Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Biarritz: une pluie de réactions suite au "renoncement" des deux ministres

02/03/2020 | Dès que la nouvelle a été officialisée vers 21 heures, les autre candidats s'en sont donnés à cœur joie

Didier Guillaume candidat Biarritz

Nous l'annoncions dès mercredi soir: la nouvelle est tombée à 21 heures sous la forme d'un télégramme sur le fil info d'une chaîne télé: "Les ministres Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne renoncent à se présenter à Biarritz pour les Municipales de mars prochain". Dès l'annonce de cette nouvelle, les autres candidats se sont exprimés à chaud sur les réseaux sociaux et ce matin. Cette campagne va revêtir une couleur plus locale et cesser d'intéresser des médias nationaux. Toutefois, elle risque de connaître des rebondissements et rebattre les cartes. Quelques réactions significatives….

 "À la demande du Président de la République, et dans un esprit d’unité et de responsabilité, j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection municipale de Biarritz et de poursuivre la mission qu’il m’a confiée au sein du Gouvernement." C'est le tweet qu'envoyait à 16 heures ce lundi le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation Didier Guillaume.

En face, le secrétaire d'État au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne commentait pour sa part par l'intermédiaire d'un tweet envoyé à 21h35: " Mon attachement à ma ville de cœur, reste intact. Ma décision permet l’union de la Majorité présidentielle autour de Michel Veunac. Je l’ai toujours soutenu et il pourra continuer à compter sur tout mon soutien dans cette élection !"
Guillaume: "Votre déception est égale à la mienne pour Biarritz"

Le président de la République a renvoyé dos à dos ses ministres, mais aussi privé Michel Veunac d'une carte qui pouvait s'avérer majeure. (ici au salon Lurrama où s'était rendu Didier Guillaume avec une idée derrière la tête)

La première personne à regretter cette absence aura été le maire Michel Veunac qui a commenté: "Je vais regretter que Jean-Baptiste Lemoyne ne soit pas sur ma liste parce que c'est un homme que j'apprécie beaucoup. Je pensais qu'il n'y avait pas de symétrie entre une présence sur une liste et une candidature officielle. C'est donc la volonté du président de la République et donc je la respecte. Jean-Baptiste Lemoyne -ici en compagnie de Michel Veunac lors du cngrès des hôteliers- aura peut-être l'occasion de me soutenir et soutenir ma liste."
Le maire de Biarritz considère comme un adoubement, la décision du président Macron qui n'a pas flanché sur la candidature de Didier Guillaume.

Mais il faut ajouter que le départ envisagé du gouvernement du ministre de l'Agriculture avec en perspective le prochain salon de l'Agriculture et surtout la validation par le Parlement européen du Brexit avec un dossier brûlant sur la pêche pénalisait sérieusement le président de la République. Aussi, en fin de matinée, Didier Guillaume a-t-il envoyé un message à ses amis biarrots, dont voici le contenu:
"Comme vous le savez, le président de la République m'a reçu hier soir pour me faire part de sa décision concernant notre ville pour les municipales.
"Le président m'a demandé expressément de ne pas me présenter aux élections municipales de Biarritz, compte tenu des échéances importantes qui attendent le monde agricole et agro-alimentaire dans les mois qui viennent. Quoiqu'il m'en coûte vis-à-vis de vous, je me dois de respecter sa décision par loyauté et sens de la responsabilité.
"L'arbitrage comprend également le retrait de Jean-Baptiste Lemoyne de la liste de Michel Veunac.
"Je sais l'engagement et l'envie que nous avons mis en ce début de campagne. Je mesure votre déception elle est égale à la mienne pour Biarritz. Mais nos idées, nos convictions et notre projet peuvent continuer à vivre."
"Le collectif qui s'est constitué à mes côtés ces derniers jours se réunira ce soir pour décider des suites à donner à ce projet. Nous ne manquerons pas de revenir vers vous."

Pour les autres candidats, hier soir c'était "champagne pour tout le monde!"

 

 Guillaume Barucq, Biarritz Nouvelle vague: "Comme pour tout le monde l'annonce d'hier soir a été une surprise, mais finalement c'était le seul choix possible pour le président. Il était difficile de débrancher l'un sans débrancher l'autre. Tout le battage n'aura finalement servi à rien. On se rend compte que les candidats locaux sont les mieux placés et les pluLemoyne Veunac aquis légitimes. Cela fait une liste en moins, ce qui va clarifier le jeu et ensuite la liste de Michel Veunac se retrouve affaiblie par la perte de sa pièce maîtresse, Jean-Baptiste Lemoyne. L'ultra médiatisation a fait un flop. Aujourd'hui nous repartons sur un vrai pied d'égalité. Cela ouvre encore plus complètement cette élection et Biarritz Nouvelle vague a l'intention de jouer sa carte à fond et apporter de l'oxygène à Biarritz."

Maïder Arosteguy,  "Pour Biarritz, pour vous:  Je prends acte de la décision du président de mettre fin à ce double parachutage irrespectueux des biarrots. Le Maire, à la peine pour défendre un mandat chaotique, avait cru pouvoir compter sur une doublure de prestige pour lui succéder en cours de mandat. La situation était inacceptable. La première réunion publique du ministre de l'Agriculture était organisée un vendredi à 15 heures. La plupart des Français sont au moins aux 35 heures, donc on exige d’un ministre qu’il soit au moins aux 35 heures, voire plus. Par ailleurs, Jean-Baptiste Lemoyne était une caution du maire qui, pour cacher son maigre bilan, a eu besoin d’un secrétaire d’État pour noyer le poisson. Donc maintenant, on va enfin pouvoir parler de l’avenir de Biarritz."
Marine Batiste,  Maintenant ou jamais :
"On va retrouver un peu de rationalité dans notre campagne, et on va enfin pouvoir parler des sujets locaux. Il n’y aura plus les questions d’ego des ministres, ni de petites phrases, ni la médiatisation ou le tapage autour de leur parachutage. Donc je suis plutôt ravie".
Nathalie Motsh, Biarritz 2020:  "Tout ça pour ça. C’était une perte de temps pour les Biarrots. Mais c’est une décision de bon sens. Maintenant, on va enfin pouvoir parler de Biarritz. Mais on est content de pouvoir à nouveau être avec les Biarrots sans être sous les feux et les éclairages des médias nationaux. On se rendait de toute façon bien compte sur le terrain que la mayonnaise ne semblait pas prendre. Les gens nous disaient qu’il ne voulaient pas de parachutage. Le président a sifflé la fin de la récréation, c’est une décision sage. "
Jean Benoît Saint-Cricq, Biarritz Ensemble.- 
"Ma réaction première a été d'indiquer à la radio qu'à Biarritz, nous avons une grande qualité, c'est de savoir accueillir les touristes. Comme il a fait beau, ces messieurs garderont un bon souvenir de cette courte campagne biarotte. Autant de la part de M. Lemoyne je trouve qu'il y avait une démarche qui pouvait se concevoir. Il y avait des offres de transmission de témoin. Il arrivait avec une certaine modestie pour se positionner dans une place subalterne. La démarche de M. Guillaume peut paraître plus étrange dans la mesure où il semblait posséder ses dossiers comme il l'a montré. Qu'allait-il faire dans  cette galère? Apparemment la mayonnaise ne prenait pas. Bien malin celui qui saurait ce qu'il va se produire maintenant. Peut-être Monsieur Brisson aura-t-il la tentation de se lancer ou préfèrera-t-il rester l'arme au pied bien sagement? C'est quelqu'un qui est tout à fait légitime dans sa démarche dans la mesure où il s'est présenté de nombreuses fois. C'était risqué pour Michel Veunac de tenter cette démarche. Le résultat est contre productif puisqu'il se retrouve déplumé. Saint-Cricq en rêvait Macron l'a fait!!"

Max Brisson: "Je ne souhaite pas m'exprimer sur ce qu'il vient de se passer"

Certes, mais pour autant les jeux sont loin d'être faits. Ce jeudi soir, l'équipe de Didier Guillaume, "Biarritz!" se réunit pour décider de la suite des événements.  Dans le même temps, le président du Syndicat mixte de l'aéroport Biarritz Pays basque, -et maire de Biarritz- Michel Veunac, présentait avec son directeur Didier Riché ses voeux et un bilan de l'année. En présence du sénateur Max Brisson arrivé en provenance de Paris. Sollicité pour donner son avis sur cette situation nouvelle, il nous a montré le mail qu'il a fait parvenir à la presse. Et dont voici le contenu:
"Je ne souhaite pas m'exprimer sur ce qu'il vient de se passer. Je constate simplement que l'élection parisienne et les difficultés de LREm dans la capitale  se sont invitées dans notre ville avec les conséquences que l'on sait. Pour ce qui me concerne, seul l'avenir de Biarritz importe et dans ce nouveau contexte, autour de quel projet et de quelles idées il peut se construire. Prendre le temps de la réflexion est donc plus que jamais necessaire. Et le temps de la réflexion, c'est maintenant."

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
5927
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -