aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

11/02/16 : Ils ont perdu avec les honneurs: les amateurs de Trélissac ont perdu leur seizième de finale de Coupe de France ( 0-2 ) contre l'olympique de Marseille au stade Chaban Delmas à Bordeaux devant plus de dix mille de leurs supporteurs

11/02/16 : Le journaliste François Ruffin se rendra aux Montreurs d'images à Agen le lundi 15 février à 20h30, pour présenter en avant-première son documentaire « Merci patron ! »

10/02/16 : Patrick DALLENNES, sous-préfet de Bayonne, a été nommé préfet délégué pour la défense et la sécurité auprès du préfet de la région Bretagne, préfet de la zone de défense et de sécurité Ouest, préfet d’Ille-et- Vilaine.

10/02/16 : Pont d’Aquitaine: la circulation sera interdite sur la rocade A630 entre les échangeurs 2 (Croix Rouge) et 4 (Labarde), ainsi que sur les pistes cyclables :dans le sens intérieur et dans le sens extérieur, du jeudi 11 février 21h au vendredi 12 à 6h

10/02/16 : A Périgueux, l'Isle est sorti de son lit la nuit dernière : les quais en contrebas de la cathédrale, la rue nouvelle-des-quais et le Moulin du Rousseau sont fermés. Les eaux vont continuer de monter jusqu'à 14 heures.

09/02/16 : Leader dans les services à domicile, le groupe O2 prévoit de recruter cette année 93 personnes en CDI (le plus souvent à temps partiel) dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces offres concernent principalement la garde d'enfants à domicile. + d'info

09/02/16 : Les mutations sociétales seront au cœur des rencontres "antro-Pau-logiques" organisées les jeudi 11 et vendredi 12 février par le laboratoire de recherche Identité, territoires, expressions, mobilités de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.+ d'info

09/02/16 : "Les droites extrêmes en Europe" seront évoquées lors d'une soirée libre expression organisée le jeudi 11 février à 20h30 salle Lacaze à Billère (64) par la députée PS Martine Lignières-Cassou, en présence du politologue Jean-Yves Camus.+ d'info

09/02/16 : Muse en tête d'affiche du prochain Garorock qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet à Marmande (47)

09/02/16 : Le violoncelliste Tonycello, maitre de l'ironie, présentera le vendredi 12 février son spectacle : «Chansons pauvres à rimes riches», à 21 h, à l'espace James Chambaud, à Lons (64). Il revisitera les œuvres de Brassens, Barbara, Bobby Lapointe. + d'info

09/02/16 : Le prochain spectacle "sons et brioches", à vivre en famille, proposé par l'orchestre de Pau Pays de Béarn sera présenté au cours du week-end des 13 et 14 février. Il s'agira de "La tête dans le sac", d'après le livre de Marjorie Pourchet.+ d'info

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

Partez au ski avec aqui.fr et N'Py
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/02/16 | Une expo BD dans le Marmandais

    Lire

    Dans le cadre de son partenariat avec le festival « La BD est dans le pré » qui se tient à Fourques-sur-Garonne les 13 et 14 février, Val de Garonne Agglomération accueille une exposition durant le mois de février baptisée « Tronches de vie » signée Christophe Besse qui propose une trentaine de dessins : planches de BD et caricatures. L’expo est installée dans le hall d’accueil de Val de Garonne Agglomération, place du marché à Marmande. L’entrée est libre et gratuite.

  • 11/02/16 | Remaniement: Ayrault et les écolos de retour

    Lire

    Le 3ème gouvernement Valls, annoncé dans l'après-midi, s'est élargi passant de 32 à 38 Ministres et Secrétaires d'Etat. A noter le retour de Jean-Marc Ayrault au Quai d'Orsay, en remplacement de Laurent Fabius. Parmi les sortants : Fleur Pellerin dont le Ministère de la Culture est confié à Audrey Azoulay, Marylise Lebranchu qui passe la main à Jean-Vincent Placé en Secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État ainsi que Silvia Pinel, au Ministère du logement qui retrouve une Ministre verte: Emmanuel Cosse. Nouvel entrant aussi, Jean-Michel Baylet (PRG) au porte-feuille de l'aménagement du territoire.

  • 11/02/16 | De nouveaux radars fixes « double sens » en Lot-et-Garonne

    Lire

    Les communes de Condezaygues, Penne d'Agenais, Roumagne, Bourlens, Villeneuve-sur-Lot et Moncrabeau viennent de voir la mise en place de radars fixes « double sens » « pour mieux lutter contre les vitesses excessives ou inadaptées » selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. En Lot-et-Garonne, le dispositif « double sens » est déjà mis en service sur six radars implantés sur les communes de Laffite-sur-Lot, Tonneins, Nérac, Port-Ste-Marie, Seyches et labastide Castel-Amouroux.

  • 11/02/16 | L'accident de Rochefort: : Alain Rousset rejoint les ministres

    Lire

    Alain Rousset président de la Région s'est rendu à Rochefort ce midi après le terrible accident qui a coûté la vie à six adolescents fauchés par une ridelle de camion, à l'intérieur du bus scolaire, qui les emmenait à Surgères: « Mes pensées vont vers la famille et les proches des victimes, le conducteur du bus scolaire, et également vers les adolescents blessés ou choqués. Je tiens également à saluer le travail des services de secours et des forces de police, actuellement sur place". Ségolène Royal, Najat Vallaud Belkacem, Dominique Bussereau sont venus soutenir les familles

  • 11/02/16 | 12 000 Périgourdins au match Trélissac OM à Chaban

    Lire

    Ce soir, le stade Chaban Delmas retrouve le football avec la rencontre de 8e de la Coupe de France entre les Périgourdins de Trélissac et l'Olympique de Marseile. Ils sont plus de 12 000 supporters à faire le déplacement à Bordeaux. Trélissac avait déjà rencontré les Marseillais en janvier 2010, en Coupe de France. Les Périgourdins avaient perdu en 16e de finales. Supporters et joueurs sont fin prêts pour un match historique. En cas d'exploit, ils rencontreront Granville, l'autre petit poucet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Aqui.fr au Salon de l'agriculture de Bordeaux-Lac

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au Salon de l'agriculture de Bordeaux-Lac

L'amélioration génétique et l'insémination : comment ces procédés améliorent la rentabilité des vaches

20/05/2013 | Olivier Valles, éleveur près de Castres, est adhérent à Midatest, une coopérative ayant pour but de choisir les meilleurs reproducteurs de vache à lait

Midatest permet aux agriculteurs d'améliorer la productivité des vaches laitières

Sa robe noire et blanche, ses os saillants et ses mamelles rebondies en font une créature singulière de la race bovine. La Prim'holstein (c'est son nom) est pourtant la première vache laitière au monde. Depuis une cinquantaine d'années, la productivité de son précieux breuvage a été grandement améliorée grâce au procédé de la sélection génétique et l'insémination artificielle. Une technique toutefois insuffisante pour pallier à la crise du prix du lait en France.

« Aujourd'hui, environ 90 à 95% des éleveurs de Prim'holstein pratiquent l'insémination artificielle » affirme Olivier Valles, éleveur lui-même de vaches laitières à la SCEA en Crozes de Labruguière, près de Castres. Ce procédé permet en effet, entre autres critères, d'améliorer la productivité en lait de ces bovins. Le gain serait non négligeable si l'on en croit l'agriculteur : « Il est difficile de donner un chiffre, mais on peut dire que, grâce à l'insémination, on est passé à une production de 6000 kg de lait/vache/an à 9000. » Par quels procédés l'homme peut-il améliorer les rendements de ces bovins?

Midatest, une coopérative d'agriculteurs travaillant avec des centres d'insémination animale en Aquitaine et Midi Pyrénées, fait partie de ces structures qui tendent à « améliorer les performances technico-économiques » des élevages d'agriculteurs. « Nous conduisons des schémas de sélection sur des races de bovins définies » explique Serge Bridon, responsable du schéma de sélection des Prim'holstein. Concrètement, il commence par opérer une sélection des meilleurs animaux de la race (à partir des bovins des adhérents de la coopérative et/ou en achetant des taureaux dans le monde entier). Plusieurs critères entrent en ligne de compte : la morphologie, la production de lait (calculée par l'INRA, Institut national de la recherche agronomique), les caractères fonctionnels comme la résistance aux maladies, ou les critères de reproductivité. Cela forme l'index génétique de l'animal. Une fois les meilleurs reproducteurs choisis, il les accouple. Les génisses qui naîtront par la suite seront élevées par les adhérents de Midatest, et seront inséminées. Puis, les descendants du taureau recevront leur index génétique. S'ils correspondent aux critères de la race, cela veut donc dire que le taureau « père » est un bon reproducteur. Sa semence sera donc prélevée à grande échelle, congelée et vendue à des éleveurs du monde entier. Quant aux veaux descendants, ils seront à leur tour évalués sur leur capacité de reproduction. Des catalogues permettent ainsi aux agriculteurs de choisir le taureau répondant le mieux à leurs critères. 

Crise laitière

Pourtant, avec la crise du prix du lait, certains éleveurs seraient tentés de réintroduire un taureau au sein de leur troupeau au lieu d'inséminer, glisse l'éleveur Olivier Salles, car ce procédé coûte plus cher à la base. « Mais il ne s'agirait que d'un gain à court terme » poursuit-il. Aujourd'hui, cet éleveur, qui est aussi vétérinaire, confie son désarroi à propos d'une crise qu'il subit de plein fouet: « l'atelier lait perd de l'argent. Si vous ne vendez pas d'autres produits à côté, vous ne pouvez pas vivre de la production laitière ». Il pointe pourtant la pénurie actuelle de lait, due aux sécheresses d'Australie et Nouvelle-Zélande, mais aussi le refus des laitiers, industriels et grandes surfaces, d'adapter le prix du lait aux coûts de production, qui ont fortement augmenté avec la hausse du prix des matières premières, céréales notamment. « Dans cette filière, c'est l'acheteur qui dicte les prix, vous trouvez ça normal? » interroge-t-il. Pourtant, il ne faudrait pas grand chose, selon lui, pour sauver les producteurs de lait : « une augmentation de 5 centimes du litre de lait nous permettrait de vivre. » Mais le problème, selon lui, est plutôt politique : « il y a une absence de volonté de sauver la filière ». Une réunion a pourtant eu lieu le 8 avril dernier au ministère de l'agriculture entre les industriels, les grandes surfaces et les producteurs de lait afin de trouver une solution. Stéphane Le Foll, le ministre de l'agriculture et Jean Marc Ayrault ont également proposé fin avril une hausse de 2,5 centimes du prix du litre de lait, sur sept mois. L'éleveur tarnais reste toutefois positif "Nous faisons ce métier par passion. J'ai encore l'espoir de pouvoir en vivre".

Elodie Souslikoff
Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
320
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
nadjib | 19/07/2013

es ce que cette race de vache suporte les climat chauds 48 en été

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -