Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Les spéciaux d'Aqui


Fêtes et Saveurs d'Aqui !

Le goût est une question d'identité, un ADN commun

18/05/2018 | L'historien Philippe Meyzie a donné une conférence sur l'évolution du goût en Nouvelle-Aquitaine, en fonction des territoires et de la période considérée.

Philippe Meyzie, historien, a travaillé sur l'histoire du goût et ses évolutions

Les hommes, les produits et le goût sont intimement liés et interagissent au fil des siècles, selon des critères et des mécanismes en permanente évolution Le goût est un héritage venu du fond des âges. Au cours d'une conférence, à l'issue de l'assemblée générale de l'Institut du goût de Nouvelle-Aquitaine, l'historien Philippe Meyzie a fait le lien entre pratiques alimentaires, gastronomie et politique du XIVe siècle à nos jours, à partir des documents d'époque, compte rendus de banquets, de réception. Il aborde également la naissance de la gastronomie régionale et ses évolutions.

 Créée il y a deux ans, l’institut du goût de Nouvelle- Aquitaine, regroupe des passionnés du terroir régional, de ses traditions et de ses savoir- faire. L'association, présidée par Anne-Marie Cocula questionne le goût d’un point de vue pluridisciplinaire (sensoriel, gustatif, intellectuel), elle a aussi pour objectif la valorisation des produits agroalimentaires du terroir régional ainsi que leur transformation, dans le respect des traditions. L'autre ambition de cette jeune association, c'est le partage des savoirs "Le goût est un héritage venu du fond des âges, il s’inscrit dans notre identité et de notre culture. En Chine, certaines personnes mangent du chien, ce qui est difficilement concevable pour un Français, " a souligné, Dominique Graciet, président du Salon de l’agriculture de Nouvelle- Aquitaine, le goût s’inscrit dans notre ADN et c’est le résultat d’une histoire commune écrite au fil des siècles. La meilleure appréciation de cet héritage est contenue dans la collecte de témoignages, issus de différentes époques. Au cours d’une conférence, l’historien et maître de conférence de l’Université de Bordeaux Montaigne , Philippe Meyzie, a tenté de démontrer à partir de repas d’exception ou de réceptions organisés au cours de différentes époques (XVIIe siècle, XVIIIe siècle, IIIe République), quels étaient les liens entre gastronomie et politique et comment la politique a contribué à valoriser un certain nombre de produits régionaux. A travers plusieurs exemples obtenus à partir de nombreuses archives datant du Moyen-âge à nos jours et issues de plusieurs villes de France (Angers Bordeaux, Versailles, Bayonne), il a mis en avant les liens entre alimentation et politique. "Mis en scène et répondant à des règles précises de bienséances, ces banquets sont organisés par les municipalités. Ils invitent les puissants, les gouvernants pour qu’ils assurent une forme de protection."

Rôle politique des menus d'exception

Les menus sont réservés à une élite, sont très onéreux et mettent déjà en avant la diversité des mets proposés. Ils jouent un rôle politique : exemples sous la Troisième république, servir de l’ananas en dessert met en avant la France coloniale. Quand on propose de la truffe, on est dans un contexte de rapprochement avec la Russie. "Sur certains menus, on ne trouve aucun produit local, les plats sont uniquement représentatifs de la cuisine parisienne ou française, avec des suprêmes de volailles. "En Nouvelle-Aquitaine, on rencontre pourtant des exemples de menus, notamment à Bayonne, qui introduit des produits locaux de qualité au XVII et XVIIIe siècle. Il s'agit de menus de réception à l'occasion de la venue d'ambassadeurs," précise le conférencier. Les documents d'archives apportent des connaissances sur les habitudes alimentaires, les coûts. 

Cadeaux alimentaires

Au final, ce sont la pratique des cadeaux alimentaires qui vont davantage contribuer à la renommée de la gastronomie régionale à la veille de la Révolution. Les menus d'exception y participent oui, certainement -mais dans une moindre mesure. Dans le sud ouest aquitain, aux  XVIIe et XVIII e siècle, les cadeaux alimentaires sont une pratique sociale répandue dans toutes les institutions. Ils concourent à l'entretien des réseaux amicaux professionnels. Ils entrent dans le jeu complexe de bienséances de la France d'Ancien régime et ont  aussi un rôle politique. Les villes dont Bordeaux qui servent de bons vins, souvent les plus prestigieux, de bons produits obtiennent les faveurs des puissants (ministres gouvernants). Certains produits culinaires aquitains sont ainsi appréciés à Paris, à Versailles.  

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2862
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -