18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Des indécis qui se sont décidés...la veille du scrutin

24/04/2017 | Les indécis n’ont jamais été aussi nombreux lors des précédents scrutins présidentiels.

Des indécis qui se sont décidés à la veille du scrutin

À J-3, ils étaient encore près de 30% à ne pas avoir choisi leur candidat, selon un sondage Odexa. Nous avons rencontré trois d’entre eux. Après une semaine d’hésitation, ils ont fini par arrêter leur choix sur Emmanuel Macron.

« J’ai procédé par élimination », Guillaume Tétart, 28 ans
« J’ai été indécis pendant des se­maines, alors j’ai procédé par éli­mination. En tant qu’entrepreneur, j’aurais pu voter pour Fillon. Mais si j’adhère à son programme, je n’aime pas le personnage. Marine Le Pen ? Elle est complètement hors-jeu pour moi. Je pense que la France mérite mieux. Hamon et Mélenchon sont talentueux, mais leurs programmes sont utopiques et bien trop risqués pour l’économie française à mon sens. Et moi, en tant qu’entre­preneur, je veux que les choses changent, mais sans prendre trop de risques. Il ne me reste donc que Macron. Il ne me convient pas vrai­ment, il nous chante une sérénade à chaque apparition médiatique. Mais il est jeune et dynamique. C’est un choix par défaut de voter pour lui, car je ne veux pas voter blanc. » -


« Je choisis un programme réaliste »
, Emilie Corbiat, 22 ans
« J’étais perdue. Dans ma famille on vote plutôt à gauche. Mais au­jourd’hui, je suis déçue par le quin­quennat socialiste, et je suis sans emploi. J’ai lu les programmes des principaux candidats, sauf celui de François Fillon car je ne l’appré­cie pas beaucoup. J’ai trouvé que Mélenchon n’était pas réaliste et le programme de Hamon ne m’a pas marqué. Quant à Marine Le Pen, j’adhère à certains de ses propos mais on ne peut pas laisser quelqu’un comme elle accéder au pouvoir. À la lecture de son pro­gramme, tu te dis « c’est bien » et après « c’est fou ». Il me reste Ma­cron donc, moins extrême que les autres. La veille du premier tour, j’ai décidé de voter pour lui.


« Je vote pour le moins pire »
, Robin Gomes, 28 ans
« Je cherche à voter pour le « moins pire » ». Le vote utile, je trouve ça ridicule. Je ne suis pas surpris qu’autant de personnes soient indécises. Je pense que les gens ne se sentent pas représentés par les candidats. J’ai fait une première sélection des programmes qui me paraissaient les plus plausibles. J’ai fini par en sélectionner deux : Macron et Mélenchon. En les lisant bien, celui de Macron me parait le moins archaïque. Quant à Mélen­chon, je le trouve trop extrême. J’ai donc décidé de voter pour le candi­dat d’En Marche ! Je trouve ses pro­positions réalistes par rapport à la conjoncture actuelle. Il n’en promet pas trop, et selon moi, l’austérité n’est pas nécessaire pour s’en sor­tir. On a besoin de quelque chose entre les deux : ni de droite, ni de gauche. »

 

« J’ai changé d’avis dans l’isoloir », Lucas, 23 ans
« Dans l’isoloir, j’ai repensé à ma soeur. Elle a quatre ans de moins que moi et m’a convaincu de voter pour son avenir et le mien. Pour que les choses changent enfin. Je partais dans l’optique de voter Macron depuis deux ou trois semaines. Mais une fois le rideau fermé, dans le bureau de vote, j’ai tout remis en question. Je suis au smic et une augmentation de 20% serait la bienvenue, car j’ai beaucoup de mal à finir les fins de mois. Alors j’ai changé d’avis et j’ai décidé de voter pour Mélenchon. »

Aurélie Rodrigues et Lucie Pochet - Etudiants EFJ
Aurélie Rodrigues et Lucie Pochet - Etudiants EFJ

Crédit Photo : Cyril Made, Sylvia Bonin, Aurélie Rodrigues

Partager sur Facebook
Vu par vous
2711
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -