Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

18/10/21 : Mardi 19 octobre a lieu la 15ème édition du Forum Emploi de Cenon, de 9h à 14h au Rocher de Palmer. Sécurité, commerces, restauration, logistique, sanitaire & social, hygiène, BTP, Industrie, de nombreux postes et formations seront proposées à tous

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

01/10/21 : Randonnées découverte en journée ou en soirée de la faune, de la flore, de la géologie, balades contées, expositions, jeux de piste… Ces 2 et 3 octobre, la Région Nouvelle-Aquitaine organise les "48h Nature". Tout le programme sut 48hnature.fr+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/21 | Une plateforme pour découvrir le Cognac

    Lire

    Les 1 000 membres de la communauté du Cognac viennent de mettre en ligne un nouveau site internet. Fruit de 2 ans de travail, il permet d'aller à la rencontre de la culture du Cognac, du savoir-faire en passant par les modes de consommation. La communauté souhaite d'ici mars 2022 déposer un dossier pour inscrire le Cognac au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Pour découvrir le site internet

  • 21/10/21 | Anguilles, lamproies : des migrations facilitées dans le Ciron

    Lire

    Le Ciron, long de 97km, est une véritable zone d'attrait pour les poissons et particulièrement les migrateurs comme les anguilles ou les lamproies. Fin 2020, la Région a lancé un appel à projets « Continuités écologiques aquatiques en Nouvelle-Aquitaine » et a retenu la SCI de Graveyron. Le projet consiste notamment en l'aménagement de 2 rampes à rugosité de fond afin d'assurer un franchissement pour l'ensemble des espèces quelque soit le cycle de marée.

  • 21/10/21 | Guéret : l'IRFJS rénové en vue des JO 2024

    Lire

    La Ville de Guéret a été retenue comme un des centres de préparation pour le VTT et le cyclisme sur route en vu des Jeux Olympiques de 2024. Pour répondre au cahiers des charges, la Ville doit rénover l'Institut Régional de Formation Jeunesse et Sports (IRFJS). Outre les divers aspects fonctionnels, d'équipements nouveaux et d'embellissement, la réhabilitation va impliquer une mise en sécurité et accessibilité du bâtiment. Les travaux vont aussi permettre de prendre en compte les préconisations environnementales sur les énergies et de l'eau.

  • 21/10/21 | Ouvre Boîte accompagne les entrepreneurs des quartiers

    Lire

    La 3ème édition d'Ouvre Boîte, le concours de France Active Nouvelle-Aquitaine pour ceux et celles qui veulent créer leur entreprise est lancé à Pau et plus particulièrement dans les quartiers prioritaires. Les lauréats de ce concours se verront attribuer une bourse de 1000€ pour les aider à lancer leur entreprise. Pour participer, il suffit de déposer son projet auprès de l'équipe d'Ouvre Boîte avant le 5 novembre.

  • 20/10/21 | 2022 : 129ème édition du Concours Général Agricole

    Lire

    Après avoir été annulé en 2021, le Concours Général Agricole fait son retour ! Sa finale se tiendra du 26 février au 6 mars 2022 dans le cadre du Salon de l'Agriculture de Paris. Le Concours des Produits est ouvert pour distinguer le meilleur de la production française : eaux de vie, huîtres, produits laitiers, charcuteries, confitures, jus de fruits, bières… A partir du 2 novembre, les inscriptions seront aussi ouvertes pour le Concours Vins et se clôtureront le 13 décembre. Des phases amont du CGA organisée en région par les Chambres d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Reprise agricole en terres corrèziennes : l'eau coule sous le pont au Moulin de Mazièras

24/05/2019 | Au pays des Limousines, Pascal et Simone Soularue ont trouvé leur repreneur idéal en la personne de Nicolas. Rencontre avec un duo qui sourit à l'avenir.

1

Non loin du plateau de Millevaches, la verte commune de Peyrissac est sous les eaux en cette journée de printemps. Située au croisement de la Corrèze, de la Creuse et de la Vézère, cette région au nom trompeur tire son étymologie des "vaccas", sources et cours d'eau qui sillonnent ce territoire granitique. Si l'appellation du plateau ne rend pas hommage aux bovins comme il pourrait le laisser entendre, c'est pourtant ici que les Limousines de Simone et Pascal Soularue sont nées. L'heure de la retraite approchant, Nicolas a quitté son Cantal natal pour plonger en terres corrèziennes.

C'est sous des trombes d'eau que le ciel dévoile les routes de campagne du Moulin de Mazièras; le territoire des milles sources n'a jamais aussi bien porté son nom. De l'étable s'échappe une douce odeur de foin et la fraîcheur de l'air est réchauffée par la tranquille respiration d'une vingtaine de Limousines. De là, sortent Pascal et Nicolas, bottes aux pieds et sourire aux lèvres. En face, un bâtiment flambant neuf perce le ciel de plomb. C'est ici que Pascal Soularue entrepose ses moissonneuses et autres outils de son entreprise de travaux agricoles. La construction, scindée en deux avec le foin que son jeune repreneur entrepose, est symbole du partage et de la complicité qui s'est instaurée entre les deux hommes. 

Tour à tour maire de la commune, président du Conseil Agricole et administrateur Centre France, il a repris au pied levé l'exploitation familiale en janvier 1979 après qu'un accident ait touché son père exploitant. Tentés par les porcs puis la volaille, trois ans d'élevage de génisses lourdes puis une diminution des activités du couple liées à ces projets parallèles, la retraite se profile en 2018 pour Simone. "De 18 hectares, nous sommes arrivés à 180 ! Je voulais poursuivre mes études en spécialisation élevage suite à ma formation à l'école d'agri' de Limoges. Mais j'ai d'abord repris tout seul et ensuite mon épouse qui travaillait à l'extérieur m'a rejoint en 2011. Comme aucune de nos filles ne voulaient continuer, on a cherché repreneur" explique Pascal.

pascal soularue et nicolas besson

C'est courant 2018 que le riant exploitant met en route les démarches pour anticiper sa propre retraite en 2020 tout en pensant qu'une reprise d'exploitation tarderait à venir dans la campagne corrèzienne. "Finalement, cela a mis moins d'un an au lieu des deux prévus pour trouver quelqu'un. Nous avons eu des visites de corrèziens bien entendu, mais aussi de creusois et énormément de demandes de renseignements téléphoniques de personnes venant de plus loin mais les surfaces faisaient peur, et certains projets ne nous satisfaisaient pas. Puis, au cours de l'année, grâce aux services de la Chambre d'Agriculture de la Corrèze, Nicolas est venu visiter. Et là ça n'a plus été compliqué de choisir. Il correspondait entièrement à nos attentes : il était raisonné, le projet tenait la route et le courant passait." 

Du Cantal à Peyrissac : chemin de vie en campagne corrèzienne

Le jeune repreneur reste alors sur les broutards limousins et reprend 127 hectares, certains baux de location prenant fin, d'autres étant alloués à un maraîcher bio ou encore à un jeune en contrat SAFER. Nicolas Besson a 38 ans et connaissait l'adresse de Pascal depuis quelques temps déjà mais n'avait jamais vraiment songé à s'aventurer en terres corrèziennes. Fonctionnaire pendant 18 ans, il avait essayé de s'installer plusieurs fois mais c'est un accident de travail, il y a un an et demi, qui l'a poussé à reprendre la suite du bac pro agricole passé à Saint-Flour.

Sans trop y croire au début, les deux hommes multiplient alors les études en lien avec la Chambre d'Agriculture de la Corrèze, bien décidés à trouver des compromis pour l'installation de Nicolas. Après plusieurs modulations, il reprend finalement 85 vaches avec leurs veaux, 35 génisses et cinq taureaux puis se verra propriétaire des murs d'ici six ans. "C'est sûr que nous n'aurions pas eu de problèmes pour louer mais ce n'est pas ce que nous voulions. On aurait pu faire comme d'autres, arrêter ou tout faire partir en morceaux mais le but était vraiment d'installer des jeunes. Nous avons vécu sur ces terres-là, je ne vois pas pourquoi il faudrait changer quoi que ce soit et puis, faire vivre la commune, installer un couple, amener une famille était important pour moi avec mes antécédents de maire" se félicite le futur retraité.

limousines en stabulation

Après l'étude économique été 2018, la réponse en fin d'année et la démission de Nicolas, l'acharnement et l'espoir des deux compagnons payent et le premier avril 2019 signe l'installation officielle. Et les Limousines font bien de prendre du repos tant que la pluie tombe car dès les beaux jours, Nicolas fourmille de projets. "L'idée de départ était de mettre ma femme en GAEC mais ça n'a pas été possible. Je ne vais pas garder de génisses cette année et je souhaite acheter des petites Salers, une vingtaine pour commencer. Il faut attendre de voir comment elles vont s'adapter pour trouver un équilibre entre les deux races" détaille-t-il.  Pascal pousse alors son jeune repreneur à se livrer et Nicolas lâche le morceau : "dans l'idéal, je voudrais trouver du terrain un peu plus loin pour faire comme dans le Cantal, leur faire passer l'été en estive et libérer la terre autour pour les récoltes. J'ai des touches sur le plateau de Millevaches, on verra ce que ça donne" sourit-il. 

Projets prêts à moudre au Moulin de Mazièras

Pour l'instant, le reprise du précieux salarié en CUMA de Pascal, le bardage de la fumière et le déménagement des bâtiments de matériel mécanique occupent les deux exploitants. A 59 ans, il ne pensait pas trouver repreneur si vite et rapporte les conversations qu'il a eues dans le passé avec des amis agriculteurs, partis à la retraite avant lui. "Ils me disaient que ça me ferait quelque chose quand je verrai passer mon repreneur sur le tracteur et que je me rendrai compte que ce n'est plus moi qui doit le passer, mais au final, j'y suis quand même. Il faut bien que je m'occupe !" Mais sa femme veille : "il est sur l'exploitation tous les jours, il faut bien qu'il lui donne un coup de main ; Nicolas ne connait pas encore tous les propriétaires ni toutes les parcelles. Il ne le lâche pas pour le début mais on sait que tout roulera !" Pour la dernière étape, Simone et Pascal comptent faire bâtir un peu plus loin pour vendre la maison à Nicolas et sa famille, ce qui marquera la fin d'une transmission totale. Mais pour l'instant, le petit hameau du Moulin de Mazièras sent le vent tourner dans la bonne direction et c'est pendant l'accalmie que les deux hommes rechaussent leurs bottes et s'enfoncent dans l'étable, côte à côte, pour s'occuper ensemble des ruminantes Limousines. 

 

Sabine Taverdet
Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
13926
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -