Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Julie Beaupoux, de la psychologie... à la Cochonnerie !

30/04/2021 | Professionnellement, Julie Beaupoux est passée de l'univers aseptisé du CHU de Poitiers aux parcours des cochons parfois boueux... et depuis ça va beaucoup mieux !

1

Sur son quad, Julie Beaupoux, s'approche des parcours de ses cochons. L'arrivée de ce petit bout de femme à la chevelure dorée et bouclée, met les animaux dans un bel état d'excitation. Ils le savent, elle apporte leur première ration de céréales du jour. La scène, quotidienne, se passe à Liniers, dans la Vienne à moins de 20 km de Poitiers. Un trajet qu'il y a deux ans encore, Julie faisait régulièrement, pour aller travailler dans un univers tout autre. En effet, avant de se lancer dans l'élevage plein air, elle était psychologue clinicienne au CHU de Poitiers. Après avoir pris soin des autres, elle a pensé à elle. L'installation agricole, « au contact de la nature et des animaux » a été la voie de son épanouissement.

Rainette, Paillette, Clara... A Liniers, les truies reproductrices de Julie ont des prénoms. Signe qu'elle les bichonne ses cinq « filles »... à tel point qu'en cas de difficultés lors des mises bas, elle n'hésite pas à dormir à leurs côtés, « pliée en quatre », dans leurs petites cabanes de tôle, chauffées à la lampe pour un meilleur accueil des porcelets nouveaux nés. Si ça n'est pas (et heureusement !) une habitude, le sac de couchage reste à portée de main. Un indispensable car ces cabanes de maternité sont en plein air, chose assez rare de nos jours pour être soulignée. Le « 100% plein air », c'est en effet le mode d'élevage qu'elle a choisi pour les 50 à 70 cochons charcutiers qu'elle élève désormais, au fil des départs à l'abattoir et des naissances données par ses cinq truies. Inséminées par ses soins, Julie fait ses « petits mélanges » entre ses femelles Large White et des semences de races Duroc ou Pietrain, venues d'un centre génétique à Niort.

Qualité de vie
Aujourd'hui, quatre ans après son installation, Julie Beaupoux estime avoir trouvé son « rythme de croisière », entre naissances, élevage, et vente directe de la viande à la ferme. Elle n'a pas la volonté d'augmenter le cheptel. « J'ai envie de rester sur une production de qualité et que j'arrive à gérer seule. Avoir entre 50 et 70 animaux, c'est bien pour ça, et ça m'apporte une qualité de vie aussi parce que ce n'est pas trop contraignant. Je peux être partout à la fois, dans la vie de famille et dans la vie professionnelle ».

« Qualité de vie », le mot est lâché pour cette reconvertie à l'élevage qui se sentait un peu trop « enfermée » entre les 4 murs de son cabinet de psychologue, et sous le poids, lourd, de la souffrance des autres. Si elle l'avait un peu perdu, elle a visiblement retrouvé son sourire. « Ca faisait un moment que j'avais envie d'une reconversion. Pouvoir travailler à l'extérieur et être au contact de la nature, des animaux », reconnaît bien volontiers celle qui dès l'enfance a attrapé le virus de la passion paternelle pour les chevaux. « Depuis petite, j'ai toujours un lien particulier avec les animaux, mais aussi la nature, et la terre, confie-t-elle. C'était de l'ordre de la passion, mais je sentais qu'il fallait que ça devienne quelque chose qui prenne plus de place dans ma vie. » Après un bilan de compétence et deux ans de réflexion, elle passe le cap. Elle choisit de commencer « petit », sans lâcher son travail à l'hôpital ; « le temps de monter le cheptel, d’avoir un nombre d'animaux suffisant et une stabilité financière pour la famille », explique-t-elle.

L'élevage porcin de Julie Beaupoux


Sans OGM, sans antibiotique, 100% plein air
Avec l'avantage d'habiter déjà à la campagne, et avec du terrain, elle commence fin 2017 avec trois truies, sur les 2 ha de prairies situés 200 mètres en amont de sa maison. Depuis, pour le confort de son élevage, elle a racheté 3 autres hectares dont 1 ha de bois, pour y aménager de nouveaux parcours et faciliter ainsi leur rotation. « Les cochons à force de fouiner et gratter la terre, ont tendance a bien abîmé le sol, surtout quand il pleut... Il faut souvent ressemer derrière eux ». D'où la nécessaire rotation des animaux sur les parcelles.

Quant à l'hectare de bois, dont l'installation des clôtures pour le nouveau parcours s'achève juste, il donnera de l'ombre cet été aux animaux et permettra la saison venue qu'ils se régalent des glands tombés au sol. « Ce sera un bon apport pour leur alimentation », précise Julie qui veille au grain quant à la qualité de leur nourriture. « Je ne suis pas en bio, car il faudrait que l'aliment que j'achète soit bio. Ca ferait un coût supplémentaire pour mon élevage qu'il faudrait répercuter sur mes clients... Cela dit, et j'y tiens, j'achète un aliment sans OGM, mon élevage est sans antibiotique, 100% plein air et je garde les cochons charcutiers 10 à 12 mois. Je pense qu'il y a des élevages certifiés bio, mais qui n'ont pas autant de gages de qualité que ce que je mets en place ici ». Voilà qui est dit. Et les clients de la « Cochonnerie de Julie », le nom de son élevage et de sa boutique sur la ferme, ne s'y trompent pas. Elle le reconnaît dans un sourire, de Liniers à Poitiers, « le bouche à oreille fonctionne bien » autour des colis de viande fraîche et des charcuteries qu'elle propose à la vente en pré-commande.

Autodidacte
Le bouche à oreille et les recommandations sur le réseau social Facebook aussi. Car en effet, l'éleveuse communique naturellement, mais efficacement, sur l'actualité de son élevage, sur les prochaines disponibilités de colis, sur les animaux. En rendez-vous réguliers, elle donne des nouvelles des mises bas, photos et vidéos à l'appui de petits cochons juste nés tout roses et tout mignons. Un marketing spontané mais sans doute efficace !

Présent aussi sur sa page Facebook, son allié du quotidien pour la manipulation des cochons : son chien Popeye, avec qui elle suit en ce moment une formation de chien de troupeau, histoire de parfaire ses qualités naturelles de chien de travail. Quant à sa propre formation... Julie, est en réalité plutôt du genre autodidacte, et ça depuis le lancement de son projet agricole. « J'ai suivi une formation à la Chambre d'agriculture de la Vienne sur l'installation agricole avec une dimension plutôt administrative, mais c'est à peu près tout », reconnaît-elle. A cela s'ajoute aussi des visites d'élevages qui s'inscrivaient dans les mêmes principes que ce qu'elle voulait faire. « J'ai été bien accueillie, les gens m'ont bien conseillée, ils m'ont fait voir leur manière de travailler. Je me suis donc inspirée d'eux, et j'ai aussi regardé pas mal de choses sur internet et puis j'ai fait mes armes avec mes premiers animaux. Pas toujours facile, c'est vrai. Mais je me suis laissée le temps d'apprendre en faisant. » Des compétences acquises sur le terrain avec le soutien précieux de son mari, salarié agricole désormais aussi en cours d'installation à la suite de son père en grandes cultures. Et quand elle a un doute elle n'hésite pas non plus à prendre conseils auprès d'autres éleveurs ou du vétérinaire.

L'élevage porcin de Julie Beaupoux

Observer et s'adapter
Apprendre sur le terrain c'est aussi apprendre à observer ses animaux et savoir s'adapter. « Quand on a mis en place des choses qui ne fonctionnaient pas ou mal, on a réfléchi à trouver ou à inventer des solutions. On a adapté au plein air des pratiques ou du matériel qui servaient dans les élevages en bâtiment. Les cages de contention par exemple : ça me permet de pouvoir contenir l'animal quand il faut faire un prélèvement sanguins ou un soin particulier. Comme ils sont en liberté totale et on ne fait pas le poids quand ils ont décidé de partir ! » s'amuse l'éleveuse de 33 ans au gabarit plutôt léger.
Mais s'adapter, quand on vend à la ferme c'est aussi prendre en considération les goûts et les couleurs de ses clients. Elle a par exemple arrêté la production de Culs noirs, pourtant viande renommée s'il en est. « Certains de mes clients adoraient mais d'autres trouvaient que la viande était trop grasse... alors j'ai décidé d'arrêter. Pourtant c'était du bon gras !», lâche-t-elle dans un rire, mais sans regret. « J'ai concentré l'élevage sur des races charcutières plus classiques et le mode d'élevage fini tout de même par sublimer ces races classiques ».

A la Cochonnerie de Julie, le client est roi. Et son passé de psy fait qu'elle les écoute. « Ce sont des clients qui sont fidélisés, ils prennent leurs colis tous les deux ou trois mois, ils me parlent de ma viande, ils se régalent. C'est chouette d'aller du départ jusqu'au produit fini. C'est super gratifiant et c'est plaisant. C'est du concret ! ». En d'autres termes, Julie a quitté le CHU mais elle continue autrement de prendre soin de ses congénères. Une reconversion sans l'ombre d'un regret : « Si c'était à refaire je le referai, et même peut-être plus tôt ! » .

Solène Méric et Julien Privat
Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
13361
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -