Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/20 | L'épidémie de Coronavirus progresse en Dordogne

    Lire

    94 cas confirmées lundi 6, 102 au 8 avril… L’épidémie de coronavirus progresse en Dordogne même si le département reste l’un des moins touchés, a indiqué le préfet lors d'un point presse. Et encore, "ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville. 23 personnes sont hospitalisées, dont 6 en réanimation et 23 ont rejoint leur domicile. Sur les EPHAD, 30 cas sont confirmés. La Dordogne enregistre 5 décès dont 3 en structures médico-sociales et 1 en EPHAD.

  • 09/04/20 | Covid-19 : de nouveaux transferts de patients en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Ce vendredi, plusieurs transferts de malades atteints de coronavirus, hospitalisés en Île-de-France, seront transférés par train depuis la gare d'Austerlitz vers Bordeaux, Angoulême et Poitiers. En région, les derniers chiffres de l'ARS confirment que la Gironde est le département le plus touché, mais aussi celui où les hospitalisations sont le plus en baisse (-25 en 24 heures). Le dernier bilan fait état de 2663 cas confirmés en Nouvelle-Aquitaine et 165 décès, ce qui en fait, avec la Bretagne, l'une des régions les moins touchées.

  • 09/04/20 | Tous les événements de mai de l'Odyssée à Périgueux annulés

    Lire

    En application des dispositions destinées à freiner l'épidémie, les événements du mois de mai à L'Odyssée sont annulés. La billetterie reste fermée au public. L'Odyssée propose deux formules pour les places déjà réglées : soit le remboursement total pour cela, rendez-vous en billetterie dès la réouverture du Théâtre ou renoncement au remboursement. Pour cela il faut envoyer un mail à : billetterie@odyssee.perigueux.fr. Ce choix permet de contribuer à la solidarité que L'Odyssée déploie envers les équipes artistiques et techniques.

  • 09/04/20 | Près de 3 000 volontaires néo-aquitains inscrits sur Renforts-Covid

    Lire

    Le 30 mars, l’ARS a lancé l’opération #Renforts-Covid pour mettre en relation des professionnels de santé volontaires avec des établissements de santé néo-aquitains en besoin de renfort dans le cadre de la gestion de l’épidémie de Covid-19. En 10 jours: 2 985 professionnels de santé se sont portés volontaires en s’inscrivant sur la plateforme, 336 demandes de missions ont été postées par les établissements de santé, 91 volontaires ont déjà été mis à disposition des établissements en demande de renfort avec majoritairement des aides-soignants (48%) et des agents des services hospitaliers (23%).

  • 09/04/20 | Surveillance sanitaire des troupeaux : les priorités dans le 64

    Lire

    En cette période d'épidémie, la direction départementale de la protection des populations et le Groupement Sanitaire de Défense 64 ont posé comme priorité la surveillance sanitaire des cheptels transhumants qui devront être à jour de leurs prophylaxies annuelles pour monter en estive. Pour les non-transhumants et autres espèces (porcs notamment), les prophylaxies pourront être maintenues sous réserve de disponibilité des vétérinaires et respect des mesures de protection. Selon l’évolution de la situation la fin des campagnes pourra être reportée par la Préfecture, sans pour autant renoncer aux dépistages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Municipales 15 et 22 mars

Les spéciaux d'Aqui


Municipales 15 et 22 mars

L'aviculture accueillie tel un coq en pâte sur le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

06/06/2019 | Poules Pékin ou Branha, pigeons Cauchois ou Strasser, ou encore lapins Géant Blanc du Bouscat s'invitent pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

stand volaille salon de l'agriculture

Depuis 2015, le chant du coq n'avait pas résonné au Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. C'est avec l'association Cocotte d'Origne que les gallinacés, pigeons et autres lapins d'ornement reviennent, vêtus de leurs plus beaux habits de gala. Bourse permanente permettant d'acheter ses nouveaux compagnons mais aussi concours à l'anglaise sont prévus jusqu'à la fin de l'événement sur les stands avicoles.

Promouvoir les races auprès du grand public, aiguiller les futurs acheteurs et les aider à établir leur poulailler mais aussi apprécier les atours des élégantes gallinacées, c'est la mission à laquelle s'adonne avec passion l'association Cocotte d'Origne. Créée en premier lieu dans le but de faire revivre ce village d'une centaine d'âmes seulement, elle compte maintenant plus de 70 adhérents sur toute la Nouvelle-Aquitaine. Eleveurs ou particuliers, jeunes ou moins jeunes, la frénésie des poules se propage depuis quelques années jusqu'aux coeurs des villes. D'abord remise au goût du jour par les préoccupations environnementales et liées à la biodiversité, l'animal entretien un rôle précieux auprès des particuliers : anti-déchets alimentaires et productrice d'oeufs frais, elle est de plus en plus prisée par les familles et est devenu un véritable animal de compagnie.

La cocotte a la côte

Elle s'invite alors auprès des écoliers et jusque dans les maisons de retraite en zoothérapie. "Les gens fonctionnent au coup de coeur : certaines ont une crête, d'autres des cornes, les autres pas de queues ou un pompom sur la tête... Les goûts et les couleurs varient selon les gens et ils cherchent à créer un poulailler à leur image. Chaque race est différente et on trouve des oeufs verts, bleus, marrons, des géants ou des naines... Certains clients se sont très bien renseignés et arrivent en sachant déjà quelle race ils veulent." observe Benoît Dussere, président de l'association. Prenant l'exemple de la race Merlerault remise au goût du jour par les restaurateurs pour sa chaire rouge, il explique que ce côté atypique séduit de plus en plus petits et grands. En témoigne le monde sur les stands et les bénévoles sans cesse sollicités. La volaille et en plein boom et tout le monde s'accorde pour le dire. 

stand volaille salon de l'agriculture

Un concours est organisé ce samedi au Salon, animé par Anthony Ré, juge européen et vice-président de la FFV (Fédération Française de Volaille). "Il existe des championnats de France, d'Europe ou régionaux mais également des concours locaux qui sont de plus prisés par les éleveurs ou le public. Nous avons voulu en organiser un pour montrer notre travail aux visiteurs mais aussi pour le côté pédagogique car notre but est d'avant tout protéger la cause volaille en France et sauvegarder les races." Sur les 450 que compte l'espèce, près d'une centaine de ses représentantes se sont parées de leurs plus belles plumes et font la roue au Salon. Le concours à l'anglaise aura lieu sur le ring samedi à partir de 15h. Dans ce genre de présentation, deux animaux sont jugés en fonction des standars de leurs races (descriptif des yeux, forme, poids, couleur...). Après comparaison, le meilleur des deux reste en lice et sera confronté à un autre animal jusqu'au sacre du gagnant. 

A la mode des gallinacés

Et si tout le monde veut avoir sa poule, oies, pigeons, pintades et lapins font aussi sensation dans cette partie du Salon, dédiée à l'aviculture. Arrivés ce jeudi matin, les jeunes dindonneaux et poussins de tout juste un jour se réchauffent sous la lampe de la couveuse. C'est devant toutes ces variétés de coloris et d'espèces que Séverine Micaud, artisanne créatrice, a décidé de piquer des plumes sur des habits. "Je fabrique des vêtements pour des femmes qui ont "de la conversation" comme j'ai coutume de dire. Et il est parfois compliqué de s'habiller quand on veut sortir de l'ordinaire, particulièrement quand on souhaite masquer ses défauts comme la plupart des femmes souhaitent le faire, et il y a plein de façons d'y arriver. La nature s'ouvre à nous, il suffit juste de la regarder." L'artiste, également éleveuse, donne l'exemple de la pintade, connue par le grand public pour son costume noir piqué de blanc : "moi j'en ai des lilas, roses poudrés, et c'est tellement féminins !". Si la plume de paon avec ses couleurs majestueuses et son dessin en forme d'oeil est utilisée depuis des siècles dans la mode et la décoration, les plumes des poules de Séverine égayent écharpes et accessoires pour les femmes hautes en couleurs. 

stand volaille salon de l'agriculture

Et les poules d'ornement s'envolent au sein du Salon. Si la grippe aviaire avait tué dans l'oeuf leurs envies de conquête, le fier coq gaulois lève dignement le bec sous le chapiteau. Dès le premier jour, le public était au rendez-vous et les réactions des visiteurs ne se sont pas fait attendre. "Vous êtes enfin revenus !", "on vous a suivi jusqu'à Langon" pouvait-on entendre entre les lapins Chèvres et poules de Soie. "Quand les gens viennent demander telle ou telle race et coloris, c'est incroyable ! Ils se sont documentés, savent très bien ce qu'ils sont venus chercher. Certains ont même repayé l'entrée pour nous voir et notre espace ne désemplit pas !" s'exclame Benoît Dusserre.

Les visiteurs partent avec leur animal sous le bras mais aussi s'arrêtent sur le stand de nourriture spécialisée que Denis Campodarve, céréalier bio et partenaire de l'association, leur a concocté. "Le but est de leur enseigner ce qu'ils doivent savoir sur l'animal qu'ils ramènent chez eux mais aussi de leur donner de la nourriture de qualité en sachant comment et où elle a été produite." Les bénévoles de Cocottes d'Origne espèrent que l'année prochaine sera aussi intense et pensent déjà aux volières pour les paons et, sans trop se mouiller toutefois, aux bassins pour les canards. 

Sabine Taverdet
Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
2775
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -