Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Interview: Patrick Volpilhac directeur de l'ARPEL "les éditeurs régionaux sont de véritables chefs d'orchestre"

14/03/2008 |

Patrick Volpilhac directeur de l'ARPEL

Les éditeurs aquitains présents au salon du Livre de Paris bénéficient du soutien de l'Association régionale pour l'écrit et le livre. Son directeur, Patrick Volpilhac, rappelle le rôle du Conseil régional en faveur de la création éditoriale, de la participation des éditeurs aux grands salons, et, plus largement, de la lecture publique.

Aqui! : Vingt sept maisons d’éditions d’Aquitaine présentes au salon du Livre de Paris avec l’aide de l’ARPEL... C’est un record. Comment sont-ils retenus ?

Patrick Volpilhac : C’est un record, c’est vrai, parce qu’avant tout le Conseil Régional a décidé de doter l’ARPEL et par delà, les éditeurs Aquitains, d’un nouveau stand, 230 m2 au service de la valorisation de la production éditoriale. Notre nouvel espace « L’Aquitaine l’esprit livre » permet d’accueillir plus d’éditeurs que les années précédentes; c’est un choix de l’ARPEL, car nous voulions répondre à la demande croissante des éditeurs.
Concernant l’éligibilité des éditeurs, le principal critère retenu, au-delà de la réponse dans les délais à l’appel à candidature, est le respect de la charte nationale des éditeurs en région. En voici quelques critères : avoir une ligne éditoriale claire, travailler à compte d’éditeur, contractualiser avec l’auteur, établir et mettre à jour son catalogue, disposer d’un système diffusion – distribution, assurer la communication de ses productions éditoriales … voici des éléments que nous prenons en compte mais nous observons, aussi, la pertinence d’une venue à Paris pour un éditeur : nous sommes attentifs à la préparation, en amont, des rencontres avec les professionnels (diffuseurs, libraires, bibliothèques…) aux nombres de nouveautés envisagées au moment du salon, et, bien sûr à la réelle prise en compte des coûts d’une telle opération. En effet, au-delà de la prise en charge du stand et de nombreux services par l’ARPEL, la participation au Salon du livre de Paris pour les éditeurs, est un coût important dans une économie fragilisée.
Par ailleurs, la présence des éditeurs au salon peut changer d’une année sur l’autre, il n’y a pas d’abonnement à Paris mais nous comprenons la volonté d’y être présents. « Éditer en région » demeureun acte majeur de la création culturelle, il mérite d’être présent au cœur de cette vitrine qu’est le salon du livre de Paris.

Patrick Volpilhac directeur de l'ARPEL


@! : En découvrant leur travail, on se rend compte qu’ils ont beaucoup de mérite à créer des collections originales mais dont le tirage est parfois limité. Quel avenir peut-on imaginer pour cette famille d’éditeurs ?

 

P.V. : Les éditeurs, grands ou petits, à Paris ou en Aquitaine ont, en commun, d’être des entrepreneurs, leur métier est devenu, au fil des évolutions,protéiforme. Du culturel à l’économique la liaison est permanente ; ce sont de véritables chefs d’orchestre : ils prennent le risque financier et juridique, ils doivent décider des nouveautés ou des réimpressions, assurer la commercialisation, organiser la diffusion et la distribution… et ceci dans un contexte de fragilité économique récurrente. Précaire par nature, un éditeur, et plus particulièrement en région, doit sa force à son intuition, à sa capacité à construire une ligne éditoriale cohérente, identifiable, quelquefois unique. Leur avenir s’alimente de l’incertitude et quelque fois du doute.
Faire exister des textes, faire revivre un patrimoine, émerger des talents artistiques, c’est un métier et une passion portés par des maisons d’éditions de conviction qui participent au foisonnement de la création littéraire en France. La garantie de la pérennité des structures n’existe évidemment pas. Une agence, telle que l’ARPEL, se doit de préserver les conditions de leur développement en particulier en respectant et surtout en faisant respecter les enjeux de la « chaîne du livre » ; cette alchimie particulière entre économique et culturel où chaque acteur professionnel doit respecter des règles déontologiques qui garantissent leur propre développement.

@! : Comment votre action de soutien, au-delà du temps de salons, peut-elle s’organiser ?

P.V. : Répondre à cette question, c’est expliquer l’ARPEL !
La mission d’une agence telle que la notre est de s’efforcer d’être un lieu où chaque éditeur peut trouver une ressource pour l’aider dans son projet. De la mise en place d’un service juridique en ligne, à la présence d’éditeurs aquitains à la Frankfurter Buchmesse (1) en passant par un programme de formation décentralisé avec l’Asfored (2) : la gamme des services est large, nous sommes une agence de service public qui se doit de construire les conditions du développement. Aux éditeurs de s’en emparer et de conduire leur propre programme pour être présents dans les vitrines de nos libraires indépendants.
Je souhaite profiter de cette question pour annoncer une nouvelle initiative de l’Arpel. Nous venons de réaliser un catalogue de valorisation des Fonds d’éditeurs Aquitains « Voyages de près, Voyage de loin », 16 éditeurs traduisant cette thématique sont présentés à travers leurs ouvrages. Nous diffusons, nationalement, ce très beau catalogue, «et je pèse mes mots ». Nous proposons des journées de découverte de ces fonds pour les librairies et bibliothèques d’Aquitaine.(3)

Voici une nouveauté qui s’inscrit dans l’ensemble des actions que l’Arpel et le Conseil Régional d’Aquitaine mènent pour promouvoir le travail de nos éditeurs. Comme le salon de l’Agriculture, le salon du Livre salue les filières de qualité de notre région, car l’édition en est une !

http://arpel.aquitaine.fr

Propos recueillis par Joël Aubert
1.Plus grande vente de droits au monde
2.Organisme de formation du Syndicat National de l'Edition
3.le 6 mai à la Bibliothèque de Prêt de Gironde et le 3 juin à la Médiathèque d'Anglet
 
Partager sur Facebook
Vu par vous
945
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -