aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/05/17 : Chômage : en Charente-Maritime, le nombre de chômeurs (catégorie A) a baissé ces 12 derniers mois, soit -3,9% en un an. Mais le nombre de demandeurs d'emploi avec une activité précaire a lui augmenté de +1,9 % en un an, soit 57 030 inscrits en tout.

23/05/17 : Législatives en Lot-et-Garonne : 38 candidats en lice le 11 juin prochain. Dans le détail : dans la 1ère circonscription (Agen-Nérac) : 13 candidats. Dans la 2ème (Marmande) : 13 candidats et dans la 3ème (Villeneuve) : 12 candidats.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/05/17 | Charente-Maritime : deux préfets sur le départ

    Lire

    Le préfet Eric Jalon a officiellement quitté ses fonctions ce lundi, suite à sa nomination il y a dix jours à Matignon. La sous-préfète du bassin de Rochefort Magali Sellès est également sur le départ. Elle quitte le corps préfectoral pour se consacrer pleinement à ses premières amours : le Droit administratif. Elle prend mercredi ses nouvelles fonctions de vice-présidente au tribunal administratif de Toulouse. Aucun des deux successeurs de ces préfets ne sont connus pour l'instant.

  • 24/05/17 | La Nouvelle-Aquitaine reprend quelques couleurs

    Lire

    Selon une dernière étude de l'Insee, la région Nouvelle Aquitaine profite d'une légère croissance économique. D'abord au niveau du chômage, qui baisse de 0,3 points au quatrième trimestre (9,3% contre 9,7% au niveau national); puis sur l'emploi salarié marchand (+1,4%), majoritairement poussé par l'intérim dans le secteur tertiaire. Enfin, les exportations régionales progressent elles aussi (+1%) mais l'ensemble des secteurs porteurs sont en recul, malgré la bonne santé de l'aéronautique et du spatial.

  • 24/05/17 | La ministre des Sports au Mondial de Surf... et au jaï alaï de Biarritz

    Lire

    Demain jeudi, Laura Flessel, la ministre des sports se rendra aux Mondiaux de surf, sur la Grande plage de Biarritz où elle sera accueillie par le président de la Fédération Jean-Luc Arassus et où elle passera une bonne partie de l'après midi. Puis elle ira au jaï Alaï d'Aguilera et sera accueillie par M. Lilou-Pierre Echeverria, président de la Fédération française de pelote basque et Michel Poueyts, directeur technique national. Elle en profitera pour visiter enfin l'Académie basque du sport.

  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Salon de l'Agriculture de la Nouvelle-Aquitaine de Bordeaux Lac

Les spéciaux d'Aqui


Salon de l'Agriculture de la Nouvelle-Aquitaine de Bordeaux Lac

Karine, institutrice dans un quartier difficile : « A chaque fois on y croit ! »

16/04/2017 | Karine Cassagne, évoque son parcours, son quotidien d’enseignante dans les quartiers difficiles et la présidentielle.

Karine Cassagne

« On fait un métier formidable, mais pas considéré ». Karine Cassagne parle comme elle enseigne : intelligiblement et avec passion. En 2007, la quadragénaire plaque le marketing par amour de l’enseignement. Elle passe le concours de professeur des écoles et enseigne dans le XVIème arrondissement de Paris.

En 2015, elle demande sa mutation à Bordeaux, au sein d’un réseau d’éducation prioritaire : « Après quelques années dans les quartiers favorisés de Paris, je me disais que j’avais fait le tour. (…) Il y a un grand écart entre travailler avec des enfants favorisés et ceux qui n’ont pas de livres et ne parlent pas forcément français ».

Jeunesse dorée vs jeunesse défavorisée

 Faire comprendre aux parents que l’école est importante et qu’elle n’est pas une garderie n’est pas toujours évident. « Dans certaines classes, ce sont les élèves qui mettent le réveil et disent à leurs parents ce qu’il faut faire ». Aujourd’hui, elle prépare ses 24 « petits élèves » de moyenne et grande section de maternelle à l’entrée au CP : « Ils débordent d’énergie. Il faut que ça aille vite ! » Karine se compare volontiers à un garçon de café. L’enseignante a conscience de l’importance de sa tâche et décroche rarement : « On se lève le matin, on se sent utile ! » 

 Elle compare l’Education nationale à une « usine à gaz », sans nier certaines de ses réussites. En 2014, Karine a appliqué la réforme des rythmes scolaires : « Sur le papier c’était bien, mais pas dans la pratique ». Les enfants ne font pas la différence entre le temps de travail et le périscolaire. « Ils sont fatigués et décrochent en fin de semaine ».

 

Un constat commun : le faible niveau des élèves

 A quelques semaines du premier tour, elle est décidée à aller voter : « A chaque fois on y croit ! ». Elle suit de près les propositions en matière d’éducation nationale, notamment en s’informant sur BFM et RTL. « Tous les candidats font le même constat : le faible niveau. » Même si son cœur est à gauche, elle ne sait pas encore pour qui voter le 23 avril.

 Au sein des différents programmes, celui d’Emmanuel Macron lui parle : « Le candidat apporte du dynamisme à la campagne présidentielle ». Son projet d’augmenter le temps pédagogique et de mettre en place des classes restreintes permettrait selon elle d’aider les enfants dont les familles se sentent peu voire pas concernées par la scolarité.

 Elle retient aussi la proposition de François Fillon de rendre l’école obligatoire à partir de 5 ans. Elle trouve enfin le discours de Marine Le Pen empathique envers les enseignants, même si elle n’adhère pas à ses idées. Les yeux dans le vague, cette enseignante et citoyenne investie s’interroge : « Après, est-ce que les promesses des candidats seront tenues ? »

Marine Magnien - Etudiant EFJ
Marine Magnien - Etudiant EFJ

Crédit Photo : Marine Magnien

Partager sur Facebook
Vu par vous
2060
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -