Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/03/19 : Bergerac : dans la nuit de dimanche à lundi, le chantier de la future mosquée a fait l'objet de dégradations, actes qui ont été fermement condamnés par le préfet. Les investigations sont en cours afin d'identifier les auteurs et de les sanctionner.

25/03/19 : Grand débat national: en Charente-Maritime, 132 réunions d'initiatives locales ont été organisés depuis sa mise en place, même si l'initiative est venue essentiellement des maires. Seules 12 communes, sur les 463 du département, n'ont pas participé.

25/03/19 : Le département des Landes et La Poste viennent de créer la société XL Autonomie. Elle met en oeuvre le service public délégué "Vivre à domicile" pour faciliter l'insertion et l'accompagnement des personnes vulnérables.

24/03/19 : La Rochelle : Suite à la découverte de tags anti-islam et pro-nazi dimanche matin sur les murs du Stade Armand Bouffenie à La Rochelle, le Maire J-F Fountaine condamne avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme et de discrimination. Une plainte s

23/03/19 : Naufrage du Grande America : deux oiseaux mazoutés par les hydrocarbures provenant du navire marchand ont été retrouvés dans les Landes et en Pays Basque, annonce ce matin la préfecture de Région.

23/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérées de trouble à l’ordre public au Vieux Port".

23/03/19 : Dordogne : Mardi 26 mars, le tribunal administratif de Bordeaux doit se prononcer sur l'arrêt définitif ou non du chantier de la déviation de Beynac, 14 mois après l’autorisation préfectorale et près de trois mois après sa suspension par le Conseil d’Etat

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

Le député européen et la pomme de terre canadienne

Et d'un seul coup d'un seul Eric Andrieu, député europeen de la grande circonscription sud ouest, et président de la commission pesticides au Parlement européen, a monté d'un ton son propos pour faire un sort à la pomme de terre canadienne, traitée à la clothianidine. A la Commission européenne qui prévoyait d’augmenter les limites maximales de résidus de plusieurs néonicotinoïdes dont la clothianidine et l’haloxyfop-R, respectivement insecticide tueur d’abeilles et herbicide toxique pour la santé humaine, le Parlement a dit non. A une large majorité, et bien au delà du groupe des sociaux-démocrates auquel Eric Andrieu (PS) appartient. Bras d'honneur argumenté au CETA auquel l'Europe et la Commission ont souscrit avec le Canada. Belle illustration du rôle que peut jouer un député européen. Et, ceci, dans une assemblée dont on oublie, ou dont on ne sait pas, à moins que l'on ne veuille pas savoir, que face à la Commission de Bruxelles qui propose des lois, elle les vote ou... ne les vote pas, à Strasbourg, en assemblée plénière. Et notre député européen d'enfoncer le clou :« Une fois de plus, l’exécutif européen se retrouve à vouloir abaisser ses normes sanitaires, afin de les faire coïncider avec les traités commerciaux qu’elle a signés. La Commission européenne ouvre notre marché intérieur à des produits de pays tiers traités à la clothianidine, alors que cette substance est interdite dans l’ensemble de l’UE depuis 2018. C’est totalement inacceptable ! »


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/03/19 | Jean-Michel Clément au Parlement Franco-Allemand

    Lire

    Jean-Michel Clément, député de la Vienne, va siéger au sein de l’Assemblée Parlementaire Franco-Allemande. Cet accord parlementaire, signé le 25 mars dernier, est composée de 50 parlementaires allemands et de 50 parlementaires français. Au travers de cet accord, l’Assemblée Nationale et le Bundestag souhaite institutionnaliser la coopération franco-allemande pour rapprocher leurs méthodes de travail et faire converger les positions françaises et allemandes à l’échelle européenne dans tous les domaines.

  • 25/03/19 | Grande America : une inspection de l'épave prévue en fin de mois

    Lire

    Afin de procéder à l’inspection de l’épave du Grande America, le navire spécialisé Island Pride, affrété par l’armateur, transite actuellement vers Vigo (Espagne). Son arrivée sur la zone du naufrage ne devrait pas intervenir avant la fin de semaine prochaine. En mer les conditions météorologiques se sont dégradées dimanche, avec des creux de 2.5 à 3 mètres, rendant difficile l’intervention des moyens anti-pollution. Les résidus de nappes de fuel tendent à dériver lentement vers le sud.

  • 25/03/19 | Exposition autour des Grandes Guerres à Mont-de-Marsan

    Lire

    Du 25 mars au 10 mai, l’Office de Tourisme de Mont-de-Marsan propose une exposition gratuite « Mont-de-Marsan pendant les deux guerres mondiales et aujourd’hui ». Réalisée par les Amis des Archives des Landes et l’Association Landaise de Recherches et de Sauvegarde, elle se compose de 13 panneaux mettant en avant les 12 sites montois faisant référence aux 2 guerres. Une animation spéciale est proposé le 27 mars à l’occasion du 75ème anniversaire du bombardement de Mont-de-Marsan.

  • 25/03/19 | Collecte de printemps à la Banque Alimentaire

    Lire

    La Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) organise pour la 1ère fois le samedi 30 mars sa collecte de printemps. Ce jour-là, les Gilets Oranges seront présents dans 8 hypermarchés de la métropole bordelaise. Quatre produits secs sont particulièrement ciblés : des conserves de poisson, de viande, de légumes mais aussi du riz. La récolte de cette collecte va permettre à la BABG de compléter sa gamme de denrées dont elle a besoin pour nourrir chaque semaine plus de 18 000 bénéficiaires.

  • 25/03/19 | « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture »

    Lire

    Le 29 mars, la Maison de l’Europe Limousin organise une conférence « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture » à Limoges. Pour aborder ce thème seront présents Karine Gloanec Maurin, députée européenne, de la circonscription Massif Central-Centre, Jean-Marc Trarieux, chef d’unité à la DG Agriculture de la Commission Européenne, Jean-Pierre Raynaud, vice-président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l’agriculture et Charles Muller, 3ème secrétaire adjoint à la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Le défi de la manipulation du vivant au coeur des Etat-Généraux de l'Innovation

27/05/2017 | Le biocontrôle, était au centre des échanges des 3èmes Etats-Généraux de l'Innovation qui se sont tenus ce 23 mai, sur le Salon régional de l'Agriculture.

Le Biocontrôle, était au cœur des échanges des 3èmes Etats-Généraux de l'Innovation qui se sont tenus ce 23 mai, sur le Salon régional de l'Agriculture.

Pour leur troisième édition, les Etats-Généraux de l'Innovation, qui réunissent professionnels de l'agriculture, chercheurs, grands groupes, startups et organismes de transfert de l'innovation, se sont dédiés au thème du « biocontrôle ». Une belle occasion de faire le point sur « l'état de l'art » de cet ensemble de méthodes de protection des végétaux par l'utilisation de mécanismes naturels. Un sujet comme un défi prometteur pour l'agriculture du XXIème siècle. Une matinée pour faire le point aussi, à travers les témoignages des différents acteurs impliqués, sur les forces et faiblesses de ce biocontrôle, que les attentes sociétales et réglementaires (Ecophyto notamment) poussent à développer et diffuser, mais quelques challenges restent encore à résoudre.

A écouter Thibault Malausa, chargé de recherche à l'INRA, le biocontrôle abrite en vérité une très large famille faisant appel aux macro-organismes, tels les insectes, acariens ou nématodes ; aux produits phytosanitaires composés de micro-organismes, comme les bactéries, champignons et virus, ou encore de médiateurs chimiques, tels que les phéromones, ou les kéromones qui permettent de manipuler le comportement des insectes (perturbateur sexuel par exemple). Autres « membres » de cette grande famille, les substances d'origine animale, végétale et minérale, telles les métabolites, l'acide citrique ou encore les huiles voire le soufre. Mais au-delà des produits et substances proprement dits, la lutte biologique par conservation, autrement dit par régulation des paysages (haie, polen...) fait aussi partie des outils de biocontrôle, pouvant être d'ailleurs monétisés sous forme de services.
Une large palette d'outils qui « a fait l'objet de gros effort de recherche des années 60 à 80, avant une baisse importante », regrette le chercheur qui reconnaît que si la dynamique se réenclenche depuis les années 2000, « elle atteint à peine la moitié de ce qui été mis en œuvre il y a une quarantaine d'année ». Un désintérêt passager qui se traduit désormais en terme de marché : « le biocontrôle représente 5% du marché des produits phytosanitaires, soit 100 M€ par an, ce qui n'est pas énorme », précise-t-il. Aussi, bien que le nombre de produits existants est relativement important, 375 sur les macro-organismes ou 68 sur les produits issus de micro-organismes, peu d'espèces sont en vérité utilisées, sur les milliers identifiées : « 70 espèces en macro organismes, et seulement 31 sur les micro-organismes », souligne l'intervenant. En outre, sur ces produits existants peu sont réellement identifiés par les utilisateurs. Autre constat, le biocontrôle se développe surtout dans la culture sous serre, puis pour les fruits et légumes, mais très peu dans les grandes cultures.

300 chercheurs dédiés au biocontrôle à Bayer
Cela dit, à l'image de la recherche académique qui peu à peu se relance (des exemples ont notamment été fournis par les Université de Poitiers et Bordeaux Sciences Agro), les perspectives de déploiement du biocontrôle apparaissent désormais assez intéressantes pour que les entreprises de chimie notamment, petites et grandes, tentent elles aussi de répondre à ce défi. C'est notamment le cas d'un géant parmi les géants : le chimiste Bayer. Sa directrice des affaires scientifiques Marie-Claire Grosjean-Cournoyer, est venue présenter la stratégie du groupe international en la matière. « Si le portefeuille de solutions de Bayer est relativement faible en matière de biocontrôle, reconnaît la directrice, celui-ci fait pourtant bel et bien partie de la stratégie d'innovation du groupe avec une priorité sur le biocontrôle à destination des grandes cultures ». Une innovation portée en interne par le groupe, à la fois sur ces moyens propres mais aussi par le rachat de startups spécialisées. Au total, Bayer mobilise 300 de ses chercheurs sur cette problématique. A moyen terme pour le groupe, « l'idée est plutôt de développer une approche combinée entre conventionnel et biocontrôle, en positionnant ce dernier dans des moments clefs du programme de traitement, tel la floraison par exemple ».

Un investissement dans la recherche que portent aussi des entreprises de taille plus modeste comme Jouffray-Drillaud, PME filiale de la coopérative Terrena qui travaille à la mise au point d'un produit permettant de lutter contre le mildiou et l'oïdium via deux substances actives, « l'une signale la présence d'un champignon à la plante, l'autre mime la prolifération de celui-ci, ce qui permet à la plante, dont le mécanisme de défense est généralement trop tardif, d'être prête si le champignon devait réellement attaquer » explique Freddy Pierrard, responsable produits Santé et Végétale de l'entreprise.

Autant d'expérimentations et de champs de recherche que partagent les instituts de techniques de recherche à l'image d'ASTREDHOR Sud-Ouest, unité régionale de l'Institut technique de l'horticulture, dont la mission au-delà de l’expérimentation est aussi la diffusion des bonnes pratiques auprès des agriculteurs.

L'identification des facteurs de succès en tête des défis
Une diffusion qui subit pourtant pour l'heure un certain nombre de freins, à commencer par le coût. « Le biocontrôle implique l'élaboration de stratégies complexes dont la viabilité économique est difficile puisque une telle stratégie est en moyenne 3 fois plus chère que les traitements conventionnels, aux résultats plus assurés. » Car en effet, si le biocontrôle donne de bons résultats dans le milieu contrôlé d'un laboratoire ou même dans un milieu fermé telle les serres, les stratégies au champ sont encore relativement aléatoires. Comme le synthétise Pierre Guy, militant de longue date dans les associations de protection de l'environnement, grand témoin de ces Etats-Généraus : « quand on manipule du vivant, comme on le fait avec le biocontrôle ; il y a des aléas biologiques, ou environnementaux qui peuvent se passer avec pour conséquences des traitements qui se déroulent parfois mieux que d'autres. »
Un point de vue qu'appuie Thibaut Malausa, pour qui parmi les perspectives et défis de la recherche et de l'innovation autour du biocontrôle, figure en tête de liste « la mesure et l'identification des facteurs de succès des utilisations de produits. Ils sont à mieux comprendre et à affiner, pour pouvoir mieux formuler leurs utilisations aux champs ».

Autre défi énoncé par les intervenants : l'élargissement de la communauté autour du biocontrôle, afin de permettre les échanges entre acteurs travaillant sur ces questions, à l'image du Consortium public-privé « Recherche - Développement - Innovation » sur le biocontrôle, qui regroupe 40 acteurs de la recherche, de l'industire et du développement agricole. Celui-ci vise en effet, à favoriser l'essor et l'utilisation des produits via des actions d'intérêts collectifs. Une logique de rassemblement, d'échange et de réseau, à l'image de l'ambition de ces Etat-généraux de l'innovation.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2201
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -