aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

25/07/16 : Demain mardi, dans l'après-midi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve effectuera une visite dans la sous-préfecture des Pyrénées atlantiques pour se faire présenter tout le dispositif de sécurité des Fêtes de Bayonne qui débutent mercredi.

20/07/16 : Fierté pour le Comité régional Olympique et Sportif d'Aquitaine: 31 sportifs licenciés et 19 sportifs originaires de la Nouvelle-Aquitaine représenteront la France aux Jeux Olympiques (5-21 août) et Paralympiques (7-18 septembre) de Rio au Brésil!

19/07/16 : Le jury de la 23ème édition du Concours National de la Création d'Entreprises Agroalimentaires organisé depuis 1994 par Agropole se réunira le lundi 26 septembre prochain dans les salons du Sénat à Paris pour désigner ses lauréats.

19/07/16 : 1ère Nuit de la Noisette organisée par la Maison de la noisette le lundi 25 juillet à partir de 18h30 à Lacépède (47). Au programme : découverte de la ferme, casse-croûte paysan saveurs noisettes et balade nocturne sensorielle et contée

19/07/16 : Le cinéma Les Montreurs d’Images à Agen propose Les Cinestivales : 1 film + 1 apéro-mix, jeudi 21 juillet. Au programme, à 18h30, la projection de « Paco De Lucia, légende du flamenco » et à 20h un Apéro-mix au bar et dans la cour du cinéma.

16/07/16 : A Périgueux, le bâtiment syndicat départemental de l'énergie de la Dordogne restera illuminé aux couleurs du drapeau français en hommage aux familles et aux victimes de l'attentat de Nice pendant une semaine.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/07/16 | Création de l’Atlas des paysages de Lot-et-Garonne

    Lire

    « Sa version numérique constitue une mine d’informations très riche sur les paysages de notre quotidien. Ce document est le résultat, d’abord d’un important travail bibliographique, puis de terrain et, enfin, d’analyse. L’atlas participe à l’affirmation de la reconnaissance d’une identité plurielle de paysages, façonnant une mosaïque propre au Lot-et-Garonne. » Pierre Camani président et sénateur de Lot-et-Garonne. A consulter sur : https://atlaspaysages.lotetgaronne.fr/

  • 22/07/16 | Une rallonge de 27M€ pour la Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le cadre des contrats de plan Etat-Régions, afin de tenir compte des nouveaux périmètres régionaux, l'Etat après échanges avec la Région va débloquer une enveloppe de 27M€ supplémentaires pour conforter des opérations "particulièrement stratégiques pour une plus grande cohésion de la Nouvelle-Aquitaine": la mise à 2x2 voies de la RN 141 entre Exideuil-Roumazières-Chasseneuil en Charente, la modernisation de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux, le développement du Campus de génie civil d’Egletons en Corrèze et de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique à Poitiers.

  • 21/07/16 | L'Agglo Côte basque Adour vote l'intégration de Tarnos

    Lire

    Lors de sa dernière réunion, l'ACBA a quasiment plébiscité l'intégration de la ville du Seignanx et voisine de Tarnos, par 21 voix, 1 abstention et 1 refus de participer au vote. Un vote qui a provoqué un débat nourri et tendu sur fond de l'intercommunalité unique. EPCI rejetée par cinq des six maires de cette agglo Côte basque Adour et hyper représentée dans cette assemblée. Si pour le maire de Biarritz cette arrivée dictée par un bassin de vie naturel, enrichirait le nouveau territoire, pour le maire de Boucau il s'agit simplement du sens de l'histoire.

  • 21/07/16 | TER : les usagers dédommagés en septembre

    Lire

    En raison d'importants mouvements sociaux dans les Ter en mai et juin derniers, le plan de transport des Ter en Nouvelle-Aquitaine a été très impacté, avec au plus fort de la crise, plus de 35% des Ter supprimés. Des suppressions s'ajoutant à celles intervenues depuis février sur certaines lignes en raison du manque de conducteurs. En guise de dédommagement, et à la demande de Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional en charge des infrastructures, des transports et des mobilités, SNCF Mobilités accorde pour le mois de septembre, une réduction de 30% aux abonnés annuels et mensuels des réseaux Ter de la région.

  • 20/07/16 | 750 000€ pour la filière gras

    Lire

    Le 11 juillet, le Conseil régional a débloqué 750 000€ en faveur des entreprises de la filière gras, touchées par la crise aviaire. Une somme issue de l'enveloppe de 15M€ promise par Alain Rousset à la mi-fevrier, en même temps que la création d'un comité de suivi sur ces mesures d'accompagnements. Celles-ci ciblent le financement des investissements de biosécurité dans les exploitations, la prise en charge de la formation des salariés et des agriculteurs dans le cadre de procédures d'activités partielles, et l'accompagnement au cas par cas des entreprises les plus fragilisées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Aqui.fr au Salon de l'agriculture de Bordeaux-Lac

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au Salon de l'agriculture de Bordeaux-Lac

Chiens de troupeau : garde-fous des animaux d'élevage

24/05/2013 | Des démonstrations de chien de troupeau ont permis au public de la foire de mieux comprendre son rôle crucial pour le berger

Des démonstrations de chien de troupeau ont eu lieu au salon de l'agriculture Aquitaine

On dit de lui que c'est le meilleur ami de l'homme. Mais il peut également se révéler être un outil de travail efficace : bien dressé, le chien peut en effet guider et gérer un troupeau allant jusqu'à 1500 têtes (presque) tout seul. Un compagnon que de nombreux éleveurs de moutons, brebis, mais aussi vaches ou volailles ont adopté depuis longtemps pour faire régner l'ordre au sein de leur troupeau.

Dans l'arène du hall 4 du salon, elles scrutent d'un air inquiet le petit chien noir et blanc, collées les unes aux les autres comme pour mieux se donner de la contenance. Couché au sol, les yeux aux aguets, le chien, un Border-Collie de trois ans, démarre brusquement sa course et fait détaler du même coup les blanches brebis qui n'ont pas l'air de comprendre ce qui se passe. Mais ne vous y méprenez pas : « on pourrait croire que les brebis obéissent au berger. Mais en fait, elles n'écoutent que le chien » explique Sophie Colladant, dresseuse à Salles en Gironde. Pour preuve, il fait sortir le chien de l'arène. Aussitôt, la masse de brebis se disperse. Car le chien, avec son instinct de chasseur, est un prédateur pour ces brebis. Un instinct que les éleveurs utilisent pour mieux diriger leur bétail, qui se compte souvent en centaine, voire en milliers.

Gagner un temps précieux

Un chien de troupeau sert avant tout à rassembler les animaux, à les déplacer d'une parcelle à l'autre ou les ramener à la ferme. Il peut également séparer un troupeau, ce qui peut se révéler utile lorsque le berger veut récupérer quelques brebis bien définies. Il peut également éloigner ces dernières de l'atelier lorsque le foin est distribué. Un compagnon utile donc, qui permet à l'éleveur de gagner un temps précieux et lui évite de faire appel à son voisinage ou sa famille pour maintenir le troupeau en ordre. Les bergers peuvent d'ailleurs mettre plusieurs jours à retrouver un animal égaré. « Environ la moitié des bergers possède un chien de troupeau. Cela dépend des exploitations, de l'exposition des brebis à l'extérieur ou non » précise Sophie Colladant. Les races les plus utilisées sont les Border-Collie mais aussi les Bosserons ou le Berger des Pyrénées.

Trois à quatre ans de dressage

Concrètement, le chien de troupeau est dressé pour diriger le troupeau en suivant les instructions de son maître, le berger. Un chien bien dressé se met automatiquement dans le sens opposé de celui de son maître, en position « midi-six heures » : si le berger est en position « midi », le chien se positionnera automatiquement « six heures », c'est-à-dire de l'autre côté du troupeau de sorte à ce que berger et chien encerclent les brebis. Puis, en fonction des indications de son maître (par la voix ou le sifflet), il pourra contourner le troupeau par la droite ou la gauche afin de le guider dans la bonne direction. Idéalement, c'est donc le chien qui dirige le troupeau sur les instructions du berger. Mais avant d'en arriver à ce niveau, il faut compter environ quatre années de dressage. Et ceux souhaitant acheter un animal déjà opérationnel devront avoir quelques économies en poche, puisqu'il faut débourser environ 3000 à 4000 euros. Un réel investissement donc, mais surtout un allié précieux pour des éleveurs à l'emploi du temps souvent bien chargé.

Elodie Souslikoff
Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
516
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -