Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

« De la santé en Europe à l'Europe de la santé », d'après Michèle Delaunay

02/06/2009 |

Michèle Delaunay, Députée de la Gironde

Michèle Delauney, Députée de la Gironde, était l'invitée de la quatrième soirée de débat organisée par la gauche européenne ce vendredi 17 avril, au pub le Conemara, à Bordeaux. Le thème de la soirée portait sur le sujet de la santé en Europe. La députée, également médecin hospitalier, a saisi l'occasion pour rappeler quelques une des avancées européennes sur ce sujet, tout en regrettant fortement le manque d'ambition de l'Europe dans ce domaine, qu'elle perçoit comme pouvant être « un vecteur de ré-appropriation de la politique par les citoyens européens ».

Si Michèle Delaunay constate que le niveau de la santé en Europe reste inégal, « il est tout de même relativement satisfaisant et en amélioration », « cela dit, une Europe qui ferait de la santé une de ses priorités, pourrait rendre la situation sanitaire européenne excellente ». Pourtant, un certain nombre de freins existent à cette prise en main de la question par les instances européennes. La députée les liste et en décompte quatre principaux.

L' Europe de la Santé, une Europe "perdue d'avance" ?
Le premier, se rapporte à l'arbitrage entre les compétences des Etats et celles de l'Union européenne. « La santé fait partie des domaines régaliens des Etats , et, l'Union européenne n'a ici que peu d'ambition et peu de pouvoir". A ce premier frein, s'ajoute celui de « l'idée fort répandue dans l'opinion publique, que la prise en main de la politique de la santé par l'Europe, nivellerait les politiques nationales par le bas ». Une troisième résistance à la mise en place d'une véritable Europe de la Santé, et qui découle du caractère régalien de ce domaine, tient en la pluralité des systèmes de santé auxquels certains Etats, comme la France, sont particulièrement attachés. Un dernier élément ne plaidant habituellement pas en la faveur d'une Europe de la santé, « c'est que le domaine médical n'a pas attendu l'Europe pour se mondialiser ». En effet, la députée socialiste rappelle qu' « il n'y a déjà plus de frontière dans le domaine scientifique, les articles paraissent en anglais et les congrès médicaux sont mondiaux, toutes les nationalités y participent ». Dans ce même ordre d'idée, elle souligne la puissance de l'Organisation Mondiale de la Santé, qui, même en l'absence de pouvoir contraignant joue un rôle considérable en matière de santé mondiale, y compris en Europe. Alors, l'Europe de la santé serait-elle une Europe inutile et déjà "perdue d'avance" ?

La santé en Europe, "un facteur d'union"
La réponse de Michèle Delaunay est sans appel, « l'Europe doit se mobiliser autour de cette question de la santé. Elle doit parvenir à en faire un moteur de la construction européenne » ; c'est une nécessité « non seulement pour elle-même mais pour l'ensemble des Etats qui la composent ». Selon la députée PS, les raisons sont pléthore. La santé est, en elle-même, « un facteur d'union car tous les pays et tous leurs habitants ont un besoin et une préoccupation de santé considérables ». Un autre facteur de rapprochement entre tous les citoyens européens tient en « l'augmentation naturelle des coûts des soins du fait de l'amélioration des technologies et des médicaments »; dans ce domaine non plus il n'y a pas de frontière. Michèle Delaunay constate d'ailleurs que quel que soit le système de santé mis en œuvre dans les Etats européens, « nous sommes tous dans le même gouffre », « c'est une raison de plus pour que l'Europe s'en préoccupe à un niveau supérieur ». Un autre élément de soutien à la mise en place d'une politique européenne ambitieuse de la santé a pour origine la fracture sanitaire qui s'installe de plus en plus en Europe. « Cet écart qui se creuse entre les plus riches et les plus pauvres impose un « besoin d'hôpital » en Europe, c'est-à-dire la survivance d'établissement non privatisés ». La députée du PS admet volontiers que pour cela « il faudrait une majorité politique européenne qui propose une politique de service public qui tienne la route... »

"Des acquis d'importance"
Cela dit, si l'intervenante dénonce « le manque d'ambition de l'Europe à établir une politique visant à élever le niveau de santé des européens », elle ne dénigre pas le travail déjà accompli. Elle cite de nombreux exemples d'initiatives européennes: la mise en place d'actions sur les maladies transmissibles et les éléments infectieux, ou encore, l'organisation d'un centre de prévention et de contrôle d'alerte. Elle souligne également l'importance du travail européen dans le domaine de la sécurité sanitaire et alimentaire avec le dispositif REACH, qui impose désormais aux industriels de démontrer que les produits chimiques utilisés ne sont pas nocifs pour l'homme. De même, elle juge l'harmonisation des diplômes et l'acceptation de labellisation de toutes les professions de santé comme « des acquis d'importance ».

"Un manque d'ambition"
Là où le bât blesse, c'est que « l'Europe manque d'ambition. Elle agit mais de manière trop confidentielle sur un domaine qui pourrait être un créneau formidable pour la mobilisation des européens ». Pour autant elle ne préconise pas de passer directement par l'adoption de règles impératives ne pouvant que « générer des résistances nationales ». « Il faudrait commencer par mettre en place un certain nombre d'indicateurs de la santé en Europe en posant l'ambition de monter les objectifs par le haut. C'est ainsi que l'on rendra la politique de la santé sensible aux citoyens et en en faisant ainsi un vecteur fort d'adhésion au projet européen ».

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
411
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -