12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Denis Guignot, Président d'Aérocampus Aquitaine: "Continuer à faire ce qu'on a envie, former des jeunes !"

04/06/2021 | Dans le cadre des 10 ans d'Aérocampus Aquitaine Aqui! a rencontré le Président de la structure, un personnage clef depuis sa création : Denis Guignot.

1

Il fait partie du petit groupe de personnalités qui ont participé à partir de 2010 à la conceptualisation, à la création puis au développement d'Aérocampus Aquitaine. Denis Guignot, président de la structure de 2011 à 2017 puis à nouveau depuis novembre 2020 est un homme clef de cette aventure. En effet, Général 4 étoiles à la retraite, ancien patron de la maintenance de l'Armée de l'air, il a contribué par des décisions prises lors de sa carrière militaire, à la mise en place d'un environnement favorable à la création du campus de formation en maintenance aéronautique de Latresne quelques années plus tard. Il nous livre son regard au long cours sur la structure qui fête cette année sa première décennie.

Affable et souriant, Denis Guignot est un homme d'humilité. Parler de lui d'ailleurs ne l'intéresse pas trop. « J'ai commencé dans l'armée de l'Air en rentrant à l'Ecole de l'Air à 19 ans, puis j'y ai fait toute ma carrière en tant qu'ingénieur mécanicien. 37 ans plus tard je me suis retrouvé Général 4 étoiles, patron de la maintenance et de la logistique de l'armée de l'Air. J'ai eu jusqu'à 25 000 hommes sous mes ordres. » Le résumé est bref et modeste. L'homme préfère mettre en avant le travail d'équipe et les efforts collectifs.

" L'occasion de redéployer ici aussi toute la partie industrielle aéronautique "
Les prémices de son histoire avec Aérocampus, se dessine dès 2005, 5 ans avant que l'on ne commence à songer à la création d'une telle structure. Cette année-là, un groupe de hauts gradés dont Denis Guignot alors basé à Bordeaux, se charge de la réorganisation de l'armée de l'Air sur le territoire national. Résultat depuis lors, « plus de 80% de l'Armée de l'Air est aujourd'hui dirigée depuis Bordeaux », sourit-il. Et ce n'est pas un détail dans le paysage quand 5 ans plus tard, à l'annonce de la fermeture du Centre de Formation aéronautique du Ministère de la Défense, se dessine en lieu et place, le projet d'un campus de formation à la maintenance aéronautique à Latresne.
« L'armée s'était réformée et avait tout, ou presque, positionné ici. Puisque les militaires l'avaient fait, c'était l'occasion de redéployer ici aussi toute la partie industrielle aéronautique », voilà la teneur des échanges d'alors entre le Général et le président de la Région rencontré quelques mois plus tôt. Une idée qui plaît et qui l'amène à intégrer le projet Aérocampus, et à en devenir président juste avant son départ en retraite, sur l'invitation appuyée d'Alain Rousset.

"L'idée c'est qu'un jeune qui rentre ici, on arrive à lui trouver un emploi"
Pourtant, il l'avoue : « Quand j'ai découvert que c'était un lycée professionnel, honnêtement ça ne m'a pas tellement emballé ! » Mais il s'y tient, et les besoins exprimés par les industriels qu'il connaît bien donnent une orientation plus définie à un projet que la Région ne peut de toute façon soutenir que par le biais de sa compétence lycée et formation. Les entreprises expriment quant à elles, un besoin important de « petits techniciens moyens » pas d'ingénieurs. « Avoir une formation pour permettre ce genre de recrutements ça les intéressait, et c'est comme ça, sur le fond de l'idée, qu'est né Aérocampus. »
Autre idée chère aux concepteurs d'Aérocampus : « il fallait que ces formations soient gratuites pour les jeunes qui s'y inscriraient. C'est ce qu'a permis l'aide de la Région. Elle correspond à l'équivalent du salaire des profs qui délivrent les cours », précise Denis Guignot.

Dix ans plus tard, le manque d'enthousiasme initial n'est plus du tout à l'ordre du jour : « J'avoue que pour moi Aérocampus ça compte énormément, livre-t-il avec un brin d'émotion. Je suis très fier de la Maison et de ce qui y est fait. Le point fort des formations chez nous, ce sont les travaux pratiques, on a beaucoup investi là-dedans. Aussi, le but de l'école n'est pas tant de donner un diplôme bac pro, mais c'est de placer nos jeunes. L'idée c'est qu'un jeune qui rentre ici, on arrive à lui trouver un emploi. On fait beaucoup d'efforts pour ça, et on y arrive dans beaucoup de cas. C'est en cela, je pense, qu'on est utile ! » sourit-il avec satisfaction avant d'illustrer son propos : « je suis très fier, parce que chez Sabena Technics, qui est un gros acteur du MCO [maintien en condition opérationnelled de vol, ndlr] sur Bordeaux, on doit avoir 150 anciens d'Aérocampus, c'est pas mal quand même! Mais il y en a aussi chez Dassault, chez Airbus, il y en a partout. Et ça, c'est très important pour moi. »

L'international,"le bon choix à long terme"

Une réussite et une reconnaissance d'Aérocampus auprès des industriels, à tel point « qu'ils considèrent un peu qu'on leur appartient... et quelque part c'est le mieux ! », sourit-il. Un attachement à la structure que son président explique par la stratégie « gagnante » mise en œuvre assez rapidement après son lancement. « Une fois qu'on a eu les élèves, on a fait le choix d'aller à l'international. Mais ce n'est pas anodin: il ne fallait embaucher que des profs qui parlent anglais et qui étaient capables de délivrer des cours en anglais... c'est hyper compliqué, et ça demande un effort considérable ! », se rappelle-t-il.

Mais là encore pas de regret : « Avec le recul quand on voit les réponses venues de l'international, on a bien fait! On peut vraiment s'en féliciter, c'était un bon choix ». Une satisfaction d'autant plus à l'oeuvre pour Denis Guignot, que ce savoir-faire bilingue est aussi un avantage de poids dans un monde de la formation aéronautique international marqué aussi par le Brexit. « Les Anglais quittant l'Europe, la demande de formation à l'international se reporte sur la France qui est un pays aéronautique à la pointe, et donc sur nous qui savons prodiguer des formations en anglais. » Satisfaction, encore.

Deuxième pilier appuyant le succès de cette stratégie à l'international selon Denis Guignot : le choix de suivre les grands groupes dans leurs ventes d'avions ou d'hélicoptères qui incluent souvent une partie formation. « Quand on a un contrat à l'international, la plupart du temps on est derrière un grand groupe comme Dassault, Airbus Helicopters ou d'autres. C'est eux qui se font payer par le pays et ils nous payent à l'avance la formation qu'on délivre, ce qui sécurise notre trésorerie. » Un choix du développement à l'international d'autant plus pertinent dans le contexte actuel d'incertitude lié à la crise sanitaire. « L'international, c'est ce qui nous permet d'être optimiste en ce moment, c'est vraiment un bon choix à long terme. C'est ce qui nous permet de rayonner dans le monde aéronautique ».

"Toujours se donner des projets ambitieux !"
Quant aux 10 ans à venir pour Aérocampus, l'expert et observateur du monde aéronautique a bien son idée. La création d'écoles à l'étranger ? Denis Guignot est volontaire mais prudent. « Je ne suis pas contre du tout mais il faut faire attention sinon on risque de faire un flop... Et puis ça coûte cher. Pour un étranger, il faut acheter plein de trucs pour assurer nos formations basées sur la pratique: du matériel pédagogique, des pièces, des moteurs, des avions... Ce n'est pas magique », avertit-il.

« Je pense que l'avenir d'Aérocampus, c'est de grandir, et quoi de mieux pour grandir que d'aller ailleurs ? et pas forcément en Aquitaine... Moi j'aimerais bien qu'on crée quelque chose à Toulouse pour ne pas être loin du gros Airbus avec qui on a de plus en plus de relations très positives. », lâche-t-il. « Au début, depuis Bordeaux, ils ne nous connaissaient pas. Maintenant, ils ont découvert que ce qu'on fait ici, et, sauf à investir beaucoup, ils ne sont pas capables de le faire. Eux, ils savent faire des formations vers des gens déjà très spécialisés, mais pas vers des jeunes comme les nôtres. Quant à nous, il faut être géographiquement bien placé pour continuer ce qu'on a envie de faire: former des jeunes ».

Bien conscient que l'idée de sortir des frontières régionales pourrait ne pas plaire à tout le monde, et que seule l'envie ne peut suffire, il persiste et signe : « C'est sûr, il faut beaucoup d'argent. Est-ce que Airbus nous passera de l'argent, je n'y crois pas trop. Mais il faut s'assurer que la Région Occitanie, elle, soit d'accord... Bref, il y a plein de choses à faire, ce n'est pas fait à la minute! Mais pour avancer, il faut toujours se donner un projet ambitieux ! » L'appel du pied en tout cas est lancé.

Cet article fait partie de notre édition spéciale : Aérocampus Aquitaine : les 10 ans

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
19819
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -