Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/09/20 : A l’occasion des 230 ans des Départements, une cérémonie hommage au premier Président de l’Administration Départementale est organisée ce 3 octobre par le Département de la Creuse, en présence de Jacqueline Gourault, Ministre de la Cohésion des Territoire

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/20 | Le congrès des départements de France à La Rochelle

    Lire

    Les 4, 5 et 6 novembre prochains, La Rochelle accueillera le 90ème Congrès des Départements de France, présidé par son président Dominique Bussereau. Ces "Assises" seront l'occasion de faire un bilan de ces 6 dernières années, et de revenir sur la réforme fiscale. Deux thèmes en particulier seront abordés : "La préservation de la biodiversité : une politique dynamique, partenariale et transversale" et "l’enjeu de l’organisation territoriale du champ médico-social à l’aune de la crise sanitaire".

  • 30/09/20 | La filière bois recrute

    Lire

    La Haute-Vienne, la Charente et la Creuse organisent du 1er au 16 octobre la quinzaine du bois. Cet évènement a pour but de présenter les besoins de recrutement des entreprises de la filière bois ainsi que les formations à ces métiers. Grâce aux visites d’entreprises, les demandeurs d’emplois et les personnes intéressées pourront découvrir les métiers et les offres d’emplois des entreprises locales. Pour participer à ces visites d’entreprises et découvrir cette filière, les participants doivent s'inscrire auprès des acteurs de l’emploi comme Pôle Emploi ou encore les Missions Locales.

  • 30/09/20 | La Rochelle : avancée sur le projet d'éco-quartier

    Lire

    Une étape importante dans la concertation sur le Programme de Renouvellement Urbain de Villeneuve-les-Salines est franchie ce mercredi avec l’installation, à la Maison du Projet, d’une maquette évolutive du futur quartier. Visible par les habitants, elle permettra de se projeter pour mieux comprendre et s’exprimer sur les différents axes du programme. Rappel du projet: www.aqui.fr/politiques/titre-un-quartier-populaire-requalifie-en-quartier-durable-a-la-rochelle,18138.html

  • 30/09/20 | 79 : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat se refait une beauté

    Lire

    Le CFA des Deux-Sèvres, qui comporte 32 formations et 57 diplômes, va faire peau neuve. Le bâtiment existant va être rénové et 3 nouveaux vont être construits. Cette réhabilitation va permettre de renforcer l’attractivité du campus et d’adapter l’offre de formation au plus près des besoins du marché. Le Département des Deux-Sèvres soutient cette opération et invite les collégiens à découvrir ces métiers grâce à l’opération « Bravo les artisans ».

  • 30/09/20 | Concours agricole : inscriptions ouvertes pour l'agro-foresterie

    Lire

    En 2019, le Concours Général Agricole avait ouvert une nouvelle catégorie du Concours avec les Pratiques Agroécologiques, aux côté de la catégorie Prairies et Parcours. Les agriculteurs pratiquant l'agroforesterie sur les secteurs du Pays de gâtine et Haut val de sèvre en Deux-Sèvres et sur la Charente-Maritime peuvent s'inscrire à la prochaine édition jusqu'au 15 octobre 2020. Conditions: posséder au moins une parcelle avec une production associant l’arbre à l’agriculture. Rens.05 46 50 45 08.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Evento aux Quinconces : quand l'art contemporain tente d'être populaire

13/10/2009 |

Evento

Pour ce premier week-end à Bordeaux, Evento avait jeté l'ancre sur le quai Louis XVIII, à une encablure de la Foire aux Plaisirs. Le temps clément et le brouhaha de fête foraine ont rendu agréable ce premier contact avec les oeuvres, qui pour certaines s'inscrivaient parfaitement dans une démarche populaire et désacralisée de l'art contemporain.

Incontournable vedette de cette biennale, le pont en pin de Tadashi Kawamata, élégamment jeté par-dessus la chaussée et la voie de tramway, a bien joué son rôle de passerelle entre deux mondes qui s'ignorent généralement : celui, plein de bruit et de lumière de la fête populaire et celui, beaucoup plus éthéré et cérébral, de l'art contemporain. Si certains amateurs de concepts et de performances sont allés ensuite "s'encanailler" sur la place des Quinconces, on a pu également voir des familles chargées de peluches et ballons faire un petit tour sur le quai, ne serait-ce que pour jeter un coup d'oeil sur la Garonne depuis le belvédère de bois dressé par l'artiste japonais. Un premier pari semble ainsi être gagné : le rôle de l'art n'est-il pas de changer notre regard et notre point de vue sur notre quotidien ?

Un musée en plein air accessible à tous
De la fête foraine à la fête de l'artLa voiture transformée en aire de jeu d'Olivier Peyricot est prise d'assaut par les enfants, tout comme la barricade de bronze de Fernando Sanchez Castillo, devenue un lieu d'escalade par les tout-petits, qui n'ont pourtant pas besoin d'être encouragés dans leurs pulsions transgressives. Le haut-parleur de Kristina Solomoukha diffuse des bulles de savon qui vont se noyer dans la Garonne ; l'installation sonore de Florian Hecker distille des sons bizarres, des grattements, des criaillements et autres frottements qui se mêlent aux flonflons de la Foire aux Plaisirs et aux bruits de la circulation ; un grand écran sur la scène montre les supporteurs des Girondins chanter des slogans politiques... Les perceptions se mêlent et emmêlent le visiteur, on ne sait plus trop où on en est. Un second pari vient d'être gagné : faire sentir et réfléchir sur l'urbanité et le sens qu'on peut lui donner.

Le film d'attraction de Dominique Gonzalez-Foerster est à cet égard uneréussite. Projeté sur écran géant, juste dans l'axe du pont Kawamata et de la fête foraine, il permet d'envisager cette dernière comme une véritable oeuvre d'art, vivante et luxuriante. De nuit, il invite à une déambulation réenchantée à travers les lumières et les cris des manèges, les boniments des forains et les effluves des baraques à frites. En revanche, nulle trace des portraits vidéo de Nicolas Lelièvre dans la fête foraine...

Un certain manque de cohésion
RespublicaSi la plupart des oeuvres exposées emportent l'adhésion, certaines n'apparaissent pas sous leur meilleur jour sur les quais : la « Respublica » lumineuse de Nicolas Milhé, qui a été conçue pour être juchée sur les silos à grain des Bassins à flot, apparaît ici décalée. Le procédé a un goût de "déjà vu" et le message manque sans doute de subtilité. La plateforme de chaises de Pedro Barateiro, tournée vers le Pont de pierre, n'apporte à cet endroit rien au regard, l'arbre mort-vivant d'Oscar Tuazon fonctionnerait peut-être mieux dans la blancheur d'un musée que sur cette pelouse où il se confond de façon mal maîtrisée avec les autres arbres...

Le thème directeur choisi par Didier Faustino, « intime collectif », paraît souvent quelque peu plaqué sur les oeuvres. Les médiateurs d'Evento, en charge d'expliquer le travail des artistes au public, sont d'ailleurs parfois bien en peine d'expliquer le lien censé rattacher les oeuvres à cette thématique un peu « fourre-tout ». "Intime collectif" ? Soit, mais chacun de nous n'est-il pas à la fois "intériorité" et "extériorité" dès qu'il sort dans la rue ?

Autre fausse note : les concerts de musique le soir, n'ont souvent aucun rapport avec l'art contemporain et viennent casser le lien fragile, mais réel, qu'Evento a pu nouer avec la Foire aux Plaisirs. Comme s'il fallait absolument en rajouter une couche sonore pour attirer du monde, à la façon de la Fête du Fleuve ou de la fête de la Musique. La recherche d'un bon taux de fréquentation nuit ici au propos.

La qualité plus que la quantité
L'affluence ne semble de toute façon pas être au rendez-vous. Difficile de dire s'il y avait plus de monde ce week-end sur les quais qu'une fin de semaine ordinaire avec un temps agréable. Mais peu importe. Même si l'ensemble parait au final, selon les mots d'une jeune professeur d'art plastique, « un peu maigrichon », les gens s'arrêtent, regardent, discutent avec les médiateurs et médiatrices. Des conversations se nouent entre spectateurs, chacun raconte son expérience, ce qu'est pour lui l'art contemporain. On s'intéresse, on débat, on s'indigne parfois. Là encore, c'est un pari de gagné.

Les oeuvres vont maintenant quitter le quai Louis XVIII pour chacune dériver dans divers quartiers de Bordeaux. On verra alors si les habitants de la ville continueront de s'approprier Evento comme ils ont commencé à la faire ce week-end.

Vincent Goulet

Partager sur Facebook
Vu par vous
1923
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -