Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

11/10/18 : Plongez dans le monde des robots les samedi 13 et dimanche 14 octobre de 14 h à 19 h à Cap Sciences où expositions, ateliers, démonstrations, défis, conférences, spectacles vous permettront de mieux appréhender cet univers.

11/10/18 : Venue de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, le 12 octobre à Bordeaux, à l’invitation d’Alain Juppé, pour participer notamment à une consultation citoyenne sur les attentes des jeunes vis-à-vis de l’UE organisée par Kedge BS

11/10/18 : A Bordeaux, rassemblement pour le climat le 13 oct. à 14 h, place Pey-Berland. Débutant par une prise de parole, la mobilisation se poursuivra par la remise officielle du rapport du GIEC au Maire de Bordeaux et psdt de BM pour cheminer jusqu'à Darwin

11/10/18 : Du 19 au 29 octobre : prévention contre les AVC dans la Métropole bordelaise soit 1 000 prises de tension, 10 000 tensiomètres offerts, 8 conférences, sensibilisation sur les marchés, places publiques, galeries marchandes et dans le tram AVC.

11/10/18 : La Maison de l’Europe de Bordeaux organise une grande consultation citoyenne sur « Quel projet européen pour quelle unité européenne ? » le lundi 15 octobre à 19 h à la ME 1 place Jean Jaurès, à Bordeaux. Entrée gratuite.

11/10/18 : Tour de France : la fédération est venue visiter la Charente-Maritime il y a peu, annonce aujourd'hui le président du Département Dominique Bussereau. La Charente-Maritime saura si elle fait partie des étapes du tour 2019 mi-octobre...

11/10/18 : Dans les Landes, samedi 13 Octobre, un rassemblement, statique, est prévu à Dax dans le cadre de la Marche pour le climat de 10h30 à 13h, place Roger Ducos, devant la Cathédrale

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/10/18 | Ford Blanquefort : nouveau coup d'arrêt

    Lire

    Ce lundi 15 octobre, le ministre de l'économie Bruno Le Maire était à nouveau en Gironde. A l'occasion d'une nouvelle réunion avec les élus locaux et les syndicats de l'usine Ford, à Blanquefort, il a annoncé avoir tenu une discussion la semaine dernière avec le président de Ford. Ce dernier a manifesté une intention claire de fermer l'usine définitivement plutôt que d'appuyer une reprise par l'industriel belge Punch, un temps envisagé. Bruno Le Maire a affirmé être "en total désaccord" avec cette décision. La dernière consultation du comité d'entreprise sur le plan social de l'usine de Blanquefort est toujours prévu pour le 18 décembre.

  • 15/10/18 | Esprit critique et numérique à Mont-de-Marsan

    Lire

    Pour la 3e édition de #cybergener@ctions, le Bureau Information Jeunesse de Mont-de-Marsan et ses partenaires associatifs et institutionnels locaux proposent jusqu'au 25 octobre une programmation riche pour sensibiliser jeunes et moins jeunes, à une éducation critique au numérique. Durant 10 jours, expositions, ateliers, ciné-débat, mais aussi parcours numérique, hackathon et conférences, tant à destination des enfants et adolescents que des parents et professionnels de l'encadrement, se succèdent. Infos et inscriptions : http://m2j.montdemarsan.fr/

  • 15/10/18 | L’accès au numérique pour tous dans le Marmandais

    Lire

    Vendredi 12 octobre, le Conseil Territorial du Numérique (CTN) Garonne Guyenne Gascogne s’est réuni à Marmande pour aborder l’avancée du Plan Numérique Territorial et travailler des actions visant à l’accès au numérique pour tous. Et notamment en proposant un accompagnement individualisé assuré par un « aidant numérique » et des cours collectifs sur le numérique dans des lieux proches des habitants. A terme, une charte « Territoire d'action pour un numérique inclusif » verra le jour.

  • 15/10/18 | Conseil municipal à hauts risques ce soir à Biarritz

    Lire

    Ce soir lundi 15 octobre, le Conseil municipal se réunira avec une seule question à l'ordre du jour: le financement des travaux de l'Hôtel du Palais et son futur mode de gestion. Un sujet essentiel qui vise le patrimoine de la ville et son impact touristique et qui, en quelques mois, a créé un climat de haute tension parmi les élus de la ville impériale. Notamment le financement d'indispensables travaux dont le coût varie de 65 à 85 millions d'euros, le choix des partenaires mais aussi, tout simplement, l'avenir du contrôle du palace, aujourd'hui propriété de la ville.

  • 15/10/18 | Tailleur de pierre, un métier à découvrir à Limoges

    Lire

    Suite aux travaux de réhabilitation qui ont débuté en septembre au Jardin d’orsay, la Ville de Limoges, l’entreprise Blanchon et la Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment proposent des démonstrations des métiers de taille de pierre et de maçonnerie tous les mercredis après-midi du 17 octobre jusqu’à la fin novembre de 14h à 17h. Ces démonstrations gratuites, commentées par des professionnels, s’adressent à tous et notamment aux jeunes souhaitant découvrir ces métiers.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Le Conservatoire des races Aquitaine et CEVA Santé Animale alliés pour l'agrobiodiversité

11/04/2018 | La laboratoire Ceva Santé Animale est partenaire pour la 2ème année du Salon Aquitanima et du Conservatoire des races Aquitaine.

Les vaches Bordelaises en pâturage

Présent dans 110 pays à travers le monde, le laboratoire CEVA Santé Animale a passé en 2017, le cap du milliard d'euros de chiffre d'affaires. Spécialisé dans la recherche, le développement, la production et la commercialisation de produits pharmaceutiques et de vaccins pour animaux de compagnie et d'élevage, il est le premier laboratoire français, classé 6ème au niveau mondial. Impliqué auprès « toutes les formes d'agricultures », le groupe sera présent pour la 2ème année sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine, à travers un partenariat auprès du salon Aquitanima et du Conservatoire des races Aquitaine. Une manière aussi de valoriser son ancrage territorial néo-aquitain, à Libourne en Gironde.

L'avantage d'un chiffre d'affaire à 1,1Md €, c'est qu'il permet de maintenir un investissement soutenu sur la recherche et développement. Un enjeu d'autant plus important pour un groupe pharmaceutique vétérinaire à la dynamique de développement forte. En 2017, CEVA Santé a consacré 10% de son chiffre d'affaires à la R&D, soit 100 M€. Mais au-delà de ce choix stratégique, le groupe, suivant la volonté de son PDG, Marc Prikazsky, s'implique aussi fortement depuis plusieurs années dans la protection de l'agrobiodiversité, « un rempart majeur pour préserver notre écosystème », glissait-il le 28 février dernier, sur le Salon de l'Agriculture de Paris, à l'occasion de la remise du Prix national de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale, dont son groupe est partenaire.

Agrobiodiversité dans l'intérêt des animaux, des hommes et de leur environnement
« L'agrobiodiversité, tout comme le sujet du bien-être animal, font partie de la responsabilité sociétale de Ceva Santé Animale », explique Martin Mitchell, directeur de la communication du groupe. Plus que des mots, une conviction qui se traduit en actes, par l'intervention directe ou le soutien financier à de nombreuses initiatives à travers le monde. Concrètement, participer au développement de la productivité de micros-élevages de « poulets bicyclettes » au Burkina Faso, ou accompagner les projets du Conservatoire des races Aquitaine, même combat : celui de l'agrobiodiversité dans l'intérêt des animaux, des hommes et de leur environnement.

Présent sur le Salon Aquitanima, pour sa propre communication et visibilité, l'accompagnement du Conservatoire par le laboratoire se joue surtout sur l'enjeu de la visibilité. « Nous intervenons pour mettre en lumière les actions de notre partenaire », résume Martin Mitchell. Romane Delay, la coordinatrice projet Conservatoire des races pour CEVA Santé Animale, est notamment chargée auprès d'Estelle Goworek, responsable communication digitale du groupe, de développer la visibilité du Conservatoire des races à travers la refonte du site internet et le développement d'une stratégie de communication sur les réseaux sociaux. L'idée ici est de viser prioritairement le grand public pour porter à sa connaissance les nombreuses actions du Conservatoire des races d'Aquitaine, en matière de sauvegarde de races locales, mais aussi de mettre en avant des « histoires de biodiversité » liant l'humain et l'animal autour de l'enjeu de la sauvegarde de ces races.

Créer la rencontre avec le public et permettre une transmission
Mais, au-delà des outils numériques, le Salon de Bordeaux sera bel et bien l'occasion d'établir un lien « physique » entre l'animal et le grand public. Particulièrement mise en avant cette année : la vache Bordelaise, déjà mise à l'honneur à Paris, puisque lauréate du Prix national de l'Agrobiodiversité. Un film autour de l'évènement parisien sera d'ailleurs diffusé sur le Salon, permettant autour de la remise de ce prix, de démontrer non seulement toute la pertinence de la préservation de la race d'un point de vue environnemental mais aussi économique pour l'éleveur primé. « Parler de la Bordelaise sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine, c'est aussi parler de pâturage, de zones humides et du bénéfice que ces races et leurs élevages peuvent apporter à notre paysage et à notre environnement, et donc aussi à nous-même », pointe Romane Delay.

Les Poneys Landais sont des habitués du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine

Parmi les autres races mises à l'honneur sur le stand du Conservatoire, le Poney Landais sera aussi à découvrir sur Equitaine à travers un concours de mâles. « Si le Poney Landais participe aussi de la préservation des zones humides, il peut aussi se découvrir à travers le sport. Tout un projet éducatif a d'ailleurs déjà été monté autour de cette race, à destination des élèves des centres équestres », explique Estelle Goworeck. Cette documentation pédagogique, présentant non seulement la race mais aussi son milieu de vie d'origine, ses usages traditionnels par l'homme, ses aptitudes ou encore le processus de sauvegarde, servira de modèle pour la présentation de plusieurs autres races visibles au Salon de l'agriculture de Bordeaux.

« En plus de la rencontre physique entre le grand public et l'animal, l'idée est aussi de permettre une transmission autour de l'histoire et des connaissances sur ces races locales agricoles auprès des visiteurs ». Mais si l'invitation à la découverte de ces races s'adresse prioritairement au grand public, les professionnels sont bien évidemment les bienvenus pour échanger avec le Conservatoire et ses éleveurs partenaires. En effet, et la boucle de l'agrobiodiversité est ainsi bouclée : sans élevage, pas de sauvegarde ou préservation de race possible. Un cercle vertueux qui a déjà connu de belles réalisations. Et la jolie vache Bazadaise, dont la race est désormais exportée aux quatre coins du monde, après une période de quasi-disparition, en sait quelque chose.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Ceva

Partager sur Facebook
Vu par vous
12617
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -