Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Installation grandes cultures : pour Aurélie Léger, la passion surpasse les coups durs

15/05/2020 | Aurélie Léger a quitté la vie de bureau dont elle avait "fait le tour", pour reprendre le flambeau sur les terres familiales. Un nouveau challenge difficile mais sans regret

Aurélie Léger s'est installée sur 300 ha de céréales au nord de Poitiers, un challenge entre coups durs et passion pour l'agronomie

C'est une sorte de rituel. Tous les matins, Aurélie Léger, 35 ans, part aux champs allumer ses canons d'effarouchement. Il n'y a bien sûr rien de sacré là dedans, mais une habitude salvatrice pour la jeune femme : faire fuir ses oiseaux de mauvais augures, les grolles et les pigeons. Sans ça, les volatiles, se régaleraient des jeunes pousses de maïs fraîchement semées. Grolles, pigeons et corbeaux, sont un des combats quotidiens que mène la jeune femme, installée en grandes cultures depuis presque 2 ans à Saint-Georges-lès-Baillargaux, au nord de Poitiers. Mais elle peut aussi compter sur les sangliers et les limaces pour lui compliquer la tâche, sans oublier les aléas météo bien sûr... Après une vie de chargée de mission agronomie et environnement à la Chambre d'agriculture de Basse-Normandie, c'est donc désormais sur le terrain qu'elle pratique, et éprouve à son tour, l'agriculture et sa passion pour l'agronomie. Un « amour du métier » qui malgré des débuts parfois difficiles, reste intact pour la jeune installée particulièrement volontaire et impliquée.

On peut voir le Futuroscope depuis certaines de ses parcelles. Au total, un peu plus de 300 hectares de surfaces répartis entre « colza, blé, orge, maïs, tournesol, luzerne, et cette année j'ai aussi fait des pois », liste-t-elle. La clef des champs, Aurélie a décidé de s'en saisir, il y a presque 2 ans. Quitter son job et sa vie en Normandie pour « un retour aux sources » comme elle dit. Le déclic : le départ à la retraite de son parrain, cousin de son père, et agriculteur. « Je suis originaire d'ici, ma famille, et mes amis d'enfance sont ici. Mes parents ne travaillaient pas dans le milieu agricole mais mon grand-père était agriculteur. Je me suis installée en hors cadre familial pour prendre la suite de mon parrain, mais ces terres se sont bien les terres familiales », pointe-t-elle.

Passion agronomie
Si cette tentation de « reprendre le flambeau » a participé au déclic, c'est aussi sa passion pour l'agronomie qui l'a poussée à se lancer dans l'aventure. « L'interaction entre la vie agronomique du sol et la vie de la plante, c'est passionnant. Partir d'un mini grain de blé et suivre son évolution, depuis le semis jusqu'à la récolte je trouve ça hyper intéressant », « extraordinaire » appuie-t-elle avec enthousiasme. Aurélie est donc bel et bien de ces passionnés qui tout en reconnaissant « qu'il faut s'accrocher » ou que « c'est un peu dur parfois » - on sent là l'euphémisme d'une première année et demie « qui n'a pas été simple » - décident de ne rien lâcher.

Et pourtant, des difficultés elles en a rencontrées : les oiseaux, le gel l'an dernier qui a détruit une parcelle de maïs, les limaces, qui avec les dernières pluies s'en prennent sérieusement à ses tournesols, les sangliers qui l'ont amenée cette année à déjà resemer une parcelle de maïs... « C'est très rageant de voir que notre travail, notre investissement, peut être détruit en une nuit, en un week-end !». A cela s'ajoutent les difficultés du métier quant au choix « stratégiques » dans la conduite de l'exploitation. « Sur l'ensemble de mon exploitation j'ai une hétérogénéité de sols qui fait sa diversité aussi, car j'ai des groies superficielles très caillouteuses avec une réserve utile très très faible, et à l'inverse, des argiles fortes, difficiles à travailler sur lesquelles il ne faut pas se louper. Il y a forcément une adaptation à faire en fonction de ces types de sols »... mais de la météo aussi. « On s'adapte tout le temps ! ».
Installée selon le dispositif du parrainage auprès de son parrain, qui l'est donc désormais à double titre, c'est le choix des Techniques Culturales Simplifiées (TCS), autrement dit sans labours, à l'exception du maïs, qui a été adopté pour mener les cultures. « J'apprends tout le temps, je ne suis qu'à ma deuxième année et j'ai fait des erreurs. J'en ferai sans doute d'autres mais le but c'est d'apprendre de ces erreurs-là et de ne pas re-faire les mêmes ! », et la passion reprend le dessus sur l'amertume des coups durs. 

Echanges, partage et entraide

Aurélie Léger s'est installée en grandes cultures au nord de Poitiers, à bord de son tracteur

Une passion, une envie d'apprendre, qui amène Aurélie Léger à participer à plusieurs groupes d'échanges et d'informations entre agriculteurs. Tant au sein de la Chambre d'agriculture de la Vienne où elle a rejoint un petit groupe d'agriculteurs « qui échangent sur les techniques culturales et les problématiques pour améliorer ses cultures et pour évoluer », qu'au sein de la coopérative à laquelle elle est adhérente. Là, elle participe au groupe « Capsol ». Celui-ci s'intéresse à l'agriculture de conservation, c'est à dire l'agriculture en semi direct sous couvert ou sous couvert permanent. « L'idée ici est de travailler le moins possible le sol pour moins le perturber. C'est très intéressant ! », s'enthousiasme-t-elle. Intéressant et a priori aussi inspirant pour des évolutions futures sur son exploitation... Mais ces belles ambitions agronomiques ne sont pas encore à l'agenda de la jeune femme : « Je ne suis qu'à la deuxième année d'exploitation, j'ai encore beaucoup de choses à apprendre en termes de connaissance et d'organisation avant de me lancer », assure-t-elle.

Pour celle qui ne semble pas considérer son métier autrement que dans l'échange, le partage et l'entraide, son installation dans le cadre d'une coopérative agricole, celle de la Tricherie, à Beaumont (Vienne) n'est donc pas vraiment une surprise. Et comme elle ne fait pas les choses à moitié, elle a aussi choisi d'en intégrer le conseil d'administration. « En intégrant la coop on sait où vont nos productions. On fait du blé pour tout ce qui est biscuitiers, meuneries, pains de qualité CRC (Cultures Raisonnées Contrôlées, ndlr)... et on sait pourquoi on travaille : des filières courtes et des filières qualités ». Autre atout : « Le blé est analysé régulièrement et les échantillons sont stockés pour pouvoir avoir une traçabilité. » Autrement dit les attentes du consommateurs ne sont pas oubliées, ce qui n'est pas pour déplaire à l'agricultrice, bien au contraire.

Installation, distribution: la coopérative comme alliée
Des cahiers des charges, la coopérative en pose un certain nombre qui se traduisent dans le mode de production d'Aurélie : le conventionnel raisonné, « parce qu'on ne traite pas pour le plaisir de traiter », glisse-t-elle en réponse aux clichés parfois tenaces. Mieux, « la coopérative de la Tricherie est engagée dans tout ce qui est haute valeur environnementale, le HVE niveau 3 », pointe la jeune agricultrice qui précise: « des produits contenant certaines molécules sont interdits d'utilisation au sein de la coopérative, les blés doivent respecter un niveau IFT (Indice de fréquence de traitements) qu'on ne peut pas dépasser. La coopérative est aussi très engagée dans les blés CRC, c'est-à-dire que ces blés doivent respecter certains critères qualité par rapport à la pollution de l'air. Autrement dit, ils ne peuvent pas provenir de parcelles proches de routes passantes. » Autant de précautions auxquelles la céréalière « adhère totalement ».

La coopérative de la Tricherie l'a également accompagnée dans le cadre de son installation, au même titre que de nombreux organismes agricoles, comme la Chambre d'agriculture, les assurances, les banques, son centre de gestion, et bien sûr les aides Jeunes agriculteurs. « C'est assez appréciable pour un jeune installé pour qui il n'est pas toujours facile de faire les avances de semences, d'engrais... » 

"S'installer en tant que femme dans un milieu d'hommes"
Mais, outre le challenge de l'installation en elle-même et de la gestion de 300 ha de cultures avec une conviction agronomique qui n'est plus à démontrer, « s'installer en tant que femmes dans un milieu d'hommes, ça non plus ce n'était pas forcément évident ». Alors, comme elle a l'habitude de le faire, Aurélie s'est tournée vers ses paires : les agricultrices (exploitantes ou salariées) et femmes d'agriculteurs, réunies dans un groupe baptisé « Pause Café ». Son objectif était de « chercher de l'entraide, et pouvoir discuter notamment des difficultés du quotidien ». Mais au delà d'une parole échangée, ce sont des projets très concrets qui naissent désormais au fil des rencontres des membres, une vingtaine au total, de cette commission départementale 100% féminine. Exemples : un calendrier 2020, dont l'édition 2021 va aussi voir le jour "sous un format retravaillé", la création de paniers garnis pour les fêtes de fin d'années « avec des produits locaux du terroir venus d'exploitations tenues par des femmes », des actions contre le cancer du sein, « les bottes roses », une présence sur les événements agricoles, ou encore un projet en cours de création de goodies personnalisés...

Autant de projets et une solidarité féminine, qui sont comme une bouffée d'air pour la jeune agricultrice face à ce qu'elle appelle ses « soucis du quotidien ». D'ailleurs ce soir, comme la veille et l'avant-veille, elle ira éteindre ses canons, en espérant que les piafs ne se soient pas trop habitués aux coups de semonce réguliers.

 

Retrouvez en images l'interview d'Aurélie Léger

 

Julien Privat - Solène Méric
Julien Privat - Solène Méric

Crédit Photo : A.L.

Partager sur Facebook
Vu par vous
10233
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -