Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

  • 16/10/18 | L'autoroute Poitiers Limoges à l'étude

    Lire

    Le Préfet de Nouvelle-Aquitaine, a présidé lundi à Limoges le 1er comité de pilotage de l'étude de faisabilité de mise en concession autoroutière de la liaison Poitiers Limoges en présence des préfets de la Vienne et Haute-Vienne, des parlementaires, des élus des collectivités concernées dont les Départements et des présidents des chambres consulaires. Plusieurs tracés seront étudiés et analysés à partir de différents critères socio-économiques, ainsi qu'un éventuel barreau reliant le fuseau Poitiers Limoges à l’A20. Prochaines dates: février 2019 pour un point d’avancement, puis juillet 2019 pour les conclusions de l’étude.

  • 16/10/18 | 3ème édition du Linkteens à Libourne

    Lire

    L’association LINK, qui propose chaque année des évènements gratuits sur la culture numérique, propose le 20 octobre prochain le LINKTEENS. A destination des 15/25 ans, ils pourront découvrir des informations sur les formations, les nouveaux métiers mais aussi toutes les possibilités qu’offre la programmation au travers d’ateliers ludiques comme la fabrication d’un petit robot. Des minis conférences sont également organisées sur les questions des enjeux de l’Intelligence Artificielle. Rdv à l’Espace Jeunes de 10h à 18h.

  • 16/10/18 | Festival de la BD d'Angoulême : changement de critères du Prix Goscinny

    Lire

    Depuis deux ans, le prix Goscinny récompense un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier. En 2018, Jean Harambat avait obtenu le prix pour son album Opération Copperhead (Dargaud, 2017). Pour l'édition 2019, l'institut Goscinny et le FIBD changent la donne ; il pourra désormais également récompenser un scénariste pour l'ensemble de son oeuvre. Le nom du lauréat 2019 sera annoncé le mardi 20 novembre à Paris.

  • 16/10/18 | Les étudiants relèvent le « Defi Sang Limite »

    Lire

    Initié en 2004, le « Défi Sang Limite » revient à Bordeaux après 4 ans d’absence le 17 octobre. Il vise à mobiliser les étudiants en Médecine et en Pharmacie, et plus largement tous les étudiants du campus Carreire, pour recueillir un maximum de dons pour faire gagner sa ville. Objectif: 250 dons minimum. Pour accompagner ce mouvement, l’EFS proposera de nombreuses animations et faire de cette collecte un moment festif et convivial. Rdv à l’espace santé du campus Carreire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

L'effet Philippe Quesne au Carré des Jalles

21/11/2008 |

L'effet Philippe Quesne au Carré des Jalles

Dans le cadre de Novart Bordeaux, le Carré des Jalles propose une carte blanche consacrée au metteur en scène Philippe Quesne, révélation avignonnaise de l'été 2008 avec son spectacle « La mélancolie des dragons », programmé le 21 novembre prochain.

Invité une première fois en 2007 avec une performance intitulée « Echantillons », il revient cette semaine avec deux spectacles poursuivant son travail de déclinaison du théâtre autour de la question des arts plastiques, de la musique et de l'expérimentation. Les 18 et 19 novembre derniers, il entamait la session lui étant dédiée dans l'ordre chronologique en présentant « L'effet de Serge », une réflexion autour de la performance « solo » d'un artiste du dimanche.

Serge et ses effets
Première scène et premier effet. Le comédien principal Gaétan Vourch débarque en habit de cosmonaute dans une scène digne de « Rencontre du 3e type » version série Z. Il vient présenter le lieu de l'action et nous informer : « Nous commençons toujours nos spectacles par la scène terminant le spectacle précédent. » Premier rituel. S'en suit une longue énumération, décrivant la pièce où Serge produira ses spectacles : des murs gris en placoplâtre, une baie vitrée donnant sur un jardinet, une table de ping-pong, des objets en tout genre, une moquette sur laquelle il pourra marcher ou s'allonger en dessous pour écouter de la musique. Premier décalage. Puis Serge entre en scène, un grand mec déglingué, sorte d'hurluberlu vivant au rythme de ses créations artisanales et des visites de ses amis. Pour eux il sort le grand jeu : « Effet roulant sur une musique d'Haendel », « Effet lumineux sur une musique de Wagner », « Effet pyrotechnique sur une musique de Vic Chesnutt », chacun ne durant pas plus de 3 minutes. Et eux, ils sont bluffés, à tel point qu'ils arrivent difficilement à l'exprimer. Alors ils tentent quelques commentaires avec leurs expressions désuètes et en toute sincérité : « C'est lumineux », « On y entre comme dans un film », « C'est concret et abstrait en même temps ». Dénués de toute ironie mal placée ou de second degré, ils en oublient de voir le côté amusant et touchant, quasi pittoresque du monde doucement délirant de Serge. Petites entités appartenant à cet univers, ils autorisent et cautionnent les envolées imaginaires de Serge.

Une recherche sur la forme théâtrale
L'effet de SergeLe propos de Philippe Quesne est clair. Dans « L'effet de Serge », il est question de montrer le micro-monde d'un artiste s'essayant à la forme solo, sans autre dessein que d'interpeller sur la forme de la représentation. Pour lui la scène est un support servant à« activer un autre monde en développant des actions simples avec des objets courants mais employés à d'autres fins que celles communément admises ». Entouré d'artistes plasticiens, comédiens, musiciens et d'un chien pour la plupart présents depuis la fondation de la compagnie, il développe une esthétique singulière, qualifiant son théâtre de laborantin. S'évertuant à décortiquer les codes scéniques régissant une pièce, dans « L'effet de Serge » il déplace la réflexion sur le sens d'un texte au profit d'une interrogation plus marquée sur nos modes de représentation, posant encore une fois les questions lui étant essentielles : la forme du théâtre, la docilité du public, l'agression que peut représenter l'immersion de la réalité triviale sur scène. Éloigné d'un théâtre de mots, il s'affirme à l'antipode des metteurs en scène de grands classiques, préférant revendiquer un travail sur la voix en début de spectacle ou sur la répétition d'une partition très précise. Pas question ici de trouver un propos sociétal masqué, une dénonciation quelconque d'un monde hyperbolique, le ton est donné dans le ressenti immédiat et le décalage provoqué par les actions des personnages. Une conception reposante du théâtre qui évite l'inexorable lecture entre les lignes de la mise en scène pour y découvrir le fameux propos.

« L'effet de Serge » ou la redéfinition d'une réalité apparente
Le spectacle fonctionne sur le principe d'une réalité apparente, c'est-à-dire d'une mise en scène se voulant réaliste et qui pour autant procure une impression d'irréalité. Dans « L'effet de Serge », les fils sont grossiers, on pressent très rapidement la manière dont Philippe Quesne s'y prendra pour instaurer un décalage temporel, cette faille qui nous fait basculer dans le temps de la représentation. Le travail sur le rythme d'abord avec les déplacements et postures artificiels des personnages, leurs temps de réaction allongés, leurs modes de communication. Le jeu sur la répétition ensuite, avec les rituels instaurés au moment de s'asseoir ou de servir un verre d'accueil. La double mise en abîme enfin, autour de la représentation au sens spectaculaire du terme et sur la représentation d'une réalité. Tous ces artifices maintes et maintes fois décousus sur scène pour mieux parler du théâtre et de ses codes et qui pourtant, ici encore prouvent que les ressources de l'art dramatique sont insondables. À la sortie de la salle, on se pose sérieusement la question : comment se fait-il que cette pièce aux contours narratifs limités et au propos éculé, ne nous plonge pas dans un terrible ennui ? Pourquoi l'histoire de cet amateur d ‘effets spéciaux parvient-elle à nous intéresser alors que rien ne nous concerne vraiment ? Serait-ce là la clé de Philippe Quesne, l'explication de son étonnant succès. Cette intuition sans faille pour créer des spectacles sur le fil du rasoir, oscillant perpétuellement entre le monde du kitsch sans intérêt et le superbe d'une dramaturgie maîtrisée. Sans doute. Car si certains seraient tentés de parler de fumisterie et de passer à côté, en réalité c'est une véritable petite entreprise qui s'active sous nos yeux, pour joyeusement nous inviter dans leur entre deux monde. Efficacement épaulé par des comédiens ayant parfaitement saisi cette ambiguïté, il nous ouvre la voie de l'observation non-voyeuriste par le biais d'une machine bien huilée déguisée en ovni à l'apparente fragilité. Certes énième tentative de parler du théâtre, ce spectacle n'en est pas moins atypique et exigeant, mené d'une main de maître par Philippe Quesne qui réussit à maintenir Serge et ses effets dans ce vivarium géant ; un microcosme chaleureux et apaisant venu nous rappeler qu'il existe des endroits où l'imagination seule peut tenir tête à la réalité.

Photos : Argyroglo

HF

Pour ceux qui souhaitent découvrir les spectacles de Philippe Quesne, il reste des places pour « La mélancolie des Dragons », le vendredi 21 novembre.
Renseignements et réservations :
Carré des Jalles - tél. : 05 57 93 18 93
info@carredesjalles.org / www.carredesjalles.org

Partager sur Facebook
Vu par vous
179
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -