Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Le Fret c'est le nerf de la guerre

05/01/2010 |

Train de marchandises

Les études le mettent en évidence de façon indiscutable : la ligne actuelle entre Bayonne et la frontière qui est d'ailleurs en cours d'aménagement a une capacité suffisante pour accueillir non seulement le trafic voyageurs mais aussi celui des marchandises. Et ceci pour de nombreuses années encore. A court terme ce constat souligné par le cabinet d'experts suisses CITEC ne manque pas de fournir des arguments aux opposants à la création d'une ligne nouvelle. L'opportunité de celle-ci serait, cependant, d'autant plus grande que l'ancienne supporterait des prévisions de trafic marchandises, en spectaculaire progression...

Si le fret est bien au cœur du débat actuel c'est parce que les hypothèses retenues dès l'organisation du débat public, en 2006, avançaient une augmentation spectaculaire du trafic marchandises, de l'ordre d'un presque doublement, depuis la péninsule ibérique sur le corridor atlantique. Et de fixer à quelques 20 millions de tonnes en 2020/2025, contreaujourd'hui 2,5 millions de tonnes, un peu moins un peu plus, le transfert d'une partie des marchandises sur le rail.  Des chiffres, éminemment volontaristes, encouragés par l'Europe, consciente que la route, déjà saturée, ne pourrait plus absorber une telle croissance de trafic. Mais des chiffres qui sont destinés à légitimer le report modal. Ce passage de la route au rail et, par voie de conséquences, la possibilité de faire circuler sur une ligne nouvelle de nombreux trains express régionaux, les TER, achetés par la Région et de mettre en place, ainsi, un vrai Service Régional à Grande Vitesse, véritable outil de liaison entre les villes d'Aquitaine.

Toujours plus de camions prévus
Il faut dire que l'ambition du report modal ne semble pas être un luxe lorsque les dernières évaluations sérieuses, sur fond de bilan carbone, font état de quelques 14.000 camions à la frontière à l'horizon 2020. Rappelons cependant que l'Union Européenne et les Etats qui tardent, malgré quelques progrès - on pense aux péages institués en Allemagne - ont encore beaucoup à faire pour dissuader, via des tarifications adaptées et des contraintes d'ordre social, le trafic routier au profit du rail. Et que, là aussi, ils ne feront pas l'économie d'incitations et de règlementations pour encourager le fret ferroviaire. La seule ouverture à la concurrence ne suffisant pas à faire basculer le trafic marchandises sur le chemin de fer, aujourd'hui d'ailleurs assez inadapté dans une économie où l'économie fonctionne souvent à flux tendus, et y trouve son compte.

Plus de trains nécessaires
Le constat de CITEC, en n'excluant nullement l'ambition du report modal, aboutit à défendre le principe de l'inutilité d'une nouvelle ligne, au regard du trafic actuel. Sans entrer dans un débat d'experts où l'on s'affronte à coups de sillons disponibles pour faire circuler des trains, notons que les suisses avancent jusqu'à la possibilité d'un chiffre de 320, capacité jugée « largement suffisante en 2050 » pour peu que 20% du trafic fret circule de nuit et, entre autre, que tous les trains circulent à une vitesse de 80km/heure. Les détracteurs de cette étude ne manquent pas, pour leur part, de souligner qu'elle ne prend pas en compte les besoins futurs pour la mise en service d'un « tram train » entre Bayonne et Saint Sébastien et, qu'évidemment elle exclut l'hypothèse de la grande vitesse. Le maximum entre Bayonne et le pays basque espagnol ne pouvant excéder d'ailleurs le 220km/heure. Autre argument avancé, celui des nuisances sonores liés au développement du fret qui nécessiteraient des protections phoniques très importantes dans une zone très urbanisée.

"Un choix écologique"
Cette question du fret est bien aujourd'hui le nerf de la guerre. Mais le septicisme des opposants fait peu de cas du projet ferroviaire régional d'ensemble.Le président du Conseil régional, Alain Rousset, s'il n'ignore pas les difficultés de la traversée du pays basque choisit de dépasser le débat actuel en affirmant : « Utiliser les lignes actuelles au maximum et ceci jusqu'à saturation revient à aligner tous les trains sur le convoi le plus lent et à faire passer un train toutes les trois minutes de jour comme de nuit ; c'est contre productif pour l'attractivité du train et inacceptable pour les riverains. La LGV est un choix écologique mais aussi un choix de société ».

Photo : David Gubler

Partager sur Facebook
Vu par vous
378
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -