15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Européennes : voter quand même

03/06/2009 |

../bib/photos/img_id_31179.jpg

A une semaine du rendez vous électoral Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont cru devoir écrire en commun une lettre aux Européens pour les inviter à se rendre aux urnes car nous avons besoin d'une « Europe forte qui nous protège ». Curieuse remarque comme si les citoyens européens détenaient, à eux seuls, la réponse à cette supplique.

Certes on imagine sans peine l’impact d’une abstention qui s’annonce massive sur la crédibilité et le poids politique de l’Union Européenne. S’il devait se confirmer que seuls environ 30 à 40% des « européens » de tous pays devaient voter ce serait en effet un échec majeur pour l’Union, l’absence de légitimité pour un parlement de plus en plus mal élu depuis qu’il l’est au suffrage universel il y a trente ans.
Mais après tout à qui la faute ? Aux électeurs de chaque pays qui seraient insensibles à l’importance de l’Union ? A l’existence d’un droit communautaire qui est à la source de la plupart de nos lois et souvent pour le meilleur ? Aux méchants technocrates qui prospèreraient à Bruxelles et ignoreraient les citoyens ? Au nationalisme exacerbé de quelques pays, récemment entrés dans l’Union, dont les valeurs seraient en rupture avec celle de nos sociétés déchristianisées? Ces arguments souvent entendus ne valent que ce que valent les mots dominants lorsqu’il s’agit de trouver quelque excuse à ses propres responsabilités. Et celle de nos gouvernants sont accablantes, à quelque nuance près.

Résumons :

1. un mode de scrutin étranger à la pratique connue des électeurs, français en premier lieu. Ce n’est pas tant la proportionnelle qui est critiquable que ces méga-circonscriptions qui n’ont pas de signification institutionnelle car ne correspondant qu’à l’addition de régions. Le vote national au scrutin de liste aurait certainement permis une meilleure compréhension des enjeux politiques de l’élection.
2. un fonctionnement des appareils politiques incapables de se hausser à la dimension de cette élection. Les arbitrages internes aux partis ont été rendus très tardivement de sorte que les candidats ont peiné à entrer en campagne. S’y ajoute une incurable propension à faire de cette élection, avant tout, un test national. Rendez vous le 7 juin au soir pour retrouver le discours des soirées électorales nationales.
3. un fossé énorme entre les gouvernements, les partis et les peuples qui se sentent floués et ont, de l’Union , une représentation médiocre ou, pire, mauvaise. Commentêtre crédibles en parlant d’une Europe forte qui protège quand on est incapable de lui donner un corps de doctrine, des règlements et directives qui garantissent les droits de tous les citoyens. L’Europe sociale est un vœu pieux, sur les routes comme dans les champs.

Ce n’est pas de moins d’Europe dont nous avons besoin mais de plus d’Europe, et autrement. Une Union qui sans recourir au protectionnisme sache par exemple défendre ses producteurs laitiers en imposant un système de marges qui leur permettent de vivre, une Union qui ait la volonté de ne pas céder aux multinationales qui rachètent son acier et jettent les ouvriers qualifiés à la rue, une Union qui ait une stratégie industrielle et un corps de lois sociales partagées, une Union qui pèse dans le concert international, au Proche Orient comme en Afrique où la Chine et son cynisme sont à l’ouvrage. Une Union qui ait, enfin, sur l’essentiel, une politique étrangère commune…
Et ce n’est pas parce que les Irlandais appelés à revoter pour le traité constitutionnel, à l’automne, semblent, cette fois, mieux disposés que tout ira pour le mieux, de Berlin àParis et de Bucarest à Stockholm.
L’Union européenne doit être plus que jamais l’affaire des peuples, enfin écoutés par leurs gouvernements. C’est pour cela, que toute déception bue, il faut quand même aller voter le 7 juin, se servir de ce droit démocratique irremplaçable et choisir, entre tous, ceux qui nous ressemblent le plus et ont vraiment l’air d’y croire.

Joël Aubert

Nos lecteurs trouveront dans ce spécial les différents articles, reportages, interviews réalisés depuis le début 2009

Partager sur Facebook
Vu par vous
394
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
5 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Miekellee | 01/06/2009

Non, je n'irai pas voter pour les Europennes. les nouveaux candidats désignés dans ma région me sont étrangers, même si pour certains, le patronyme est identique à celui du député local (affaire de famille l'europe?). l'Eurocratie me gonfle même si je reconnais la pertinence des études européennes sur divers sujets. Pas de projet commun pour les peuples,mais une grande machine qui broie ceux qui sont eurpéens depuis longtemps pour integrer de plus en plus de nouveaux avides de subventions et avares de valeurs communes.

Joël Aubert | 02/06/2009

Merci à tous , vos réactions me confirment dans l'idée que vos choix sont dictés par des convictions bien établies. Que vous alliez voter ou que vous ne vous vouliez plus entendre parler d'Europe vous êtes des citoyens à part entière et pour ma part je ne laisserai jamais vide de ma voix l'urne que l'on me tend, et ceci n'a rien à voir avec quelque couleur politique que ce soit.

Patrick HENQUEL | 31/05/2009

Et si on sifflait la fin de la récréation ?

La "construction" européeenne, ce "machin" improbable ouvert à tous les vents qui n'a apporté à notre pays en 50 ans de ponction (env. 700 milliards d'euros) et de détricotage de nos lois et réglements (hérités du "génie français") que sueur et larmes...
Non merci...

Bernard Trannoy | 31/05/2009

Je vais voter à reculons quand UMPS s'assoit sur le vote à 55% des francais in ne faut pes s'étonner de leur attitude - Surtout quand on sait que plus de 80% des textes adopté par le dit parlement sont adopté en commun. L'Europe sociale Mais allons donc elle est seulement fondée sur la concurrence libre et non faussée - La cour de justice de La Haye allant jusqu'à considérer une convention collective comme une entrave à la concurrence. Pour refonder l'Europe in faudra certainement en sortir...

didier | 31/05/2009

je ne voterai plus jamais de ma vie,et cela depuis 1981,j'ai voté la gauche,et résultat? pas grand choses!!!!! alors j'ai déchiré ma carte d'électeur,plus jamais ils ne verront ma tete dans un bureau de vote!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -