Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

« La dernière bande » et « Cette fois », Beckett revisité

15/11/2008 |

la dernière bande1

La Cie Les marches de l'été, sous la direction de Jean-Luc Terrade, invite le public à se plonger dans une réflexion sur le passé - sur nos choix, les espoirs et regrets qui les ont accompagnés, enfin la sensation incontournable du temps qui nous file impitoyablement entre les doigts laissant souvent place au triste constat de vieillesse et de solitude qui nous envahissent. Samuel Beckett, car c'est de la mise en scène de ses deux textes dont il s'agit (« La dernière bande » et « Cette fois »), convie cependant un certain espoir en soulignant l'importance du langage, des mots qui repoussent cette fin inéluctable, tel un corps qui demeure en vie tant qu'il respire. Des mots qui alimentent en nous encore l'illusion d'un autre scénario possible...

Pour le metteur en scène Jean-Luc Terrade l'écriture de Samuel Beckett est loin d'être un mystère. Parmi les nombreux spectacles qui figurent sur le compte de Jean-Luc Terrade, les textes de Samuel Beckett y apportent une contribution non-négligeable. Deux spectacles de théâtre gestuel ( "Silence Ecrit" et "Gouttes de silence") à partir des oeuvres "Nouvelles pour Rien", "Bing", et "l'Innommable", sont mis en scène déjà dans les années 80. En 2002 cinq textes avaient été créés: "Berceuse", "Pas moi", "Fragments de théâtre 2", "Cette fois" et "Solo". Enfin début 2009, ce sera le tour de "Oh les beaux jours", avec une des comédiennes de la compagnie, Babeth Fouquet.

Le triomphe du fond sur la forme
Cette relation très étroite avec l'écriture de Beckett constitue tout de même un tournant dans l'approche artistique du metteur en scène. Alors que, jusqu'à présent celui-ci cotoie l'écriture chorégraphique où le corps se retrouve en premier plan, chez Samuel Beckett c'est tout le contraire avec une économie de gestes et d'images qui consacre la primauté du langage, des mots. « En travaillant sur Beckett on ne peut faire parenthèse sur son écriture; celle-ci pourrait bien se passer d'illustration quelconque d'ailleurs, j'avais tout de même du mal personnellement à la concevoir sans images. » explique le metteur en scène. « Le travail sur la forme est tout aussi fascinant chez Beckett, on passe des vagues réminiscences d'un théâtre conventionnel aux simples installations que l'on pourrait bien imaginer dans une salle d'expositions.

Un retour douloureux vers le passé
Ainsi, dans « La dernière bande », c'est un vieux personnage qui se dessine devant nous, au visage pâle cheveux gris, longs, décoiffés, vêtu de manière tout aussi désordonnée. Assis devant son bureau, il semble plongé dans une réflexion interrompue de temps en temps par des coups d'oeils sur son horloge de poche qui ressemble plutôt à une grosse pendule ; des va et vient avec une banane dans la bouche ou encore des « escapades » vers la cuisine d'où on ne peut qu'entendre le son très familier de nouvelles bouteilles de vin débouchonées. Mais notre héros se concentre avant tout sur l'enregistrement de ses souvenirs d'il y a trente ans qu'il réécoute attentivement. C'est là que se déroule le drame non-prononcé d'une vie ratée d'un homme qui avait jadis privilégié une carrière d'écrivain au détriment d'une femme, dont il était tombé amoureux. La visible regret se mêle à la joie presque hystérique qui accompagne chaque écoute, avant que notre personnage ne se traite finalement de « con ».

dernière bandeUne illusion pour y croire encore, avec un peu de dérision quand même
Le deuxième volet du spectacle est, lui, beaucoup plus économique sur sa forme. « Cette fois » nous présente un autre visage pâle, plus jeune cette fois, englouti dans une obscurité totale, avant qu'on ne voit apparaître trois masques autour de lui qui semblent représenter ses diverses réflexions et pensées. Alors qu'on entend clairement leurs voix, le visage ainsi que les masques restent parfaitement immobiles. « Chez Beckett c'est toujours le même personnage qui s'exprime, son alter-ego, un autre lui-même. » explique Jean-Luc Terrade. « Avec toujours la même obstination, d'arriver à l'essentiel, se débarasser de ce qui entrave la compréhension et se concentrer sur les mots, le langage tant réduit à néant dans une ère de suprématie de l'image. » Une suprématie qui mène cependant à une forte contradiction. « C'est faire semblant d'y croire alors qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir ou que l'on ne peut revenir en arrière. » constate le metteur en scène. Mais Beckett se joue lui même de ce constat. « C'est un provocateur qui ne se prive pas de solutions assez dérisoires ; lorsque le personnage jette une peau de banane vers le public ou pousse des cris aigus sans raison particulière on est un peu dans l'absurde ; Beckett allait souvent plus loin, avec des pièces sans texte consistant en des allers-retours sur scène des acteurs. »

Une approche qui finalement peut s'avérer indispensable pour ne pas sombrer totalement dans la nostalgie de nos souvenirs et des nombreux regrets qui les accompagnent.

Piotr Czarzasty

Photos: Pierre Planchenault

« La dernière bande » suivie de « Cette fois »
les 14 et 15 novembre à 20h45

Journée Samuel Beckett
15 novembre de 10h à 16h30
théâtre du Lycée Montesquieu à Bordeaux

Cie Les marches de l'été
Direction artistique : Jean-Luc Terrade
17 rue Victor Billon - 33110 LE BOUSCAT
05 56 17 05 77 - Fax : 05 56 17 03 83
Email : cmde@club-internet.fr
www.marchesdelete.com

Partager sur Facebook
Vu par vous
560
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -