Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

10/12/18 : Emmanuel Macron a également précisé qu'il ne reviendrait pas sur l'ISF. "Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient".

10/12/18 : "Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année, qui n'aura ni impôts ni charges" a poursuivi Emmanuel Macron. Enfin, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2000 euros par mois.

10/12/18 : Emmanuel Macron s'est adressé aux français ce lundi 10 décembre, en évoquant les gilets jaunes et une "colère profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. Il a condamné les violences en marge du mouvement des gilets jaunes.

10/12/18 : Mobilisation mardi matin dès 9h00 aux trois péages autoroutiers du Lot-et-Garonne orchestrée par la Coordination rurale 47 pour protester contre les taxes "Trop de taxes tue l'agriculture et les agriculteurs!" dixit la CR47.

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/18 | L’État à la rencontre des commerçants impactés par les manifestations

    Lire

    Depuis hier, la DIRECCTE se rend chez les commerçants du centre-ville de Bordeaux qui ont subi des dégradations en marge de la manifestation du 8 déc. La délégation a notamment dialogué avec les dirigeants de l’Apple Store et les commerçants de la place Pey-Berland, des cours Victor Hugo et Alsace-et-Lorraine et de la rue Cheverus. Le but étant de connaître leurs besoins immédiats, les informer sur les aides de l’État et étudier les éventuelles demandes d’autorisation d’ouverture exceptionnelle.

  • 11/12/18 | Allocution du Président Macron : Jean-Luc Gleyze mécontent

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, le président du CD 33, estime que les annonces de Président Macron « ne sont pas à la hauteur des attentes exprimées par la population. Après 4 semaines de silence absolu sur un conflit qui a partiellement bloqué notre pays, ce dernier a enfin daigné s’adresser à nos concitoyens. Au-delà du mea culpa attendu, ses annonces, si elles vont dans le bon sens, ne répondent que très partiellement aux revendications légitimes exprimées par les gilets jaunes. »

  • 11/12/18 | Réseau de chaleur: Limoges labellisée pour la 4ème fois

    Lire

    La Ville de Limoges obtient pour la 4ème année consécutive le label « Ecoréseau de chaleur ». Ce prix, décerné par l’association AMORCE, a été remis le 4 décembre à Paris lors de la semaine de la chaleur renouvelable pour ses 2 réseaux de chaleur du Val de l’Aurence, source d’énergie renouvelable (biomasse constituée de plaquettes forestières provenant de la filière bois locale) et de Beaubreuil, source d’énergie de récupération (combustion de déchets).

  • 11/12/18 | Easyjet teste la desserte paloise

    Lire

    Entre le 4 février et le 3 mars 2019, EasyJet reliera Pau à Paris Charles-de-Gaulle à raison de 7 à 10 vols par semaine ( A320 de 186 sièges). Avec 1 à 2 vols par jour, les horaires se veulent adapter aux besoins des clientèles de loisirs et d’affaires, l’aller-retour dans la même journée étant possible les lundis, jeudis et vendredis. « Cette desserte permettra à EasyJet de tester le marché palois. Elle revêt ainsi une grande importance stratégique pour l’attractivité et l’accessibilité de Pau et du Béarn », selon les représentants de l'aéroport. Billets sur le site internet de la compagnie aérienne et en agences de voyages.

  • 10/12/18 | Banques Alimentaires en Gironde, une collecte à la hausse

    Lire

    Pour la 2ème année consécutive, la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) enregistre "une belle augmentation" du résultat de la collecte nationale: les 30 novembre, 1er et 2 décembre, la collecte de produits secs progresse de 10,84% avec 409t contre 369 en 2017. Et cela, dans "un contexte difficile de baisse des dons et de mouvements faisant craindre pour l’accès aux magasins" rappelle la BABG. Selon les 300 collecteurs présents dans près de 300 magasins girondins, "les donateurs étaient peut-être moins nombreux mais plus généreux". L'étape du tri (en cours) par près de 1000 bénévoles devrait être achevée à Noël.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Grand entretien : Jean-Luc Soulé et le 30ème anniversaire du Festival du Périgord Noir

08/07/2012 | Du 4 août au 12 octobre le Festival dans 15 villages fête plus que ses 30 ans : la réussite d’un enracinement exceptionnel

 Jean-Luc Soulé et Michel Laplénie

Aimer son pays d’origine, son terroir c’est aussi vouloir le servir, lui donner le meilleur de son imagination et de ses rêves. Jean-Luc Soulé, enfant de Montignac et du monde, a réussi à conjuguer sa passion de la musique et son amour du Périgord Noir en portant sur les fonts baptismaux un Festival de très grande qualité. Et en l’installant comme un temps fort de la vie culturelle et socio-économique d’un pays. Dans ce Grand entretien, à quelques jours de la présentation du programme 2012 à Montignac, il s’est confié pour aqui.fr

@qui! -  Jean-Luc Soulé, trente ans c'est l'âge de la maturité d’un festival inscrit dans le patrimoine du pays. Pourquoi l’avoir sous-titré : « entre rêves et passions ? »

Jean-Luc Soulé

Jean-Luc Soulé - Le festival est porté depuis trente ans par les rêves de toute l’équipe qui l’a accompagné. Ses membres ont rêvé cette rencontre avec une terre qui était assez pauvrement ouverte au spectacle vivant et n’avait de la musique qu’une vision très partielle et primesautière ; un concert ici ou là… Nous rêvions d’inscrire dans la durée une aventure qui donne à des musiciens, venus de partout, l’occasion certes de découvrir le Périgord mais avec la volonté de construire une aventure artistique, une relation humaine avec une imprégnation patrimoniale : la relation rêvée entre les artistes, le Festival et le Périgord était bien celle-ci. La passion aussi, parce que on ne fait pas durer une aventure comme celle-là au delà des changements, des difficultés, sans une vraie passion partagée.

@! - Pourquoi « Contes et légendes » ?
JLS - Il me semblait que c’était la meilleure façon d’illustrer ce thème des 30 ans avec, en arrière plan, un petit fil rouge, celui des Contes et légendes. Pourquoi ? Parce que Purcell et la légende Arthurienne sont une belle façon de raconter une histoire. Et l’Académie de musique ancienne, la douzième cette année avec la création de « King Arthur », irrigue tout le festival et ce Périgord, terre de légendes

4 et 5 août : le rendez vous de toutes les musiques
@! - Vous avez conçu deux journées de lancement, le 4 août, à Montignac et Saint Amand en jouant de toutes les musiques… Du jazz, du classique, de la musique tzigane, du chant…dans des lieux différents, sur les bords de la Vézère et la Vézère elle-même… Avec la présence des élus locaux, départementaux. Et le 5 août, dans les Jardins d’Eyrignac à Salignac.
JLS - En effet, nous avons conçu ces deux jours en continuité… Le 4 août , à 11 heures, ce sera le lancement du festival en présence du président de la Région, Alain Rousset. A Montignac, avec tous les acteurs, les musiciens, les élus, le 11 août ce sera la création du roi Arthur et la soirée du Conseil général avec son président Bernard Cazeau. Cela montre bien l’engagement des deux collectivités, chacune à sa manière.
Ces deux temps forts renvoient plus que jamais au sens même du festival.

On s’est demandé comment marquer les 30 ans du Festival. Trente ans, la diversité des lieux, le poids des relations avec les élus et le territoire – j’y tiens beaucoup – que j’ai vu se développer de façon très forte au cours de ces dix dernières années.

Ce n’est plus le Festival qui fait venir des stars, qui attire la presse, l'été, avec de beaux papiers à la clé mais le Festival qui cultive un lien avec le pays, le patrimoine, les enseignants… Songeons, par exemple, au travail fait, pendant l’année, avec le bus de l’orgue lancé il y deux ans, avec deux académies l’une de musique ancienne, l’autre d’orgue.. Quinze villages et plus de vingt lieux différents accueillent un festival vraiment territorialisé. On ne peut pas dire, comme ce fut le cas un temps, c’est le Festival de Saint Léon-sur-Vézère ou de Saint Amand-de-Coly. Aujourd’hui, c’est le festival d’un terroir qui, d’ailleurs, sort des limites administratives…

En effet nous sommes en train de développer la notion d’inter-régionalité. Avec Brive et l’Opéra – ce sera en février prochain - avec Midi-Pyrénées aussi. Sarlat qui est la partie avancée du Périgord vers Midi-Pyrénées nous a conduit, aussi à travailler avec "Toulouse  Les Orgues". Il y a de grands rendez vous à Toulouse en matière d’orgue et le directeur artistique de "Toulouse les Orgues ", Michel Bouvard, est désormais directeur de l’Académie d’orgue du Périgord Noir ; on implique les deux présidents de Région, les deux préfets, les deux DRAC. Le 14 septembre une coproduction entre "Toulouse les Orgues" et la Semaine de l’orgue de Sarlat témoignera de cette montée en puissance ; tout le monde devrait être là pour marquer cette collaboration qui se retrouvera à Toulouse, en octobre, au moment de l’édition du festival "Toulouse les Orgues." Nous travaillons d’ailleurs, sur les projets 2013, à tisser des liens entre les régions et dépasser les frontières administratives

@! - Le festival joue ainsi un rôle de plus en plus remarqué dans l’aménagement du territoire.
JLS - En zone rurale, un festival comme celui de Marciac dans le Gers et celui du Périgord Noir, font vivre une partie d’un département et, au-delà les régions proches. Cette relation entre le territoire, la culture et les hommes dépasse le cadre de l’action politique ; elle enracine un Festival comme le nôtre. C’est le sens de notre action qui est bien comprise par les élus et ceci, au-delà des problèmes de financement toujours compliqués en cette période.

Il y a tout dans Purcell…
@! - Revenons sur un temps fort du programme 2012 : Pourquoi avoir choisi une fois encore Purcell pour l’Académie de musique ancienne, ce moment de création qui est un vrai marqueur du Festival ?
JLS - J’ai une vraie passion pour Purcell. C’est le musicien qui au 17 siècle donne déjà, à son époque, trois siècles d’avance. Il y a tout dans Purcell, l’histoire de la musique qui va suivre au 18° au 19° voire au 20° siècle. Michel Laplénie qui dirige l’Académie de Musique ancienne et est passionné par le 17 °siècle mesure bien ce que Purcell apporte dans la construction de l’Opéra. Quelques décennies avant, Monteverdi était encore très enraciné dans la Renaissance; Purcell est le synonyme de la richesse et du foisonnement baroque, avec en même temps cette capacité à construire sur très peu de choses, quelques notes, une vraie vision de ce qu’est l’histoire arthurienne. La phrase musicale, elle-même, est souvent très simple chez lui, une mélodie faite de quelques notes… En cela, c’était un compositeur capable de toucher tous les esprits, d’émouvoir: dans le roi Arthur par exemple on va entendre l’air du froid, très simple, construit avec une répétition de quelques notes avec un vibrato qui donne la sensation physique du froid en hiver. Cette capacité de Purcell à émouvoir et à faire travailler de gros ensembles, nous la retrouverons cette année avec près de 50 musiciens et la plus grosse des productions du festival, des costumes faits pour la circonstance, un travail sur l’espace… L’oeuvre va être reprise à Brive et on essaie de la faire tourner, la propose à d’autres lieux.

Le Festival malgré les rudes réalités économiques a la volonté de montrer ce genre d’œuvre. Ce ne sont pas les centres de diffusion traditionnels qui vont le faire. Ce que je fais, c’est construire une relation entre un espace patrimonial fort, une oeuvre très convaincante et la jeune génération qu’on fait sortir…

Pendant 15 jours le village ne vit qu’à l’heure de ces 50 musiciens qui sont là. Tout le village de Saint-Amand-de-Coly se met à leur service. On mobilise tous les gites qui sont d’une année sur l’autre réservés. Les acteurs locaux se mobilisent ; ils ont compris l’intérêt et l’importance de ce moment qui a des prolongements toute l’année.

Les Cartes Blanches c’est la fidélité

Jean-Luc Soulé et Alain Rousset

@! - Le Festival pour ces trente ans s’offre deux belles cartes blanches cette année…
JLS - Les cartes blanches se construisent sur la notion de fidélité; on ne peut pas donner à un artiste une carte blanche, s’il ne s’est pas passé quelque chose entre lui et le Festival; c’est à dire pas simplement un ou deux concerts de plus, mais une façon de l’habiter avec un programme conçu pour la circonstance.

C’est le sens des deux cartes blanches à deux pianistes pour lesquels j’ai beaucoup d’amitié et d‘admiration. Deux parcours assez différents de deux pianistes qui viennent de cette Europe centrale qui m’est chère : carte blanche à Nicolas Angelich d’une part et à Tamas Vasary d’autre part, un musicien qui pour moi est une légende, depuis mon adolescence. Les premiers disques que j’ai achetés quand j’avais treize quatorze ans sont ceux de Tamas Vasary. C’est lui qui m’a fait découvrir, avec Cziffra, Franz Liszt ; Tamas je l’ai rencontré, plusieurs fois, en Hongrie et un jour je lui ai dit : « On ne te connaît pas assez en France ; je suis sûr que le public sera heureux de t’entendre » Et ce fut sa venue l’an dernier, cette rencontre avec le public du Festival. Le lien est merveilleusement passé ; je lui ai proposé de revenir cette année. Il a choisi de faire venir quatre jeunes filles tziganes qui ont entre dix sept et vingt deux ans : le quatuor Mako, le 20 août et le lendemain le 21 le Festival propose une belle rencontre entre lui et Renaud Capuçon. Tamas a dirigé, une fois, il ya quatorze ans Renaud en concert car il avait remplacé au pied levé Yéhudi Menuhin. Mais ils n’avaient jamais joué de musique de chambre …et quand j’ai proposé, à l’un comme à l’autre, de se retrouver ils ont été très heureux. Ils ont réussi à trouver une date. Renaud sera rentré, le matin même, de Salzbourg

Le chant piano entre Brésil et Japon
@! - Deux temps forts aussi dans votre programmation : la soirée des lauréats les 18 et 19 août.
JLS - On a passé des accords avec deux concours, l’un de musique de chambre, le concours international de Genève un des grands internationaux. Cette année on a choisi le quatuor Hermès qui y a fait un tabac. Et dans cette même soirée du 19 nous présentons, avec un autre concours international de Chant-Piano Nadia et Lili Boulanger, une soprano brésilienne extraordinaire Raquel Camarinha qui vient avec le pianiste japonais Satoshi Kubo prix du duo 2011. Le public était sous le charme lors de cette finale.

La rencontre chant-piano est tout à fait exceptionnelle pour comprendre en profondeur ce qu’est la musique. Nous aurons là, deux grands artistes, qui viendront nous montrer le résultat de ce qu’est le travail exigeant entre le lied et la mélodie.

@! - Le Festival attire donc et révèle toujours des musiciens qu’ils viennent du Brésil ou du Japon…
JLS - Et d’autres pays aussi, comme la jeune chinoise Wenjiao Wang que j’ai entendue à paris à l’occasion du prix que lui remettait la Fondation Safran pour la musique; elle jouera, la veille, le 18 août . Elle sera une des très grandes du piano et j’ai voulu qu’elle soit là pour l’un des premiers rendez vous en France. C’est l’esprit même et la raison d’être du Festival.

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo : Frédéric Thierry

Partager sur Facebook
Vu par vous
1768
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -