Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Le dialogue, au centre de la relation entre les agriculteurs et les riverains

20/05/2020 | "Bien vivre ensemble dans nos territoires ", c'est le thème du 4ème débat grand public de La Semaine de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, ce 19 mai.

Débat "Bien vivre ensemble"

L’agriculture nourricière est aujourd’hui encensée pour le rôle qu’elle a su tenir durant cette crise du Covid-19 en trouvant des réponses appropriées aux demandes des consommateurs. Alors que certains n’hésitent pas à qualifier les agriculteurs de "2ème ligne" durant cette crise sanitaire, les griefs sont toujours aussi intenses quand il s’agit de partager le territoire rural et périurbain. Afin de comprendre et d’essayer d’apporter des réponses à ces conflits, quatre intervenants ont pris la parole ce mardi 19 mai dans le cadre de la Semaine de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Parmi eux, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA .

« On a une opinion positive de l'agriculture dans la société qui ne correspond pas à l'écho qui en est fait dans les médias, car il est toujours plus facile de faire passer des choses préoccupantes plutôt que des propos positifs », s’insurge en préambule de ce débat auour du "Bien vivre ensemble" Brigitte Laquièze, membre de l’Académie d'Agriculture de France et professeur d’université. Les agriculteurs sont selon Brigitte Laquièze, en grande majorité bien vus par la population française et selon elle il n’y aurait qu’une faible minorité des citoyens français hostiles aux agriculteurs. L’agri-bashing, cet anglicisme utilisé depuis 2016 n’aurait en fait pas tant d’importance que cela selon Brigitte Laquièze, puisqu’il ne trouverait que peu d’écho chez les citoyens, « je pense qu'il faut effectivement modérer l'importance de ces propos, et ne pas trop utiliser ce mot-là, car il ne correspond pas à une réalité d’aujourd’hui ». Bien que marginal selon la professeure, ce conflit pose tout de même un problème au monde agricole qui souhaite pouvoir pratiquer sainement son métier sans crainte de problème de voisinage.

Une fracture entre la ville et la campagne  

Sur l'origine de cette fracture entre monde rural et urbain, Brigitte Laquièze a une explication, « il y a une urbanisation extrêmement rapide dont on n'a pas forcément eu conscience. Au début des années 2000, il y a eu ce basculement très important de la population qui a dépassé la barre des 50 % de citadins. On est passé d'une France rurale qui avait au XVIIe siècle 90 % de population rurale à une situation quasiment inverse aujourd'hui », s’alarme Brigitte Laquièze. Ce phénomène est d’autant plus préoccupant qu’avec l’exode rural, les connaissances sur l’agriculture chez les populations urbaines se sont progressivement perdues, « il y a encore quelques générations, les citadins avaient encore des contacts avec leur famille restée à la campagne, ils allaient faire des moissons et des vendanges, aujourd'hui cette population n'a plus aucun contact avec le monde rural » affirme Brigitte Laquièze.
Un constat partagé par Christiane Lambert, agricultrice et présidente de la FNSEA, qui s’alarme du manque de connaissance du monde rural et de la nature de la part des populations urbaines « Je me souviens de Michel Serres disant : « Une société qui est de plus en plus urbaine aura des conséquences sur la perception de la nature et du métier de notre alimentation ! » » raconte la présidente du FNSEA. Cette méconnaissance se traduit par des conflits dès lors que les deux mondes se rencontrent dans des espaces périurbains, « il y a bien une déconnexion visible aujourd'hui entre villes et campagnes avec l'arrivée des néoruraux. Ces personnes qui vont s'installer en périphérie de ville pour rechercher de la tranquillité, mais qui du même coup ne supportent pas le chant du coq Maurice », ironise Brigitte non sans rappeler que cette situation peut avoir des conséquences bien plus importantes, « l'opposition entre les deux groupes peut être violente. Mais le paradoxe aujourd'hui c'est que si l'agriculture venait à disparaître elle serait remplacée par de grandes firmes, ce que les détracteurs de l'agriculture ne veulent surtout pas » explique Brigitte Laquièze.

Ces « détracteurs » que fustige Brigitte Laquièze sont d’autant plus virulents lorsqu’il s’agit de combattre l’agriculture conventionnelle qu’ils jugent trop productiviste.  Mais Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, souhaite rappeler la position des agriculteurs dans ces conflits d’idées, « que nous soyons questionnés sur les possibilités de faire plus de signes officiels de qualité, de circuits courts, de produits locaux, que nous soyons sollicités pour ouvrir nos exploitations et montrer comment vivent nos animaux, ça c'est un questionnement normal dans une société qui a besoin d'être rassurée sur ces sujets », reconnait-elle. Mais la présidente de la FNSEA souhaite que les confrontations parfois violentes cessent et que le dialogue soit apaisé. C’est seulement dans ce cadre-là que les agriculteurs pourront répondre aux inquiétudes des consommateurs. Mais la réponse seule ne suffira pas pour apaiser les conflits selon Christiane Lambert, « il y a des critiques tous les jours, que ça soit dans les médias ou même dans les livres scolaires », déplore-t-elle. « Il y a des présentations de l'agriculture qui sont outrancières et partisanes. Pourtant nous arrivons à discuter avec des associations comme celle de Brigitte Bardot, et nous évoluons bien souvent par le biais de comités d'éthique dans lequel nous travaillons tous ensemble. Nous prônons donc le dialogue et l'on ne peut pas nous reprocher d'être fermés » clame la présidente de la FNSEA qui espère une transformation de la perception de l’agriculture dans notre société.  

Les agrosolutions, une réponse adaptée à l’agri-bashing ? 

Christiane Lambert, présidente de la Fnsea

La discussion et le dialogue s’ils sont mis en avant par les agriculteurs ne doivent-ils pas trouver un écho dans les actions menées sur le terrain afin de rassurer les consommateurs et les riverains ? Les préoccupations des consommateurs sont nombreuses, que cela soit autour du climat, du bien être animal, ou de la qualité des produits. L’innovation est donc primordiale afin de rassurer tant les consommateurs que les habitants sur la qualité de la production qui jouxte leurs habitations. Les agriculteurs agissent depuis longtemps dans ce sens selon Christiane Lambert, « il y a 15 ans, personne ne parlait du tri des déchets, on n'avait pas 3 ou 4 poubelles différentes, mais déjà depuis 21 ans les agriculteurs trient tous leurs déchets. L'agriculture française est championne d'Europe du tri des déchets avec 78 % de nos déchets triés. Nous avons donc fait beaucoup de choses, mais nous n'avons pas suffisamment communiqué sur ce que nous faisions », constate-t-elle. Il revient donc aux agriculteurs de faire de la pédagogie afin de rassurer sur leurs méthodes de travail, tout en n'oubliant pas le fossé qui les sépare des urbains. « Nous sommes dans une société très citadine, éloignée des métiers du vivant, il nous revient donc d'expliquer chaque geste de l'agriculture. On va donc leur parler du risque pour nous de voir un insecte ravageur décimer nos cultures, on va leur parler de l'importance des produits phytosanitaires » explique Christiane Lambert qui estime qu’il revient aux agriculteurs de faire le premier pas vers les habitants.

Pour sa part, Christian Daniau, président de la chambre d'agriculture de la Charente est plus mesuré sur le rôle des agriculteurs et il souhaite rappeler que le premier pas doit être conjoint « nous souhaitons reprendre en main notre communication, il y a tellement d'idées reçues sur notre métier qu’avec 10 minutes de discussion avec un vrai producteur qui explique son métier, le consommateur ou le riverain part avec de vraies réponses » assure-t-il. « Si l’on veut des réponses sur l'agriculture, il faut venir à la rencontre des agriculteurs », affirme le président de la chambre d’agriculture de la Charente tout en rappelant que ce rôle de vecteurs d’informations incombe aussi à tous les maillons de la filière agricole.  

Les élus locaux garant de la quiétude de la relation avec les riverains

« La plus grande difficulté c'est de mettre en relation les agriculteurs et les riverains, car souvent les habitants se sont fait un rêve du monde agricole et ils ne considèrent plus l'agriculture comme une grosse entreprise et pensent que seul doit exister le petit agriculteur qui élève des vaches dans son coin », explique Roger Gervais, maire de Saint-Médard-d’Aunis et vice-président de la Communauté d'agglomération de La Rochelle. La source de conflits majeure actuellement, se situe dans un espace tampon de 5 mètres baptisé ZNT ( Zone de non-traitement ) qui cristallise la colère des exploitants, « il revient à nous de travailler pour que l'agriculteur n'ait plus à répondre de l'extension urbaine et que ça soit aux habitants et aux villes de régler ce problème », assure le maire de Saint-Médard-d’Aunis. L’arbitrage autour de ces zones de non-traitement fait débat et les élus locaux gèrent différemment cette question épineuse. Pour Roger Gervais, la balance penche en faveur des exploitants et de la nécessité de ne pas les priver de cette zone, une prise de position qui ravit la présidente du FNSEA, Christiane Lambert. « Monsieur Gervais est l'exemple parfait d'un maire qui organisent le vivre ensemble » félicite telle. « Ces espaces de cohabitation, au lieu de devenir des espaces de friction, peuvent être des lieux de dialogue et de bien vivre ensemble », explique l’agricultrice. Selon elle, ces zones de non-traitement peuvent être la cause de nuisances pour les riverains qui subiraient les conséquences d’une faune et d’une flore non maitrisée devant leurs habitations. La solution privilégiée pourrait donc être celle d’une co-construction entre les riverains et les agriculteurs qui pourrait voir le jour avec la nouvelle loi EGALIM.

La loi EGALIM et « les chartes de bon voisinage », un espoir d’apaisement ?

C’est Christian Daniau, président de la Chambre d'Agriculture de Charente qui prend la parole pour défendre cette démarche, « les chambres d'agriculture ont été missionnées au niveau national pour rédiger l'écriture de ces chartes et s'assurer de leur mise en application. Aujourd'hui, la plupart des départements ont déposé des chartes qui sont en consultation jusqu'au 15 juin, à la suite desquelles on va organiser des réunions avec tous les élus du territoire. S'en suivront des débats qui seront ouverts au grand public et moi je mise beaucoup sur ces échanges pour avoir un débat et un dialogue avec les élus et les concitoyens » assure Christian Daniau. Durant ces débats, de nombreux exemples ont permis de démystifier le monde agricole, « grâce à une nappe blanche, on a montré que si l'épandage est fait avec du matériel performant comme il en existe aujourd'hui dans les exploitations, il n'y avait aucun risque de dérive des produits au-delà de 24 centimètres », promet Christian Daniau. Le premier objectif de cette charte c'est donc de rassurer les concitoyens et de les reconnecter au monde de l'agriculture.

Cette reconnexion difficile et d’autant plus importante que le fossé entre le monde agricole et les grandes villes se creuse. Bien que les concitoyens français soient en grande majorité favorables à l’agriculture comme l’a montré cette crise du covid-19, la colère qui monte chez une partie de la population doit s’apaiser afin de permettre une compréhension mutuelle. L’agriculture de demain, consciente des enjeux qui l’entoure ne pourra évoluer que dans un cadre apaisé et dégagé des pressions parfois violentes. Les quatre intervenants de ce débat sont unanimes sur la clé qui permettra de sortir de ces conflits, le dialogue. Une arme importante pour lutter contre l’image négative qui circule encore parfois auprès de certains concitoyens et que les agriculteurs doivent gommer comme le rappelle Brigitte Laquièze, « un agriculteur m'a récemment raconté qu’il était allé dans une école à la demande d'une institutrice pour expliquer son métier et qu'il y avait un petit garçon qui était arrivé en demandant « c'est toi qui mets du poison dans mon assiette ? » ce à quoi l'agriculteur avait répondu, « non, c'est moi qui mets quelque chose dans ton assiette ! » 

Clément  Bordenave
Clément Bordenave

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7760
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -