Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/19 : Chez les féminines, la belge Nafissatou Thiam remporte le Décastar à Talence. La bordelaise Solene Ndama termine 4° avec 6290 points, elle se qualifie pour les Championnats d'Europe Espoirs, mais échoue à 10 points de la qualification aux mondiaux.

22/06/19 : Au Décastar Talence, ce samedi 22 juin, la Championne Olympique belge Nafissatou Thiam a battu le record du stade de hauteur avec un saut à 2m02, 2ème performance mondiale de l'année, et record du monde de saut en Hauteur lors d'un heptathlon.

21/06/19 : Le 20 juin, Alexandra Siarri adjointe au maire de Bordeaux chargée de la Ville de demain, de la cohésion sociale et territoriale, a été élue présidente nationale de «France Médiation» qui fédère les 75 acteurs publics et privés de la médiation sociale

21/06/19 : Après Bordeaux, Blaye, La Rochelle, Dax et Mont-de-Marsan, Parthenay et Niort testent actuellement une nouvelle ligne de bus (la 12) fonctionnant au biogaz. Le projet est soutenu par la Région.

20/06/19 : Deux Sèvres : dimanche 23 juin, de 10 h à 18 h, la Maison du Département à Niort accueillera une trentaine d'activités sportives à tester gratuitement en famille. Basket, kendo, escrime, tir à l'arc, rugby fauteuil... dans une ambiance festive. Gratuit.

19/06/19 : L'Hebdomadaire "Le Point" classe en 3ème position parmi les 70 villes les plus attractives de France, Bayonne Anglet et Biarritz sur la Côte basque pour leur dynamisme économique, leur mobilité leur connectivité et la qualité de vie.

19/06/19 : Charentes: selon le BNIC, les dégâts causés par l'épisode orageux de cette nuit ont eu un niveau d'impact limité sur le vignoble, localisés à Salles d'Angles, Sigogne, Angeac-Champagne, St-Martial, Jarnac, Gensac, Genté, Jarnac-Champagne ou Chadenac.

19/06/19 : La Rochelle : dans le cadre de l’approbation du Plan local d'Urbanisme intercommunal, une enquête publique est ouverte jusqu'au 26 juillet, dans 60 permanences réparties dans l'agglomération. Registre en ligne : www.registre-dematerialise.fr/1359.

19/06/19 : En raison d’un changement de programme de dernière minute, la visite de Nicolas Thierry, vice-président en charge de l’environnement et de la biodiversité, à Iraty et à Esterençuby ce jeudi 20 juin est reportée sine die.

18/06/19 : Nathalie Lasserre, première conseillère du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel est nommée sous-préfet de Nontron. Elle remplace Frédéric Roussel, nommé directeur de cabinet à la préfecture du Tarn à Albi.

14/06/19 : La Rochelle : Le Muséum d’Histoire Naturelle s’est vu décerné le Trophée Môm’Art 2018 aujourd'hui. L’association Môm’Art récompense chaque année une institution culturelle qui a signé sa Charte de démarche d’accueil des familles et des enfants.

14/06/19 : Dans son édition du 12/06 consacré à l’attractivité des villes, Le Point classe La Rochelle première des villes de 80 à 250 000 habitants. 1re sur la création d’emplois, elle se place 5e sur la masse salariale et 4e sur l’implantation d’entreprises.

Arte Flamenco 2019 - du 2 au 6 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/06/19 | Vienne : la Préfecture au chevet d'Avanton

    Lire

    Après un arrêté interministériel daté du 21 juin 2019, la Préfecture de la Vienne annonce la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle pour Avanton. En effet, la commune a été fortement affectée par la sécheresse de l'été 2017, et la réhydratation des sols a provoqué plusieurs mouvements de terrain. Les sinistrés ont 10 jours à compter de la publication de l'arrêté au Journal officiel pour se manifester dans le cadre d'une indemnisation. Les demandes se font donc jusqu'au 2 juillet.

  • 24/06/19 | Virginie Calmels quitte Barnes

    Lire

    Virginie Calmels, ancienne numéro 2 des Républicains et ex adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux, quitte ses fonctions de présidente de Barnes France et CEO de Barnes International et Hospitality prises en mars. Dans un communiqué, le groupe immobilier de luxe parle de "dissension majeures avec les actionnaires et d'une "décision devenue inévitable". La principale concernée a précisé dans un communiqué que la décision serait intervenue "suite au refus des actionnaires de me garantir leur accord pour la mise en œuvre des mesures correctrices préconisées" dans un rapport d'audit visant à "structurer le groupe".

  • 24/06/19 | Deux-Sèvres : la plus grande ferme de méthanisation de France inaugurée

    Lire

    Une nouvelle ferme de méthanisation a été inaugurée le 21 juin à Combrand (79). Avec une production énergétique équivalente à celle de 2500 foyers par an pour un recyclage de 45.000t de fumier, c'est le plus grand et le 1er site de méthanisation en France dont le biométhane produit est réinjecté dans le réseau de GRTgaz. Le projet est porté par un collectif d'une trentaine d'agriculteurs. La société GRTgaz souhaite développer d'autres projets pour arriver à 100% de gaz "propre" à l'horizon 2050.

  • 24/06/19 | Un budget supplémentaire de 168,8M€ pour la Charente-Maritime

    Lire

    Le Département 17 a adopté son budget supplémentaire 2019 lors de sa session d'été,le 21 juin. Avec 168,8M€, cette somme permet de réinvestir dans les budgets voirie (+12M€); péréquation (3,3 M€) dont le nouveau Fonds volontaire de soutien interdépartemental ; ports (+2,8 M€); travaux d'entretien du fleuve Charente (2,7 M€); ferroviaire (+2 M€) dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région; équipements SDIS (+1,3 M€). Tous budgets confondus, le budget global 2019 s’élève à 1,256 milliard d’euros.

  • 24/06/19 | Lascaux III va s'enrichir de nouveaux panneaux

    Lire

    Le Conseil départemental de la Dordogne va investir un million d'euros dans la fabrication de nouveaux fac-similés pour l'exposition internationale Lascaux III qui tourne désormais depuis l'automne 2012 dans le monde entier. La Direction régionale des affaires culturelles a donné son accord à ce projet. Les nouveaux panneaux reproduiront la célèbre salle des taureaux. Le conseil régional, co-actionnaire de la Société publique locale, sera sollicité pour participer financièrement à ce projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Du salariat à l'association, deux étapes vers la transmission agricole expérimentées à Beaulieu-sous-Parthenay (79)

13/04/2019 | A Beaulieu-sous-Parthenay (79), Daniel Juin est passé par le salariat puis l’association pour céder progressivement son exploitation à Emilien Blanchard.

Daniel Juin et Emilien Blanchard

« Quand Emilien m’a appelé un jour de 2014 pour me dire que mon exploitation l’intéressait, j’avais encore cinq ou six ans avant la retraite, je trouvais ça précoce, de penser à la transmission », raconte l’éleveur de vaches parthenaises Daniel Juin, « et puis en y réfléchissant je me suis dit « qu’est-ce que je risque à essayer ? ». Aujourd’hui, je me dis que j’ai eu de la chance.» Depuis 2015, il prépare une transmission en douceur avec son jeune repreneur, devenu son salarié, puis son associé.

Pourtant, la transmission, Daniel Juin en avait déjà entendu parler. « La question s’était posée en 2007 au départ de mon frère qui avait son propre troupeau. J’avais fait un stage « transmission-installation» avec le Point accueil transmission (PAT) », explique Daniel Juin. La transmission ne s’est finalement pas faite, le cheptel a été revendu et Daniel Juin n’a gardé que ses 90 vaches allaitantes et les 85 hectares de terre qu’il avait repris de ses parents au début des années 1980. « Cette étape m’a au moins permis d’y réfléchir et de me poser les bonnes questions », analyse l’exploitant.

S’installer, Emilien Blanchard y pensait depuis longtemps. Le virus de l’agriculture, il l’a attrapé auprès de ses oncles, éleveurs de Limousines dans la Vienne. Il s’est donc naturellement orienté vers un BEP puis un Bac Pro agricole à Melle, dans le sud des Deux-Sèvres. Quand il a cherché une exploitation à reprendre, il s’est tourné vers le PAT, mais aussi vers l’Organisme de la sélection de la race Parthenaise (OSRP). « Je voulais absolument trouver un élevage en Parthenaises, car la race me passionne depuis longtemps. Le caractère de l’animal me plaît. J’aime aussi le côté technique, complexe, de ce type d’élevage, c’est un  vrai défi ! », explique le jeune homme de 26 ans. Liste du PAT et de l’OSRP en main, Emilien a fait le tour des exploitations correspondant à ses critères et a fini par tomber sur Daniel.

 Instinct, expérience et transparence 

La rencontre entre les deux ressemble à un coup de cœur. « La première fois qu’il est venu, on a fait ensemble le tour de l’exploitation. Il se trouve que ce jour là, j’avais un troupeau à changer de champs. Je lui ai proposé de le faire tout seul. Ca a marché, il était à l’aise. En le voyant faire, je me suis dit, celui là, c’est un bon candidat, ne le laisse pas passer », se souvient Daniel Juin, « on a beaucoup discuté ce jour là. J’ai été très clair avec lui sur le fonctionnement et les contraintes de l’exploitation. Je ne lui ai rien caché ». Une transparence payante, puisqu’Emilien a finalement rappelé Daniel quelques mois après leur rencontre, une fois son tour des exploitations terminé.

« Je lui ai dit d’accord, mais j’ai besoin de te connaître avant », poursuit Daniel Juin, qui « ne voulait pas d’une rupture nette avec un inconnu en guise de passation ». « Je lui ai proposé de le prendre un 1 an en CDD à temps partiel. Je n’avais pas spécialement besoin d’un salarié, ni les moyens de le prendre à temps plein, mais c’est la meilleure solution que j’ai trouvé pour voir si ça fonctionnait.»  Grâce au Groupement d’employeurs, Emilien a trouvé de quoi compléter son temps partiel chez un exploitant voisin. L’alchimie opérant entre les deux hommes, Daniel Juin renouvelle le contrat d’Emilien en janvier 2016. « Et puis, au bout de deux ans de salariat, je me suis dit que la situation ne pouvait pas durer ainsi éternellement. Cinq ans, c’est trop long – il pouvait tout à fait partir ailleurs. Je me suis dit, puisqu’il est motivé et compétent, autant lui laisser la main avant », relate Daniel. Le chef d’exploitation propose au jeune homme de s’associer, en prenant des parts dans l’entreprise petit à petit, en fonction de ses moyens. « Les banques ont suivi », se réjouissent encore les deux hommes. La force de leur dossier ? Daniel a accompagné Emilien dans ses démarches, apportant par là une caution sérieuse au projet.

Du salariat à l'association

Tout en restant salarié à mi-temps, Emilien est devenu associé le 1er avril 2017, avec un tiers des parts de l’entreprise. Au 1er janvier 2019, il est passé à temps plein, et Daniel à mi-temps. La répartition des tâches entre les deux hommes s’est peu à peu inversée, « mais on prend toujours les décisions en commun », assure Emilien, qui se voit mal imposer sa volonté à son aîné. « Je lui laisse quand même de plus en plus l’initiative de la décision », précise Daniel, « et si on devait ne pas être d’accord sur un point, j’aurais tendance à lui donner mon feu vert ». Daniel se souvient par exemple de ne pas avoir été tout à fait d’accord avec le choix d’un taureau acheté par Emilien dernièrement. « Mais c’est à lui aujourd’hui de constituer le cheptel qu’il veut pour demain. C’est important de lui laisser prendre ses propres décisions, pour qu’il devienne autonome ».

Daniel compte s’effacer progressivement de l’exploitation. Cette fois-ci, c’est lui qui attend le feu vert de son associé. « Je lui ai dit que je partirai dès qu’il se sentirait prêt… Mais que je n’étais pas non plus à un ou deux ans près si c’était nécessaire », sourit Daniel.

 

Les conseils d’Emilien et de Daniel à ceux qui voudraient se jeter dans l’aventure de la transmission – installation :

Aux cédants, Daniel Juin conseille de faire un stage « transmission » auprès du PAT : « Ce stage, il devrait être obligatoire ! C’est important car on y aborde des problématiques auxquelles on ne pense pas forcément. Moi-même j’en ai refait un en 2016, et ça m’a permis de répondre à des questions que je me posais. Il aide aussi à se mettre à la place du repreneur. Pour faire des affaires, il faut être deux et comprendre les problématiques du candidat. A titre personnel, je pense qu’il ne faut pas être trop gourmand ni avoir trop d’exigences ou d’attentes vis-à-vis du repreneur, au risque de passer à côté de quelqu’un de bien. » «  Aujourd’hui, il y a plus de cédants que de repreneurs, nous avons le choix ! Si ça ne va pas, on s’en va… », renchérit Emilien rappelant que l’ouverture d’esprit est aussi importante que la qualité de l’exploitation : « Ce qui m’a plu chez Daniel, c’est qu’il était ouvert aux changements. Je lui ai parlé des choses que j’avais envie de faire évoluer, et il m’a laissé changer deux-trois trucs, comme l’alimentation des veaux par exemple. C’est important de pouvoir apporter ses propres idées.»

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
15424
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -