Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Francis Massé, viticulteur et Président de la SAFER Aquitaine Atlantique : « l'avenir est morose pour la filière »

26/09/2010 |

Francis Massé, Président de la Safer Aquitaine Atlantique, dans ses vignes à Pompignac

Francis Massé est le Président de la Safer Aquitaine Atlantique, mais il est d'abord viticulteur à Pompignac, propriétaire du Château Queyssard. C'est avec cette double casquette, qu'il nous livre sa vision, et son expérience, de la crise qui frappe si durement la viticulture Bordelaise. Un témoignage entre colère et amertume non dissimulées.

Face à une crise viticole souvent silencieuse, Francis Massé parle sans détours : « la réalité, c'est qu'il existe des contrats à 611 euros le tonneau, et que le directeur de l'interprofession ne veut pas reconnaître les choses ! Pour lui, Bordeaux peut encore arriver à vendre 7 millions d'hectos, alors qu'à l'heure actuelle on en vend 4,8 millions. Vraiment, on vit dans un rêve ! »
En ce qui le concerne, la crise se matérialise dans ses chais. Parce qu'il se refuse à vendre son vin à 700 euros le tonneau (prix actuel du cours du Bordeaux mais qui n'assure pas la rentabilité des exploitations, ndlr), il accumule les stocks. Lui qui produit principalement du Bordeaux rosé et du rouge en Côtes de Bordeaux, Bordeaux et Bordeaux supérieur, a encore en réserve « tous les Bordeaux Supérieur 2007, toutes les Côtes 2007, toutes la production 2008 et toute la production 2009 ». Si 70% de sa commercialisation part en vente directe et aux cavistes, les vins médaillés, tel son Bordeaux rosé 2009, sont vendus sur le marché de place. Mais signe de crise, sur les 200 hectos qui ont été produits, 37 sont encore en bouteilles dans ses caves. Une chose jusque là impensable pour un vin médaille d'or du concours général de Paris. Pour d'autres exploitations, il raconte que la crise a conduit à des licenciements ou bien encore à des pertes de marchés « parce qu'aujourd'hui, on est rentré dans une conjoncture où les viticulteurs, entre eux, se font objectivement la guerre. »

"La situation des exploitations continue à se dégrader"
Sur le nouveau Plan Bordeaux présenté cet été par le CIVB, il ne peut s'empêcher de rappeler qu'« il y a déjà eu un Plan Bordeaux qui avait aussi de grandes ambitions ». (en 2004-2005 ndlr) Il prévoyait l'arrachage d'environ 10 000 ha de vigne et la fixation d'un prix plancher à 1000 € le tonneau. Mais pour Francis Massé le constat est amer : « ces deux grandes lignes directrices ont été bafouées dès le lendemain de leur annonce! On n'a pas arraché les 10000 hectares prévus, on s'est arrêté quelque part entre 5000 et 8000 ha, et, seulement deux jours après l'annonce de ce plan, un grand négociant de la place achetait à 850 € le tonneau ! » Le plan Bordeaux 2010, c'est donc d'abord « le constat que le premier plan n'a pas eu d'effet. » Pour preuve : « au Crédit agricole, les taux de créances douteuses sont passées de 8 % des encours en janvier 2010 à 12 % au mois de juillet. La situation des exploitations continue de se dégrader; elles perdent en compétitivité, en qualité, et pour beaucoup, elles ne sont plus aux normes environnementales, et loin des cahiers des charges d'agrément des AOC. La grande question est de savoir jusqu'à quand les organismes bancaires vont pouvoir continuer à soutenir certaines exploitations agricoles ? » De rudes constats qui mettent les hommes dans des situations « très compliquées » et notamment « ces viticulteurs qui ont entre 65 et 70 ans car leur exploitation ne sera pas forcément reprise, et beaucoup ne pourront pas avoir de retraite décente. »

Quel avenir pour les surfaces agricoles non exploitées?
Pour Francis Massé, « l'avenir est morose à la fois pour la filière, mais aussi pour l'économie du département puisqu'une exploitation génère 6 emplois ». Dans ses propos, une manière de désespoir que la colère apaise mais surtout d'une grande frustration : « on ne sent pas de la part du négoce, l'envie de remettre au premier plan l'image de Bordeaux. Tous les lundi matin, un de ces grands négociants donne le prix et le volume de la semaine, et tous les courtiers suivent... Pourquoi n'utilise-t-on pas les primeurs comme locomotive pour nous tirer vers le haut ? » Autre sujet d'inquiétude : « que vont devenir ces surfaces agricoles non exploitées ? » Entre exode rural, développement du tourisme vert ou maintien d'une agriculture vivante, même le Président de la Safer Aquitaine Atlantique qu'il est n'ose se prononcer.

Solène Méric

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1904
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -