Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

12/12/18 : La Mairie de Billère (64), met en garde sur des démarchages abusifs proposant une intervention pour détruire un nid de frelons ou pour réclamer un paiement pour une intervention déjà effectuée. Ces personnes ne sont pas mandatées par la Mairie.

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

11/12/18 : Les oeuvres de trois artistes amatrices des Beaux-Arts de Grand Poitiers proposent du 12 décembre 2018 au 6 février 2019 l'exposition "A Trois c'est mieux" aux Beaux-Arts de Buxerolles

11/12/18 : Le Président de la République a fait plusieurs annonces importantes. D'abord, l'augmentation du SMIC de 100 euros par mois par le biais de la prime d'activité, dès 2019, avec des heures supplémentaires versées "sans impôts ni charges, dès 2019".

10/12/18 : Enfin, le Président a souligné l'importance d'élargir le débat national qui s'annonce et a exprimé son intention de rencontrer les maires "région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation".

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/18 | La CCI Charente débraye

    Lire

    Ce 11 décembre à l’appel d’une intersyndicale entre les différents syndicats, un débrayage a eu lieu durant une heure dans l’ensemble du réseau des CCI Charente. En cause, la loi de Finances 2019 qui est en cours de discussion et qui, selon les grévistes, "menace l’avenir des CCI avec des bouleversements annoncés qui auront un impact sans précédent sur les missions, emplois et les conditions de travail du personnel". Les salariés ont répondu à cet appel en écho à l’action menée le même jour sur Paris, devant le ministère de l'Economie.

  • 12/12/18 | Sanctions financières à l’encontre des campings de la dune du Pilat

    Lire

    Le préfet de la Gironde, Didier Lallement, a pris deux arrêtés qui sanctionnent les exploitants du Pyla Camping et Camping de la Dune, en les rendant redevables d’une astreinte journalière de 500€ au regard des aménagements réalisés sans autorisation au titre des sites classés. Ces astreintes seront levées, si et seulement si, les exploitants déposent des demandes de régularisation conformes aux exigences de l’État.

  • 12/12/18 | Limoges : "La Bfm et moi"

    Lire

    La Bibliothèque francophone multimédia (Bfm) de Limoges fête ses 20 ans d’existence. A cette occasion, elle a invité les visiteurs à participer à un concours photo sur le thème « La Bfm et moi ». Le 14 décembre, les lauréats des 2 catégories (moins de 14 ans et plus de 14 ans) seront récompensés lors d’une remise de prix dans le hall de la Bfm en présence de l’adjoint au maire en charge de la culture Philippe Pauliat-Defaye.

  • 12/12/18 | Aérocampus Aquitaine et IAS, un pas vers la fusion ?

    Lire

    Aérocampus Aquitaine à Latresne et l’Institut Aéronautique et Spatial (IAS), basé à Toulouse, spécialistes de la formation aéronautique et spatiale, ont décidé d’entrer dans une étude détaillée de rapprochement avec pour objectif de proposer une offre étendue de formation spécifique à l’international, au bénéfice de l’ensemble de l’industrie aéronautique et spatiale française. « Ce rapprochement pourrait aboutir à une fusion des deux entités », annonce la structure girondine.

  • 12/12/18 | Congrès européen AT HOME à Bègles le 14 décembre

    Lire

    Congrès européen AT HOME, le 14 décembre, de 9h30 à 16h, à l’IRFSS N-A à Bègles, consacré aux enjeux du développement des compétences des acteurs du domicile des personnes séniors organisé par l'IRFSS Nouvelle-Aquitaine, Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale de la Croix-Rouge française. Ce congrès s'inscrit dans le cadre du projet européen AT HOME visant à développer des expériences interprofessionnelles et des approches innovantes autour du maintien de la personne âgée à domicile

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Le Fret c'est le nerf de la guerre

05/01/2010 |

Train de marchandises

Les études le mettent en évidence de façon indiscutable : la ligne actuelle entre Bayonne et la frontière qui est d'ailleurs en cours d'aménagement a une capacité suffisante pour accueillir non seulement le trafic voyageurs mais aussi celui des marchandises. Et ceci pour de nombreuses années encore. A court terme ce constat souligné par le cabinet d'experts suisses CITEC ne manque pas de fournir des arguments aux opposants à la création d'une ligne nouvelle. L'opportunité de celle-ci serait, cependant, d'autant plus grande que l'ancienne supporterait des prévisions de trafic marchandises, en spectaculaire progression...

Si le fret est bien au cœur du débat actuel c'est parce que les hypothèses retenues dès l'organisation du débat public, en 2006, avançaient une augmentation spectaculaire du trafic marchandises, de l'ordre d'un presque doublement, depuis la péninsule ibérique sur le corridor atlantique. Et de fixer à quelques 20 millions de tonnes en 2020/2025, contreaujourd'hui 2,5 millions de tonnes, un peu moins un peu plus, le transfert d'une partie des marchandises sur le rail.  Des chiffres, éminemment volontaristes, encouragés par l'Europe, consciente que la route, déjà saturée, ne pourrait plus absorber une telle croissance de trafic. Mais des chiffres qui sont destinés à légitimer le report modal. Ce passage de la route au rail et, par voie de conséquences, la possibilité de faire circuler sur une ligne nouvelle de nombreux trains express régionaux, les TER, achetés par la Région et de mettre en place, ainsi, un vrai Service Régional à Grande Vitesse, véritable outil de liaison entre les villes d'Aquitaine.

Toujours plus de camions prévus
Il faut dire que l'ambition du report modal ne semble pas être un luxe lorsque les dernières évaluations sérieuses, sur fond de bilan carbone, font état de quelques 14.000 camions à la frontière à l'horizon 2020. Rappelons cependant que l'Union Européenne et les Etats qui tardent, malgré quelques progrès - on pense aux péages institués en Allemagne - ont encore beaucoup à faire pour dissuader, via des tarifications adaptées et des contraintes d'ordre social, le trafic routier au profit du rail. Et que, là aussi, ils ne feront pas l'économie d'incitations et de règlementations pour encourager le fret ferroviaire. La seule ouverture à la concurrence ne suffisant pas à faire basculer le trafic marchandises sur le chemin de fer, aujourd'hui d'ailleurs assez inadapté dans une économie où l'économie fonctionne souvent à flux tendus, et y trouve son compte.

Plus de trains nécessaires
Le constat de CITEC, en n'excluant nullement l'ambition du report modal, aboutit à défendre le principe de l'inutilité d'une nouvelle ligne, au regard du trafic actuel. Sans entrer dans un débat d'experts où l'on s'affronte à coups de sillons disponibles pour faire circuler des trains, notons que les suisses avancent jusqu'à la possibilité d'un chiffre de 320, capacité jugée « largement suffisante en 2050 » pour peu que 20% du trafic fret circule de nuit et, entre autre, que tous les trains circulent à une vitesse de 80km/heure. Les détracteurs de cette étude ne manquent pas, pour leur part, de souligner qu'elle ne prend pas en compte les besoins futurs pour la mise en service d'un « tram train » entre Bayonne et Saint Sébastien et, qu'évidemment elle exclut l'hypothèse de la grande vitesse. Le maximum entre Bayonne et le pays basque espagnol ne pouvant excéder d'ailleurs le 220km/heure. Autre argument avancé, celui des nuisances sonores liés au développement du fret qui nécessiteraient des protections phoniques très importantes dans une zone très urbanisée.

"Un choix écologique"
Cette question du fret est bien aujourd'hui le nerf de la guerre. Mais le septicisme des opposants fait peu de cas du projet ferroviaire régional d'ensemble.Le président du Conseil régional, Alain Rousset, s'il n'ignore pas les difficultés de la traversée du pays basque choisit de dépasser le débat actuel en affirmant : « Utiliser les lignes actuelles au maximum et ceci jusqu'à saturation revient à aligner tous les trains sur le convoi le plus lent et à faire passer un train toutes les trois minutes de jour comme de nuit ; c'est contre productif pour l'attractivité du train et inacceptable pour les riverains. La LGV est un choix écologique mais aussi un choix de société ».

Photo : David Gubler

Partager sur Facebook
Vu par vous
405
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -