Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Château Fleur d'Ursuline: petit à petit, la fleur s'épanouit en Saint-Emilion Grand Cru

10/05/2015 | La «persévérance est mère de réussite». Tel est le crédo que pourrait s'attribuer Matthieu et Karine Verhaeghe, propriétaires du Château Fleur Ursuline en Saint-Emilion Grand Cru sur 4,98 ha.

Couvent des Ursulines, qui donne son nom à la propriété de Matthieu Verhaeghe

4,98 ha. La précision est d'importance, car en « Saint-Emilion chaque m2 compte »... Un coup d'oeil au marché foncier de l'appellation ne peut que le confirmer. Une parcelle qu'ils auront patiemment et durement réussi à constituer, jusqu'à leur accompagnement décisif en 2012 par la Safer et le Conseil général de la Gironde par le biais d'un portage foncier. Un accompagnement encore de mise aujourd'hui et concrétisé ce dimanche sous le Hall 4 du Salon de l'agriculture. En effet, c'est sur le stand du Conseil général que l'équipe d'Aqui a rencontré le couple en pleine promotion de leur très bon millésime 2012.

C'est à partir de 2003 que l'aventure à Saint-Emilion commence. Un départ dans une appellation de prestige, démarré chichement avec un premier achat de 48 ares, complété de 96 ares supplémentaires en 2006. S'en suivent six années difficiles, sans beaucoup de moyens, si ce n'est l'amour du travail bien fait, l'obstination de la qualité et la conviction que l'effort sera payant. « A l'époque je n'avais pas les moyens pour investir dans du matériel poussé ; levé à l'aube, je restais jusqu'à minuit à arroser les cuves car je n'avais pas de cuves à thermo-régulation par exemple, se souvient-il. Tout ça dans ce qui ressemblait plus à un garage qu' à un véritable chai ! On peut bien parler de galère oui ! »

Aujourd'hui certes, tout n'est pas encore gagné mais grâce au portage dont le couple a pu bénéficier en 2012 les viticulteurs sont entrés dans « une nouvelle dimension professionnelle » . « Avant le portage, pour cause de surface trop petite, j'étais simplement cotisant solidaire, sans MSA. Le portage sur 3,18 ha m'a permis de pouvoir m'installer en tant que jeune agriculteur. Sur la production nous sommes passés de 6 000 à 33 000 bouteilles ». Une étape clef de leur développement lors de laquelle, ils ont bénéficié d'un fort accompagnement du Conseil général de Gironde. « C'est eux qui ont revu tout notre dossier et qui nous ont orienté vers la solution du portage avec la Safer. Ils sont très présents, c'est un accompagnement sur le plan technique mais aussi financier fort quand on s'installe hors cadre familial. Leur aide est aussi très précieuse sur le montage du projet de l'entreprise... ».

Après la structuration de l'exploitation, le défi de la mise en marchéQuant au dispositif de portage en lui-même, c'est la SAFER qui a acheté la propriété, et le viticulteur leur verse un loyer déductible du prix total. « Au bout de 5 ans, si tout marche bien, je rachèterai la surface, moins le total des loyers, à la SAFER». D'autre part, il a également pu bénéficier d'aides de l'Europe via la Région pour investir dans un « vrai » chai. Autrement dit, en terme de structuration d'exploitation, le couple est désormais bien loin des débuts. Mais c'est une autre facette du métier qu'il va falloir désormais développer : la mise en marché. « Nous avons un contact à Londres et un caviste sur Paris, avec de bon retour de la part de leurs clients qui apprécient notre vin. Aujourd'hui sur le Salon, le Conseil général nous propose de le faire découvrir, c'est une chance. Globalement, maintenant que l'exploitation est structurée, notre objectif est de parvenir à trouver des agents commerciaux motivés qui chercheraient à développer leur carte en Saint Emilion... »

Et à l'avenir, le projet est bien sûr de développer encore l'exploitation, de parvenir également à installer son épouse mais aussi de créer de l'emploi. « C'est un peu « le deal » avec les institutions, ils vous aident mais vous encouragent aussi à embaucher des gens. C'est normal, c'est donnant-donnant », estime, bon joueur, le chef d'entreprise qui déjà fait appel à des saisonniers sur plusieurs temps forts de la production, ainsi qu'à des ingénieurs, sous forme de prestation. Nous sommes bien entourés, nous travaillons avec un commercial, un ingénieur financier, ainsi qu'un œnologue et un ingénieur agronome. Le travail paie, le millésime 2012 du Chateau Fleur Ursuline, en Saint Emilion Grand Cru, ne déçoit pas ceux qui le dégustent, et paraît-il, le 2013 est encore meilleur !

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Château Fleur Ursuline

Partager sur Facebook
Vu par vous
2320
Aimé par vous
6 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -