Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Colloque: les ingénieurs agronomes débattent des perspectives pour l'agriculture dans le rapport Nord/Sud.

02/06/2011 |

UniAgro Aquitaine

Si le Salon de l'Agriculture Aquitaine est avant tout un endroit familial pour découvrir les animaux, les techniques agricoles, les savoirs faire régionaux et les animations, il accueille également des évènements professionnels. Après avoir discuté et débattu des OGM, des énergies fossiles ou de l'aménagement du territoire lors des précédentes éditions du Salon, les experts d'UniAgro Aquitaine se sont, cette fois, intéressés à l'épineuse question de l'agriculture et des rapports entre pays du Nord et pays du Sud. Proposé par UniAgro mais aussi par les associations Agriculteurs Français et Développement International (AFDI) et Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière (AVSF), le thème a suscité bien des analyses de la part des invités du jour, les ingénieurs agronomes Henri Rouillé d'Orfeuil, René Billaz et Marcel Mazoyer ainsi que de l'économiste Steven le Faou.

Alors que le problème de l'eau et de la sécheresse qui frappe actuellement la région rythme toutes les discussions, le colloque d'UniAgro prend le parti de quitter ce contexte pour aborder un autre enjeu, celui de l'agriculture dans les relations Nord/Sud, « Un sujet d'actualité, ou de permanence plutôt » selon Bruno Millet, Président d'UniAgro Aquitaine « car les problèmes subsistent et les solutions sont dures à trouver ».

« Rééquilibrer les accords pour impliquer tous les pays »
Pour trouver ces solutions, ou en tout cas en proposer, les experts présents exposent, tour à tour, leurs analyses, apportant des éclairages différents sur une question aux enjeux multiples. Ouvrant le bal, Henri Rouillé d'Orfeuil pointe les limites de l'aide institutionnelle aux solutions apportées par les organisations non gouvernementales. « Le cadre Haïtien symbolise, à lui seul, les remarques qu'on peut faire sur la coopération gouvernementale et non gouvernementale, Là bas, on dit que l'arrivée des associations humanitaires à provoqué un deuxième séisme. Avant de coopérer entre ONG et gouvernements sur les questions alimentaires et agricoles, il faut déjà définir cette coopération et intervenir par rapport aux réalités du terrain; il faut faire la part des choses pour voir ce sur quoi on a prise dans le temps et dans l'espace. Ainsi, on évite les compétitions inutiles entre les ONG ou entre une ONG et une institution. Sur un plan médical, social, environnemental ou même politique, les ONG ont joué un rôle important dans les négociations diplomatiques de ces 15 dernières années. Pour être efficace elle doivent populariser leurs idées puis les faire rentrer sur la scène gouvernementale et internationale. Mais à l'avenir, il faut impérativement rééquilibrer les accords pour impliquer tous les pays»

Droit à l'alimentation et rentabilité des élevages domestiques
C'est ensuite à Steven Le Faou de prendre la parole et de présenter son analyse sur la défense des agricultures familiales dans l'optique de faire valoir le droit à l'alimentation. «La négociation agricole est regardée sous le prisme commercial, on n'arrive donc pas à dégager de consensus. Or il y a une nécessité très forte de définir un plaidoyer commun entre les organisations de producteurs du Nord et du Sud pour relever le défi, commun lui aussi, de l'alimentation mondiale. Si on s'appuie sur le concept du droit, pour tous, de produire et d'accéder à l'alimentation on change la donne et on met en avant le lien entre toutes les agricultures. Raisonner en terme de droit à l'alimentation, c'est un moyen de rallier et de structurer le monde agricole tout en justifiant le soutien à l'agriculture et en valorisant la paysannerie» B. Millet, S. Le Faou, H. Rouillé d'Orfeuil, R. Billaz et M. Mazoyer
Dernier angle d'analyse, celui de René Billaz, qui juge primordial d'inciter les producteurs (ceux du Sud en priorité) à élever des animaux locaux dans une perspective d'autosuffisance alimentaire créatrice de valeur ajoutée. « On constate un processus inquiétant de destruction des ressources naturelles et de la végétation » affirme-t-il « Il y a une pression exponentielle du bétail sur les ressources fourragères. On se dirige vers des catastrophes écologiques.» Pour éviter ces catastrophes, René Billaz préconise l'élevage domestique et se base sur ses expériences en Afrique où l'élevage de volailles et de moutons conjugués à l'instauration d'un « socle sanitaire » avait permis aux producteurs de maitriser l'extension de leur élevage et leur consommation de ressources, mais surtout d'être vite rentables du fait que ces élevages nécessitent des investissements assez peu coûteux.

« Se battre pour avoir de vraies politiques agricoles »
Arrive le moment de la synthèse du grand témoin, Marcel Mazoyer en l'occurrence, qui conclut à partir des présentations et analyses précédentes « L'agriculture n'existe pas mais il existe en fait des agricultures différentes, dont il faut tenir compte. Or, la libéralisation a rendu impossible la création de politiques agricoles. Les causes de la pauvreté et de la faim sont avant tout d'ordre politique. La première chose à faire serait de réguler les prix qu'on paye au producteur. Il faut se battre pour le droit, et le devoir même, pour les pays, d'avoir des vraies politiques agricoles de qualité, tendant vers l'équité».

Crédit Photo : Aqui.fr

Aymeric Bourlot

Partager sur Facebook
Vu par vous
622
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -