18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

L'empire des chasseurs contre-attaque

23/05/2013 | Le stand des chasseurs d’Aquitaine au salon de l’agriculture permet de relancer le débat sur cette pratique controversée

Chasseurs d'Aquitaine, grande

La Fédération Régionale des Chasseurs en Aquitaine était présente comme chaque année au salon de l’agriculture. Leur but, faire découvrir au grand public les enjeux de la chasse, à travers un objectif bien précis : lutter pour une gestion et une préservation des milieux naturels et de la faune sauvage. Souvent perçus comme des destructeurs de la faune sauvage, les chasseurs se revendiquent à l’inverse protecteurs de la biodiversité. Mais quels sont véritablement les arguments de chacun ?

Aujourd'hui, les opposants à la pratique de la chasse restent nombreux. C’est notamment le cas du RAC (rassemblement pour l’abolition de la chasse), association qui vise à rassembler tous les adversaires de cette pratique. « Tuer pour le plaisir est un loisir inacceptable », c’est en quelque sorte leur slogan. Mais ce n’est pas seulement la pratique sous forme de loisir et ce problème d’éthique qu’ils dénoncent. Pour eux, la chasse est un non sens pour l'écologie et à la protection de l’environnement; ils évoquent aussi les risques d’insécurité vis-à-vis des personnes non pratiquantes. Même si les accidents sont rares, l'argument est repris par les opposants à la chasse.

« La chasse, un outil de régulation »
Nous sommes alors allés voir quelques-uns de ces chasseurs de la région Aquitaine, présents au salon de l’agriculture. Quelles réponses accordent-ils aux critiques de leur détracteur ?... Bien qu’ils sachent que le débat sur l’éthique de la chasse dans notre société semble sans issue, ils prônent néanmoins l’utilité de celle-ci. Au départ, la chasse était un moyen de se nourrir pour l’homme. Mais la société s’est modernisée et l’agriculture a peu à peu remplacé la pratique, au point de la transformer en loisir. Pourtant, selon les chasseurs, ce n’est pas seulement un loisir, mais un outil de régulation des espèces (des gibiers en l’occurrence). Pour cela, un comptage des espèces est effectué par zones, pour éviter que certaines ne disparaissent.
Michel Aso, chasseur béarnais, nous explique : « Nous avons des plans de régulation sur beaucoup de gibiers. La régulation, ce n’est pas seulement gérer l’abondance en tuant les animaux. C’est aussi créer un environnement favorable au développement de l’espèce lorsqu’il en manque ». Une manière pour eux de continuer la pratique de la chasse tout en « préservant le milieu naturel ». Il continue : « Il n’y a aucun intérêt pour nous d’abattre toute une espèce simplement par plaisir. Si les espèces que nous chassons disparaissent, la pratique de la chasse disparaît aussi, c’est pour cela qu’il faut créer un équilibre».

Pourquoi s’occuper de la régulation des espèces et ne pas laisser la nature faire son travail d’elle-même ? Michel Cieutat, lui aussi chasseur dans le Béarn nous répond : « Il faut des gens pour gérer l’abondance de gibiers dans certaines zones, qui peuvent être nuisibles à la fois aux agriculteurs (destruction de parcelles agricoles) ou aux automobilistes (nombre d’accidents liés aux gibiers en hausse) ». Beaucoup d’argent a déjà été dépensé par les associations de chasseurs pour aménager certaines zones humides en voie de disparition. « Sans nous, il n’y en aurait plus » explique Bernard Maessias, chasseur dans le Lot-et-Garonne. D’autres efforts comme la protection des haies (favorables à la biodiversité) ont été faits pour préserver l’environnement. « De plus, nous sommes les mieux placés pour parler du milieu naturel et agir en faveur de ce milieu, c’est notre spécialité » conclut le chasseur girondin, Michel Paulhiac.

Nicolas Laplume
Nicolas Laplume

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
520
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -