15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Flamenco extrême : d'Israel Galvan à Andrés Marin, retour sur 3 visions de l'art andalou dans le cadre de mira!

25/11/2008 |

Flamenco extrême

Le festival ¡mira! a fermé ses portes sur un ultime paseo le 15 novembre dernier. Thématique essentielle de cette édition, le flamenco occupait une large place dans la programmation, proposant d'explorer les univers artistiques de trois figures contemporaines du mouvement, Israel Galván, Andrés Marín et Stéphanie Fuster.

Personnalités fortes et atyiques de la scène flamenca, tous trois avaient choisi de nous guider sur des terrains radicalisés, rompant avec la tradition purement andalouse pour mieux regénérer cet art codifié. Sans perdre de vue les origines de la danse, l'heure était à sa décontextualisation et son détricotage pour réinventer un nouveau langage, qu'il soit violent, autocentré ou plus réflexif. Extrême donc dans la forme et pour certains dans le fond, ces spectacles nous ont conduits en trois leçons sur les pas d'une réflexion profonde engagée sur l'évolution de la danse, nous immergeant par la même occasion dans une problématique plus globale sur la notion de contemporanéité.

Israel Galván « El final de este estado de cosas »
Ouvrant le bal avec son spectaculaire « El final de este estado de cosas » qu’il présentait pour la première fois en France, Israel Galván livrait une incarnation fracassante de son combat contre la mort en ouverture du festival ¡mira! Nous guidant sur les pas d’un flamenco rageur, s’acoquinant dans une consanguinité décomplexée avec le bûto ou le Heavy metal, ce dernier avait décidé de renverser une fois de plus nos représentations naïves pour nous faire basculer dans un univers parfaitement chaotique. Répondant à une vidéo envoyée par une ancienne élève dont le père avait été assassiné au Liban, Israel Galván semblait s’approprier cette douleur filiale pour en faire une souffrance volcanique et universelle, le poussant à investir sa danse d’une intensité qu’on lui soupçonnait mais qu’on avait jusqu’alors sous-estimée. Inutile de repréciser les charmes du danseur, sa virtuosité inégalable, cette incomparable manière d’habiter une gestuelle et d’impulser une puissance scénique. Ici, si ces atours contribuent au succès de la pièce, ce qui la rend unique tient au fait d’avoir su englober ce talent brut dans une mise en scène apocalyptique, prompte à traduire la fureur et la folie. Il est certains artistes possédant une intuition icomparable pour transcender leur art jusqu’à en donner une nouvelle définition, ceux-là même qui passeront à la postérité après avoir créés le scandale. En métissant sa danse jusqu’à en faire un art à la fois hybride et identifiable, il réinvente un langage corporel extrêmement narratif, exacerbé par le chant tonitruant de ces musiciens et une musique plus que profane. Désopilant, il compose un spectacle au rythme parfaitement agencé, évitant ainsi les écueils de la lassitude et maintenant en haleine une audience fascinée par cette présence magnétique et hyperbolique. Déjà acclamé lors de ses précédents passages, aujourd’hui il revenait nous confirmer cette première sensation : Israel Galván appartient définitivement au monde des plus grands, celui dans lequel un artiste est capable de s'extriper du carcan originel pour nous assomer à grands coups de chocs artistiques.

Andrés Marín « El Cielo de tu boca »

Flamenco extrêmeDans cette série consacrée au flamenco extrême, était en lice pour le titre de plus grand danseur de flamenco Andrés Marín. Sur scène, cet artiste excellait de sa longiligne et élégante silhouette dans l’art du baile, osant même pousser la chansonnette (un peu fébrilement) à certains moments. Rarement talon n’aura autant scié au pied d’ un homme, de quoi faire pâlir de jalousie les plus jolies sévillannes. Pour autant ce grand séducteur, cette virilité latine (épaules carrées, cheveux gominés) à l’état sauvage n’aura su procurer autant de plaisir que son confrère plus engagé. Dans la danse comme dans la vie, la conquête ne va pas toujours à celui que l’on croit. Mais on peut au mois lui reconnaître les charmes de la persévérance et de la mise en jeu. Dans un spectacle entièrement chorégraphié pour el Se_or Marín, il nous intimait de le regarder et nous défiait de mettre en doute sa virtuosité, lui qui, à la différence d’ Israel Galván dansera quasiment tout le spectacle face au public. Quelque peu égocentrique ou stéréotypé au choix, l’homme aux chevilles de fer trop occupé à jouer les narcisses en oubliera la présence de ses musiciens – courtisans. Sans cette cohésion nécessaire à une mise en scène, le spectale tournera rapidement à la démonstration, plongeant tête baissée dans les affres du systématisme et de l’ennui. Seul le volume sonore extrêmement fort, à la limite de l’inaudible nous ordonnera en terrible despote de regarder Andrés Marín se flatter et nous convoiter. Entre une modernité toute relative (diffusion d’images sur un écran vidéo, tableaux lumineux) et un art de la tradition exagéré par la sonorisation (y compris le bruit des talons), le spectacle ne trouvera pas la voie intermédiaire permettant de procurer ce souffle nouveau au flamenco. Trop habitués des déséquilibres rencontrés chez Israel Galván, nous voici devenus bégueules, rien ne sert de danser, maintenant il faudra raconter. Reste à rendre à César ce qui appartient à César et qu’il s’est donné tant de mal à nous prouver : Andrés Marín est sans nul doute le plus gracieux des deux… selon que l’on soit plus réceptif au signifiant qu’au signifié.

Stéphanie Fuster et Aurélien Bory « Questcequetudeviens »

Puisqu’il était question de déconstruction et de décontextualisation du flamenco, Stéphanie Fuster trouvait toute sa place dans cette programmation de l'extrême. Poids plume de la catégorie et seul élément féminin de la distribution, elle venait accompagnée pour l’occasion du metteur en scène Aurélien Bory, bien connu de la scène bordelaise. Intrigué par l’univers du flamenco et cet attachement viscéral des danseurs à la tradition andalouse, sa curiosté naturelle le poussait à réfléchir sur le devenir d’une danseuse de flamenco et celui d'une danse lorsqu’on les sortait de leur contexte préétabli. Avec l’esprit keatonien qu’on lui connaît et son œil fantasque, il décidait de quitter la sphèreibérique pour emmener Stéphanie Fuster en terra incognita, poussant l'exil à l'inverse du processus naturel. Dans cette pièce courte, le papillon redevenait chrysalide, quittant sa majestueuse robe rouge pour enfiler un jogging. Sur scène, le flamenco s’expérimentait alors de façon réaliste dans une salle de répétition dépourvue des ornements caractéristiques qu'on lui connait. Eloigné de la représentation d'une danse déterminée, Aurélien Bory préférait tirer sur le fil de la robe pour laisser la place au tâtonnement, nous ouvrant par la même occasion la portes des coulisses. Un vrai moment d'apaisement dans cette surenchère sonore, au cours duquel la guitare sèche et le jeu sur la répétition ne feront qu'amplifier les bienfaits de ce spectacle hypnotique. Dans ce confort ouateux viendra tout de même le moment de la confrontation, brisant l'écran nous séparant de cette salle d'entrainement pour ramener la danse au premier plan. Car la belle est terrible et ne se laisse pas oublier si facilement. Dans une piscine de fortune installée sur le plateau, le flamenco s'exhibera dans un combat présomptueux contre sa danseuse, la mettant au défi de dominer ses assauts fougueux sur un terrain glissant. Comme un écho à cette lutte, on entendra résonner la question initiale: Qu’est-ce que tu deviens, toi la danseuse ou toi la danse, lorsqu’on t’arrache de la terre ferme et qu’on te met les pieds dans l'eau ? Une perte de repère contrariante et contraignante obligeant les deux entités à repousser leurs limites jusqu'à l'issue fatale et ne faire plus qu'un pour tenter de vaincre l'élement sournois et moqueur. Encore une belle réussite pour le magicien Bory, qui décidemment n'a de cesse de nous étonner par son aptitude au détournement et sa capacité à transformer tout ce qu'il touche en art.

Photos : Alain Monot, Alvaro Cabrera

Hélène Fiszpan

Partager sur Facebook
Vu par vous
450
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -