13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Dossier: les élections européennes en cinq questions

05/06/2009 |

Le parlement européen

Entre le 4 et le 7 juin prochain, les ressortissants de l'Union européenne, sont appelés à voter pour élire leurs représentants au Parlement européen. Si cette élection a été de plus en plus boudée par les citoyens européens, elle ne manque pourtant pas d'importance. Au contraire, en bientôt 52 ans d'existence, l'institution est devenue incontournable dans le processus législatif communautaire et est un vrai pilier de la légitimité démocratique de l'Union Européenne. Si le suspens reste entier concernant l'applicabilité du Traité de Lisbonne lors des prochaines élections, ces élections auront bel et bien lieu, Traité de Lisbonne ou pas. Dans ce contexte politique un peu confus et à moins de cinq mois de l'échéance électorale, Aqui.fr revient en quelques points sur cette institution en mal de reconnaissance et sur les subtilités de ces élections à venir.

Qui votera aux élections européennes ?
Tous les 5 ans les élections européennes sont pour l’ensemble des européens de l’UE une véritable occasion de s’exprimer sur les orientations qu’ils souhaitent donner à l’Europe. Pourquoi ? Parce que ces élections (et ce depuis 1979) se déroulent au suffrage universel direct. Ce sont les candidats directement désignés par les peuples européens qui siègent en tant que députés européens au Parlement européen (PE). Outre lacondition nécessaire du suffrage universel, d’autres règles communes s’appliquent dans les 27 Etats membres : droit de vote à 18 ans, égalité entre femmes et hommes, secret du vote. Précision importante tout citoyen de l'Union européenne résidant (c’est-à-dire ayant son domicile principal) dans un Etat membre, autre que celui de son Etat d’origine, peut participer à l’élection des représentants au Parlement européen dans son Etat de résidence. Seules conditions, outre celles énumérées plus haut, être inscrit à la mairie de résidence sur une liste électorale complémentaire et ne pas être privé de son droit de vote dans son Etat d’origine. Par exemple, un allemand vivant de manière fixe et continue en France peut participer aux élections européennes en votant dans la commune française où il réside. Si les grands principes sont simples, la mise en œuvre l’est un peu moins.

Comment se déroulent les élections européennes?

Si la règle du suffrage universel est applicable dans tous les Etats membres de l’UE, les modes de scrutins sont définis par les Etats eux même. Le scrutin peut donc se dérouler soit dans le cadre de circonscriptions régionales (comme par exemple en Belgique ou en Italie) ; soit au niveau d’une seule circonscription nationale (notamment en Espagne, au Luxembourg, ou encore au Portugal) ; soit dans le cadre d’un système mixte, comme en Allemagne, où les candidats peuvent se présenter à l’échelon d’une ou plusieurs régions (Länder), ou à l’échelon national.
En France, le scrutin s’organise, depuis 2003,non plus au sein d’une seule circonscription nationale mais en huit circonscriptions interrégionales que sont le Nord-Ouest, l’Ouest, l’Est, le Sud-Ouest, le Sud-Est, le Massif central-Centre, l’Ile-de-France et l’Outre-Mer. Concernant plus particulièrement la circonscription Sud-Ouest, elle regroupe trois régions administratives que sont l’Aquitaine, le Languedoc-Roussillon et la région Midi-Pyrénées. Pour l’ensemble de ces trois régions, composant une seule et même circonscription 10 députés ont été élus lors des dernières élections en 2004 sur les 78 sièges que compte actuellement la France au Parlement Européen.
Européenne 2009Concernant plus précisément le mode de scrutin, les eurodéputés français sont élus au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à un tour. Les électeurs choisissent donc une liste sur laquelle ils ne peuvent rayer aucun nom, ni changer l’ordre. Les listes ayant recueilli moins de 5 % des voix ne sont pas admises à la répartition des sièges. Même si le mode de scrutin à la proportionnelle s’applique dans tous les Etats membres depuis les élections de 1999, il n’existe pas encore de procédure uniformeau sein des Etats de l’UE quant au mode de répartition des sièges. Le Traité de Lisbonne prévoit sur ce point, le passage à « une procédure uniforme ou des principes communs pour l’élection des parlementaires dans l’ensemble de l’UE ». Cela dit, le traité de Rome, traité historique de la construction européenne annonçait déjà cette procédure électorale uniforme en 1957… Jusqu'à présent aucun des projets présentés par le Parlement européen n’a pu aboutir. Les divergences quant au choix d’une procédure électorale unique s’expliquent tout simplement par le fait que les élus, en adoptant les lois électorales, cherchent en effet à ne pas prendre le risque de perdre leurs sièges…

Quel est le nombre de sièges à pourvoir ?

A l’heure actuelle, suite aux élections européennes de 2004 et aux élargissements de janvier 2007 (Roumanie et Bulgarie), le Parlement européen compte un nombre exceptionnel et temporaire de 785 « eurodéputés » représentantles quelques 500 millions de citoyens européens. Cette année, la composition du Parlement Européen, et donc le nombre de députés élus, dépendra du traité qui sera alors en vigueur. C’est là que le suspens autour de l’application du traité de Lisbonne se fait sentir. Prenons le cas des électeurs français. Si le traité de Lisbonne entre en vigueur avant les élections, celui-ci prévoit que le nombre de sièges à pourvoir pour les eurodéputés français est de 74. Si, à l’opposé, le traité de Lisbonne n’est toujours pas en application au mois de juin, les électeurs français devront alors élire 72 députés européens (en application du traité de Nice). Cependant, une troisième possibilité est à envisager, l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne non pas avant mais après les élections du mois de juin. Dans ce derniers cas, des mesures transitoires seraient prises afin d’augmenter le nombre de députés pour atteindre celui prévu par le nouveau Traité en vigueur, à savoir 74 députés. Il faudrait alors ajouter deux autres députés après les élections. Concernant l’ensemble du Parlement européen, le nombre total d’eurodéputés passerait alors de 736 (tel que le prévoit le traité de Nice, pour l’instant applicable) à 754 membres.

Quels sont les partis politiques au Parlement européen ?

Députés européensActuellement les 785 députés siégeant au PE sont issus de prés de 150 partis politiques nationaux. Pour éviter la cacophonie inévitable inhérente à un nombre aussi élevé de partis politiques au sein d’une même assemblée, ces partis nationaux se sont rapprochés en fonction de leurs affinités politiques et ont ainsi constitué 7 regroupements politiques européens. Le groupe Gauche Unitaire Européenne, Gauche Verte Nordique (GUE, GVN) embrasse la tendance communiste et antilibérale ; les partis nationaux à tendance socialiste et social-démocrate se retrouvent au sein du Parti Socialiste Européen (PSE). Le Groupe des Vert/Alliance Libre Européenne (Verts/ALE) a une tendance majoritaire écologiste-socialiste. Il existe également le groupe Alliance des Démocrates et Libéraux pour l’Europe (ADLE) ainsi que le groupe du Parti Populaire Européen et des Démocrates Européens (PPE/DE), ces deux groupes ont une tendance libérale, le second ayant une tendance majoritaire plus conservatrice que le premier. Enfin les conservateurs eurosceptiques se retrouvent dans le Groupe Indépendance/Démocratie et les conservateurs nationalistes appartiennent à l’Union pour l’Europe des Nations (UEN). Cette palette de tendance témoigne de l’importance des élections européennes. Que l’électeur soit pro-européen ou eurosceptique, il peut faire entendre sa voix.

Quel est le rôle des députés européens ?

Une fois élus les députés européens siègeront naturellement au Parlement européen et, à ce titre, auront un rôle actif dans l’élaboration de la législation européenne et contribueront au bon fonctionnement de l’UE au coté de la Commission et du Conseil de l’UE. Le Parlement européen à trois pouvoirs fondamentaux que sont le pouvoir législatif, le pouvoir budgétaire et le pouvoir de contrôle politique des institutions communautaires. Longtemps cantonné à une participation exclusivement consultative, le Parlement européen est désormais, grâce à la procédure dite « de codécision », sur un pied d’égalité avec le Conseil dans une quarantaine de domaines traités par l’Union européenne tels que la politique agricole commune, le marché intérieur ou encore la politique commerciale commune.

Si le traité de Lisbonne entre en vigueur, le Parlement européen deviendra un véritable « colégislateur » dans la plupart des domaines de compétence de l’Union européenne, ce qui donne d'autant plus d’importance à la nécessité du vote des citoyens pour élire leurs députés européens. Paradoxalement plus le Parlement Européen, unique institution représentative de l’Union Européenne, gagne en pouvoir et en compétence, moins les citoyens européens semblent s’intéresser à l’élection de leurs représentants. En effet, depuis 1979, le taux de participation aux élections européennes ne cesse de décroître ; d’environ 63% de participation en 1979, il n’était plus que de 45 % en 2004. Les élections de 2009 seront l’occasion pour les français et l’ensemble des citoyens de l’UE de faire mentir le phénomène. Pour participer à cette « prise de parole » européenne rendez-vous dans vos bureaux de vote le 7 juin prochain.

Photos : © Parlement Europeen

Dossier réalisé par Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
277
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
yollann | 02/06/2009

pour voter aux européennes il faudrait que je me sente européen... ce n'est pas le cas et rien ni personne n'a sus jusqu'à présent me convaincre que l'europe était une bonne chose pour moi, pour la france et les français, pour les habitants du continent européen. j'ai voté mes désaccord, pour maastritch... le référendum de 2005. je ne voterai plus pour ou contre ces technocrates. l'europe finira comme la yougoslavie... déchirée dans la guerre civile.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -