17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Reprise agricole en terres corrèziennes : l'eau coule sous le pont au Moulin de Mazièras

24/05/2019 | Au pays des Limousines, Pascal et Simone Soularue ont trouvé leur repreneur idéal en la personne de Nicolas. Rencontre avec un duo qui sourit à l'avenir.

1

Non loin du plateau de Millevaches, la verte commune de Peyrissac est sous les eaux en cette journée de printemps. Située au croisement de la Corrèze, de la Creuse et de la Vézère, cette région au nom trompeur tire son étymologie des "vaccas", sources et cours d'eau qui sillonnent ce territoire granitique. Si l'appellation du plateau ne rend pas hommage aux bovins comme il pourrait le laisser entendre, c'est pourtant ici que les Limousines de Simone et Pascal Soularue sont nées. L'heure de la retraite approchant, Nicolas a quitté son Cantal natal pour plonger en terres corrèziennes.

C'est sous des trombes d'eau que le ciel dévoile les routes de campagne du Moulin de Mazièras; le territoire des milles sources n'a jamais aussi bien porté son nom. De l'étable s'échappe une douce odeur de foin et la fraîcheur de l'air est réchauffée par la tranquille respiration d'une vingtaine de Limousines. De là, sortent Pascal et Nicolas, bottes aux pieds et sourire aux lèvres. En face, un bâtiment flambant neuf perce le ciel de plomb. C'est ici que Pascal Soularue entrepose ses moissonneuses et autres outils de son entreprise de travaux agricoles. La construction, scindée en deux avec le foin que son jeune repreneur entrepose, est symbole du partage et de la complicité qui s'est instaurée entre les deux hommes. 

Tour à tour maire de la commune, président du Conseil Agricole et administrateur Centre France, il a repris au pied levé l'exploitation familiale en janvier 1979 après qu'un accident ait touché son père exploitant. Tentés par les porcs puis la volaille, trois ans d'élevage de génisses lourdes puis une diminution des activités du couple liées à ces projets parallèles, la retraite se profile en 2018 pour Simone. "De 18 hectares, nous sommes arrivés à 180 ! Je voulais poursuivre mes études en spécialisation élevage suite à ma formation à l'école d'agri' de Limoges. Mais j'ai d'abord repris tout seul et ensuite mon épouse qui travaillait à l'extérieur m'a rejoint en 2011. Comme aucune de nos filles ne voulaient continuer, on a cherché repreneur" explique Pascal.

pascal soularue et nicolas besson

C'est courant 2018 que le riant exploitant met en route les démarches pour anticiper sa propre retraite en 2020 tout en pensant qu'une reprise d'exploitation tarderait à venir dans la campagne corrèzienne. "Finalement, cela a mis moins d'un an au lieu des deux prévus pour trouver quelqu'un. Nous avons eu des visites de corrèziens bien entendu, mais aussi de creusois et énormément de demandes de renseignements téléphoniques de personnes venant de plus loin mais les surfaces faisaient peur, et certains projets ne nous satisfaisaient pas. Puis, au cours de l'année, grâce aux services de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze, Nicolas est venu visiter. Et là ça n'a plus été compliqué de choisir. Il correspondait entièrement à nos attentes : il était raisonné, le projet tenait la route et le courant passait." 

Du Cantal à Peyrissac : chemin de vie en campagne corrèzienne

Le jeune repreneur reste alors sur les broutards limousins et reprend 127 hectares, certains baux de location prenant fin, d'autres étant alloués à un maraîcher bio ou encore à un jeune en contrat SAFER. Nicolas Besson a 38 ans et connaissait l'adresse de Pascal depuis quelques temps déjà mais n'avait jamais vraiment songé à s'aventurer en terres corrèziennes. Fonctionnaire pendant 18 ans, il avait essayé de s'installer plusieurs fois mais c'est un accident de travail, il y a un an et demi, qui l'a poussé à reprendre la suite du bac pro agricole passé à Saint-Flour.

Sans trop y croire au début, les deux hommes multiplient alors les études en lien avec la Chambre d'Agriculture de la Corrèze, bien décidés à trouver des compromis pour l'installation de Nicolas. Après plusieurs modulations, il reprend finalement 85 vaches avec leurs veaux, 35 génisses et cinq taureaux puis se verra propriétaire des murs d'ici six ans. "C'est sûr que nous n'aurions pas eu de problèmes pour louer mais ce n'est pas ce que nous voulions. On aurait pu faire comme d'autres, arrêter ou tout faire partir en morceaux mais le but était vraiment d'installer des jeunes. Nous avons vécu sur ces terres-là, je ne vois pas pourquoi il faudrait changer quoi que ce soit et puis, faire vivre la commune, installer un couple, amener une famille était important pour moi avec mes antécédents de maire" se félicite le futur retraité.

limousines en stabulation

Après l'étude économique été 2018, la réponse en fin d'année et la démission de Nicolas, l'acharnement et l'espoir des deux compagnons payent et le premier avril 2019 signe l'installation officielle. Et les Limousines font bien de prendre du repos tant que la pluie tombe car dès les beaux jours, Nicolas fourmille de projets. "L'idée de départ était de mettre ma femme en GAEC mais ça n'a pas été possible. Je ne vais pas garder de génisses cette année et je souhaite acheter des petites Salers, une vingtaine pour commencer. Il faut attendre de voir comment elles vont s'adapter pour trouver un équilibre entre les deux races" détaille-t-il.  Pascal pousse alors son jeune repreneur à se livrer et Nicolas lâche le morceau : "dans l'idéal, je voudrais trouver du terrain un peu plus loin pour faire comme dans le Cantal, leur faire passer l'été en estive et libérer la terre autour pour les récoltes. J'ai des touches sur le plateau de Millevaches, on verra ce que ça donne" sourit-il. 

Projets prêts à moudre au Moulin de Mazièras

Pour l'instant, le reprise du précieux salarié en CUMA de Pascal, le bardage de la fumière et le déménagement des bâtiments de matériel mécanique occupent les deux exploitants. A 59 ans, il ne pensait pas trouver repreneur si vite et rapporte les conversations qu'il a eues dans le passé avec des amis agriculteurs, partis à la retraite avant lui. "Ils me disaient que ça me ferait quelque chose quand je verrai passer mon repreneur sur le tracteur et que je me rendrai compte que ce n'est plus moi qui doit le passer, mais au final, j'y suis quand même. Il faut bien que je m'occupe !" Mais sa femme veille : "il est sur l'exploitation tous les jours, il faut bien qu'il lui donne un coup de main ; Nicolas ne connait pas encore tous les propriétaires ni toutes les parcelles. Il ne le lâche pas pour le début mais on sait que tout roulera !" Pour la dernière étape, Simone et Pascal comptent faire bâtir un peu plus loin pour vendre la maison à Nicolas et sa famille, ce qui marquera la fin d'une transmission totale. Mais pour l'instant, le petit hameau du Moulin de Mazièras sent le vent tourner dans la bonne direction et c'est pendant l'accalmie que les deux hommes rechaussent leurs bottes et s'enfoncent dans l'étable, côte à côte, pour s'occuper ensemble des ruminantes Limousines. 

 

Sabine Taverdet
Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
16177
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -