemple 17 000 chevreuils ou 12 000 sangliers. Surtout, nous luttons contre les espèces invasives comme le sanglier. On est sur le terrain ». Il enchaine, « chaque animal a sa place, l’important est d’éviter les déséquilibres ».

La présence des chasseurs au Salon de l’Agriculture prend ainsi tout son sens. Chasseurs et agriculteurs travaillent en effet main dans la main pour prévenir toute crise sanitaire et éviter les dégâts causés par les gibiers. Pour Claude Villate, le lien entre chasse et agriculture va bien au-delà. « Dans les villages reculés, les associations de chasseurs sont bien souvent le seul lien social entre les habitants. L’enjeu, c’est de maintenir la ruralité ».

Aude Le Gentil
Aude Le Gentil

Crédit Photo : Aude Le Gentil

Partager sur Facebook
Vu par vous
2892
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -