Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Européennes : voter quand même

03/06/2009 |

../bib/photos/img_id_32067.jpg

A une semaine du rendez vous électoral Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont cru devoir écrire en commun une lettre aux Européens pour les inviter à se rendre aux urnes car nous avons besoin d'une « Europe forte qui nous protège ». Curieuse remarque comme si les citoyens européens détenaient, à eux seuls, la réponse à cette supplique.

Certes on imagine sans peine l’impact d’une abstention qui s’annonce massive sur la crédibilité et le poids politique de l’Union Européenne. S’il devait se confirmer que seuls environ 30 à 40% des « européens » de tous pays devaient voter ce serait en effet un échec majeur pour l’Union, l’absence de légitimité pour un parlement de plus en plus mal élu depuis qu’il l’est au suffrage universel il y a trente ans.
Mais après tout à qui la faute ? Aux électeurs de chaque pays qui seraient insensibles à l’importance de l’Union ? A l’existence d’un droit communautaire qui est à la source de la plupart de nos lois et souvent pour le meilleur ? Aux méchants technocrates qui prospèreraient à Bruxelles et ignoreraient les citoyens ? Au nationalisme exacerbé de quelques pays, récemment entrés dans l’Union, dont les valeurs seraient en rupture avec celle de nos sociétés déchristianisées? Ces arguments souvent entendus ne valent que ce que valent les mots dominants lorsqu’il s’agit de trouver quelque excuse à ses propres responsabilités. Et celle de nos gouvernants sont accablantes, à quelque nuance près.

Résumons :

1. un mode de scrutin étranger à la pratique connue des électeurs, français en premier lieu. Ce n’est pas tant la proportionnelle qui est critiquable que ces méga-circonscriptions qui n’ont pas de signification institutionnelle car ne correspondant qu’à l’addition de régions. Le vote national au scrutin de liste aurait certainement permis une meilleure compréhension des enjeux politiques de l’élection.
2. un fonctionnement des appareils politiques incapables de se hausser à la dimension de cette élection. Les arbitrages internes aux partis ont été rendus très tardivement de sorte que les candidats ont peiné à entrer en campagne. S’y ajoute une incurable propension à faire de cette élection, avant tout, un test national. Rendez vous le 7 juin au soir pour retrouver le discours des soirées électorales nationales.
3. un fossé énorme entre les gouvernements, les partis et les peuples qui se sentent floués et ont, de l’Union , une représentation médiocre ou, pire, mauvaise. Commentêtre crédibles en parlant d’une Europe forte qui protège quand on est incapable de lui donner un corps de doctrine, des règlements et directives qui garantissent les droits de tous les citoyens. L’Europe sociale est un vœu pieux, sur les routes comme dans les champs.

Ce n’est pas de moins d’Europe dont nous avons besoin mais de plus d’Europe, et autrement. Une Union qui sans recourir au protectionnisme sache par exemple défendre ses producteurs laitiers en imposant un système de marges qui leur permettent de vivre, une Union qui ait la volonté de ne pas céder aux multinationales qui rachètent son acier et jettent les ouvriers qualifiés à la rue, une Union qui ait une stratégie industrielle et un corps de lois sociales partagées, une Union qui pèse dans le concert international, au Proche Orient comme en Afrique où la Chine et son cynisme sont à l’ouvrage. Une Union qui ait, enfin, sur l’essentiel, une politique étrangère commune…
Et ce n’est pas parce que les Irlandais appelés à revoter pour le traité constitutionnel, à l’automne, semblent, cette fois, mieux disposés que tout ira pour le mieux, de Berlin àParis et de Bucarest à Stockholm.
L’Union européenne doit être plus que jamais l’affaire des peuples, enfin écoutés par leurs gouvernements. C’est pour cela, que toute déception bue, il faut quand même aller voter le 7 juin, se servir de ce droit démocratique irremplaçable et choisir, entre tous, ceux qui nous ressemblent le plus et ont vraiment l’air d’y croire.

Joël Aubert

Nos lecteurs trouveront dans ce spécial les différents articles, reportages, interviews réalisés depuis le début 2009

Partager sur Facebook
Vu par vous
411
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
5 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Miekellee | 01/06/2009

Non, je n'irai pas voter pour les Europennes. les nouveaux candidats désignés dans ma région me sont étrangers, même si pour certains, le patronyme est identique à celui du député local (affaire de famille l'europe?). l'Eurocratie me gonfle même si je reconnais la pertinence des études européennes sur divers sujets. Pas de projet commun pour les peuples,mais une grande machine qui broie ceux qui sont eurpéens depuis longtemps pour integrer de plus en plus de nouveaux avides de subventions et avares de valeurs communes.

Joël Aubert | 02/06/2009

Merci à tous , vos réactions me confirment dans l'idée que vos choix sont dictés par des convictions bien établies. Que vous alliez voter ou que vous ne vous vouliez plus entendre parler d'Europe vous êtes des citoyens à part entière et pour ma part je ne laisserai jamais vide de ma voix l'urne que l'on me tend, et ceci n'a rien à voir avec quelque couleur politique que ce soit.

Patrick HENQUEL | 31/05/2009

Et si on sifflait la fin de la récréation ?

La "construction" européeenne, ce "machin" improbable ouvert à tous les vents qui n'a apporté à notre pays en 50 ans de ponction (env. 700 milliards d'euros) et de détricotage de nos lois et réglements (hérités du "génie français") que sueur et larmes...
Non merci...

Bernard Trannoy | 31/05/2009

Je vais voter à reculons quand UMPS s'assoit sur le vote à 55% des francais in ne faut pes s'étonner de leur attitude - Surtout quand on sait que plus de 80% des textes adopté par le dit parlement sont adopté en commun. L'Europe sociale Mais allons donc elle est seulement fondée sur la concurrence libre et non faussée - La cour de justice de La Haye allant jusqu'à considérer une convention collective comme une entrave à la concurrence. Pour refonder l'Europe in faudra certainement en sortir...

didier | 31/05/2009

je ne voterai plus jamais de ma vie,et cela depuis 1981,j'ai voté la gauche,et résultat? pas grand choses!!!!! alors j'ai déchiré ma carte d'électeur,plus jamais ils ne verront ma tete dans un bureau de vote!!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -