Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Bernard Artigue, viticulteur et Président de la Chambre d'agriculture de Gironde: entre défi personnel et inquiétudes sociales

30/09/2010 |

Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde dans ses vignes à Pompignac

Après Francis Massé, Renaud Jean, Eric Bantegnies, Aqui.fr poursuit sa quête de témoignages à travers le vignoble bordelais. Aujourd'hui, c'est Bernard Artigue, le Président de la Chambre d'agriculture de Gironde qui nous livre son ressenti sur cette crise viticole. Et c'est un double regard qu'il exprime : celui du viticulteur de Pompignac, qui développe des stratégies pour tenter de s'en sortir, et celui du responsable consulaire, « inquiet » notamment des retombées sociales de cette crise aux multiples facettes.

Installé en 1974, Bernard Artigue, viticulteur, possède désormais 40 hectares de vignes sur plusieurs sites. Il ne s'en cache pas, lui aussi subit la crise : « je vends essentiellement au vrac (85% de sa production, ndlr) avec un prix de marché qui ne permet pas de récupérer l'ensemble des opérations pour amener le vin à la qualité nécessaire. Incontestablement, c'est difficile pour nous. » Face à cela, il projette quelques adaptations sur son exploitation. Objectifs : réduire les coûts de production si possible, mais « ça a forcément des limites quand on veut faire de la qualité», et s'ouvrir de nouveaux marchés. « J'ai un fils qui arrive sur la propriété et qui va essayer de développer une vente plus directe. On va également développer une gamme bio. C'est un marché moins traditionnel qui colle sans doute un peu plus aux attentes d'une certaine partie des consommateurs, tout en coïncidant bien sûr avec un engagement personnel ».

"Ne pas être seul face à la crise"
Lorsqu'il met sa casquette de Président de la Chambre d'agriculture, Bernard Artigue insiste sur la nécessité que « les viticulteurs n'aient pas l'impression de se retrouver seul face à cette crise. » Il cite en exemple les audits mis en place par la Chambre d'agriculture pour aider les exploitations en difficultés. « On aide l'exploitant à formaliser ses besoins en fonction de la capacité des individus et de l'exploitation. Les solutions sont à plusieurs voies, il n'y a pas de recette unique à la réussite». Depuis 2003 environ 800 agriculteurs ont bénéficié de ce suivi spécifique. Un rôle d'accompagnement par ailleurs encouragé par le CIVB dans son plan Bordeaux-Demain. Mais Bernard Artigue le reconnaît, pour que la réussite soit au rendez-vous, « tout dépend des moyens que l'on met en face, notamment au moment de concrétiser la réflexion du viticulteur.»

Peur du gendarme, grandes surfaces et économie mondiale
Cela dit au-delà des exploitations, il n'oublie pas que « cette crise a plusieurs entrées ». A commencer par « la baisse de la consommation». Elle est « due à la peur du gendarme, mais aussi à une modification lente mais régulière des comportements des consommateurs vis à vis de leur alimentation ». Des comportements que la crise économique est, selon lui, venue renforcer. Mais, dans l'environnement de cette crise viticole, sa colère a une cible particulière : « la grande distribution et son incapacité à mettre en place une contractualisation partagée par les uns et par les autres. La course au moins disant pratiquée par les grandes surfaces doit s'arrêter, quand de l'autre coté les viticulteurs ont toujours plus de nouvelles règles à intégrer sans qu'on nous donne les moyens de les mettre en place. » Plus globalement encore, il ne peut séparer la crise viticole du  contexte d'une « économie mondiale à laquelle on n'était pas ou mal préparé. Sur le marché mondial, il faut accepter de ne pas être seul et voir les choses en face : soit on produit une certaine partie des volumes au prix mondial, soit on en est pas capable, et dans ce cas, il ne faudrait pas les produire ».

L'enjeu : le monde rural
En attendant que les choses s'améliorent, le Président de la Chambre d'agriculture de Gironde s'inquiète pour ces personnes en fin de carrière qui ont constitué un patrimoine désormais vidé de leur valeur. « Comment vont vieillir ces personnes là ? Avec quels moyens et dans quel confort ? D'une manière générale, notre environnement est façonné par l'agriculture et la viticulture; il y a un réel intérêt à ce que tout ça perdure, et avec un nombre d'exploitants suffisamment important... Il se joue ici un drame social. Si tout n'est plus que financier, il y a derrière tout ça une dimension humaine à prendre en compte pour la vie même de notre monde rural. »

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
688
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -