Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Équitaine : la Nouvelle-Aquitaine et l'Espagne deviennent partenaires

26/05/2017 | Les Présidents des fédérations espagnoles d'Aragon, de Navarre, du Pays-Basque et de Rioja étaient présents au salon Équitaine ce jeudi. On vous dit pourquoi.

Equisud Europa

La Nouvelle Aquitaine soutient avec force un rapprochement avec son voisin espagnol depuis longtemps. Dernièrement, en mars, c'est la Navarre qui a officiellement rejoint l'Eurorégion Aquitaine Euskadi, cet espace de coopération transfrontalier qui regroupe quasiment neuf millions d'habitants aujourd'hui. En tout, 900 000 euros de subvention annuelle ont été allouées pour la période 2017. Mais il est parfois des partenariats qui se font de manière plus discrète. Celui que mènent les fédérations hippiques espagnoles avec celles de la grande région par exemple. Présents au salon de l'Agriculture, ils détaillent l'objet de leur coopération.

Ce jeudi 25 mai, les Présidents des fédérations espagnoles d'Aragon, de Navarre, du Pays-Basque et de Rioja ont donc tenu une rencontre au sein d'Equitaine, grande réunion de la filière équine régionale se déroulant chaque année au Salon régional de l'Agriculture à Bordeaux. Un échange de bonnes pratiques d'un côté comme de l'autre, mais aussi des actions concrètes comme celles imaginées dans une convention signée le 31 mars dernier. "C'est la première fois qu'il y a un rapprochement de cette manière là, c'est d'autant plus intéressant qu'il est établi avec des régions limitrophes", a précisé Jacques Robin, Président du Comité Régional d'Équitation de Poitou-Charentes. "Ça s'est fait parce que le réseau "Cheval et Différences" organise un grand rassemblement tous les ans dans la Vienne avec plus de 250 personnes handicapées. L'an dernier, on a reçu deux personnes qui venaient d'Espagne et à partir de là, on a travaillé sur ce réseau en Espagne. On a rencontré les quatre fédérations hyppiques régionales et ce dossier est arrivé à partir de ces rencontres. On voit qu'il y a de la demande de l'autre côté de la frontière". 

Trois pistes de développement

En Nouvelle-Aquitaine, la filère équine représente, selon les derniers chiffres du Conseil des Équidés régional, pas loin de 70 000 chevaux et poneys au sein des exploitations et 68 890 licenciés participant à quelques 11 075 compétitions. Au-delà de tous ces chiffres, donc, ce partenariat, confirmé au travers de la réunion d'EQUISUD EUROPA ce jeudi, va prendre différentes formes et va être testé entre septembre 2017 et août 2018. "On pouvait imaginer tout type de coopération, mais il a fallu faire un choix pour débuter. On a fixé trois orientations pour la première année", continue Jacques Robin. "D'une part, le développement de l'équitation sur poney, très développée en France mais beaucoup moins en Espagne. On veut détecter leurs manques en formation ou en matériel. Le tourisme équestre et le treck viennent ensuite avec le développement de la route d'Artagnan (association destinée à créer et promouvoir des itinéraires équestres transnationaux) en Navarre et certainement au Pays-Basque. C'est un peu comme les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, il y en a un peu partout donc tout se met en place progressivement mais des itinéraires sont déjà imaginés". Dans ce cadre, un rassemblement est déjà prévu les 16 et 17 septembre en Navarre (entre Sanguesa et le Monasterio de Leyre), qui aura également un pendant français. Ce rassemblement de cavaliers des deux nationalités donnera lieu à deux rencontres formelles, mais aussi à des réunions techniques avec la formation de groupes de travail spéciaux. Enfin, le partenariat compte également un volet TREC (Techniques de Randonnées Équestres de Compétition).

Cheval et handicap

Le troisième axe de cette coopération veut toucher un tout autre public. "On a décidé de développer un troisième volet centré sur l'équitation pour les personnes en situation de handicap. En Nouvelle-Aquitaine, il existe un réseau important nommé Cheval et Différences, les espagnols ont leur propre façon de travailler mais c'est un peu moins développé. Le public est très large, il concerne autant les personnes handicapées que celles en difficulté, et il y en a de plus en plus. Si on peut apporter quelque chose à partir du cheval sur ces points, on le fera", précise Jacques Robin. Pour Ruben Aguado, porte-parole de la Fédération hippique de Navarre, "il existe une sensibilité assez particulière sur cette thématique du handicap de la part des différentes fédérations qui font partie du projet. Ce partenariat permet d'être témoin des bonnes pratiques d'un côté et de l'autre, d'échanger de la formation et de la pédagogie et de créer des groupes de travail dans lequel les échanges sont plus faciles sur des thématiques similaires". Cela dit, "il n'y a pas une thématique qui soit plus importante qu'une autre, c'est en fonction des sensibilités de chacun". En Espagne, c'est le centre des fédérations paraéquestres, basé à Pampelune, qui fera office de pilote local concernant cette thématique du handicap.

Vers un projet Européen

En tout, neuf réunions seront programmées jusqu'en août : deux à chaque fois à raison d'une dans chaque pays en poney, tourisme équestre et TREC et trois pour le handicap, la troisième étant censée faire une synthèse du projet. Mais ce partenariat transnational doit encore régler quelques freins, notamment au niveau des différentes licences. "On ne peut pas forcément ouvrir une compétition en France avec ouverture espagnole parce que les règlementations ne sont pas les mêmes", nous précise-t-on. "D'un côté, il faut être licencié FFE (Fédération Française d'Équitation) et de l'autre FEI (Fédération Équestre Internationale), avec tous les différents circuits que cela comporte. Ca n'a pas beaucoup de sens d'avoir des enfants licenciés FEI pour participer à des compétitions à trente kilomètres de chez eux... C'est un autre des sujets de discussion à l'étude". 

D'après les responsables rencontrés ce jeudi au sein du Salon de l'Agriculture, les échanges ne s'arrêteront pas à cette année de coopération. "Il s'agit en fait de travaux préparatoires pour monter un projet européen conséquent sur le développement de l'équitation et la qualité des infrastructures dans les clubs. Ce sera pour les trois années suivantes, ce premier partenariat sert de galop d'essai". Si la route de d'Artagnan fait déjà office de projet à dimension européenne et que les trois volets développés jusqu'à l'année prochaine seront inclus dans le projet européen, on pourra aussi y trouver des axes plus conséquents sur la formation, l'emploi et la compétitivité du secteur.
La filière équine en Nouvelle-Aquitaine a un poids économique important : pas moins de 188,8 millions d'euros de chiffre d'affaires, essentiellement apporté par l'enseignement de l'équitation (39%) et les courses (26%). Voilà donc une rencontre dont il reste à faire fructifier les objectifs. 

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3031
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -