Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Francis Massé, viticulteur et Président de la SAFER Aquitaine Atlantique : « l'avenir est morose pour la filière »

26/09/2010 |

Francis Massé, Président de la Safer Aquitaine Atlantique, dans ses vignes à Pompignac

Francis Massé est le Président de la Safer Aquitaine Atlantique, mais il est d'abord viticulteur à Pompignac, propriétaire du Château Queyssard. C'est avec cette double casquette, qu'il nous livre sa vision, et son expérience, de la crise qui frappe si durement la viticulture Bordelaise. Un témoignage entre colère et amertume non dissimulées.

Face à une crise viticole souvent silencieuse, Francis Massé parle sans détours : « la réalité, c'est qu'il existe des contrats à 611 euros le tonneau, et que le directeur de l'interprofession ne veut pas reconnaître les choses ! Pour lui, Bordeaux peut encore arriver à vendre 7 millions d'hectos, alors qu'à l'heure actuelle on en vend 4,8 millions. Vraiment, on vit dans un rêve ! »
En ce qui le concerne, la crise se matérialise dans ses chais. Parce qu'il se refuse à vendre son vin à 700 euros le tonneau (prix actuel du cours du Bordeaux mais qui n'assure pas la rentabilité des exploitations, ndlr), il accumule les stocks. Lui qui produit principalement du Bordeaux rosé et du rouge en Côtes de Bordeaux, Bordeaux et Bordeaux supérieur, a encore en réserve « tous les Bordeaux Supérieur 2007, toutes les Côtes 2007, toutes la production 2008 et toute la production 2009 ». Si 70% de sa commercialisation part en vente directe et aux cavistes, les vins médaillés, tel son Bordeaux rosé 2009, sont vendus sur le marché de place. Mais signe de crise, sur les 200 hectos qui ont été produits, 37 sont encore en bouteilles dans ses caves. Une chose jusque là impensable pour un vin médaille d'or du concours général de Paris. Pour d'autres exploitations, il raconte que la crise a conduit à des licenciements ou bien encore à des pertes de marchés « parce qu'aujourd'hui, on est rentré dans une conjoncture où les viticulteurs, entre eux, se font objectivement la guerre. »

"La situation des exploitations continue à se dégrader"
Sur le nouveau Plan Bordeaux présenté cet été par le CIVB, il ne peut s'empêcher de rappeler qu'« il y a déjà eu un Plan Bordeaux qui avait aussi de grandes ambitions ». (en 2004-2005 ndlr) Il prévoyait l'arrachage d'environ 10 000 ha de vigne et la fixation d'un prix plancher à 1000 € le tonneau. Mais pour Francis Massé le constat est amer : « ces deux grandes lignes directrices ont été bafouées dès le lendemain de leur annonce! On n'a pas arraché les 10000 hectares prévus, on s'est arrêté quelque part entre 5000 et 8000 ha, et, seulement deux jours après l'annonce de ce plan, un grand négociant de la place achetait à 850 € le tonneau ! » Le plan Bordeaux 2010, c'est donc d'abord « le constat que le premier plan n'a pas eu d'effet. » Pour preuve : « au Crédit agricole, les taux de créances douteuses sont passées de 8 % des encours en janvier 2010 à 12 % au mois de juillet. La situation des exploitations continue de se dégrader; elles perdent en compétitivité, en qualité, et pour beaucoup, elles ne sont plus aux normes environnementales, et loin des cahiers des charges d'agrément des AOC. La grande question est de savoir jusqu'à quand les organismes bancaires vont pouvoir continuer à soutenir certaines exploitations agricoles ? » De rudes constats qui mettent les hommes dans des situations « très compliquées » et notamment « ces viticulteurs qui ont entre 65 et 70 ans car leur exploitation ne sera pas forcément reprise, et beaucoup ne pourront pas avoir de retraite décente. »

Quel avenir pour les surfaces agricoles non exploitées?
Pour Francis Massé, « l'avenir est morose à la fois pour la filière, mais aussi pour l'économie du département puisqu'une exploitation génère 6 emplois ». Dans ses propos, une manière de désespoir que la colère apaise mais surtout d'une grande frustration : « on ne sent pas de la part du négoce, l'envie de remettre au premier plan l'image de Bordeaux. Tous les lundi matin, un de ces grands négociants donne le prix et le volume de la semaine, et tous les courtiers suivent... Pourquoi n'utilise-t-on pas les primeurs comme locomotive pour nous tirer vers le haut ? » Autre sujet d'inquiétude : « que vont devenir ces surfaces agricoles non exploitées ? » Entre exode rural, développement du tourisme vert ou maintien d'une agriculture vivante, même le Président de la Safer Aquitaine Atlantique qu'il est n'ose se prononcer.

Solène Méric

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1641
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -