15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Le plan Bordeaux: le chantier de "la reconquête" du marché est lancé mais l'argent suivra-t-il?

04/10/2010 |

Vignoble en Bordelais

Le titre de l'étude et du dossier présenté, le 19 juillet dernier, ne laisse aucun doute sur « l'ambition collective » de la filière « Bordeaux » : la reconquête. Du verbe reconquérir : conquérir de nouveau. Le dictionnaire est sans appel et évoque le terrain perdu. Question immédiate venant aux lèvres : Fallait-il prendre le risque de se faire mal à ce point, de sembler ignorer tous les efforts et les progrès réalisés, y compris, malgré tout, dans le domaine de la qualité grâce aux outils que l'appellation s'est donnée ? A ces laboratoires de la chambre d'agriculture au service des viticulteurs qui, depuis trente et quarante ans, font un travail de proximité remarquable, à ces vignerons qui ont appris à maîtriser la taille de la vigne pour produire des raisins de qualité...La réponse à cette question au coeur de l'examen de conscience réalisé et soumis au tamis des experts en marketing est positive. Oui le fallait.

Et même ceux qui doutent de l'efficacité de ce nouveau Plan Bordeaux, en rappelant que le précédent, vieux de cinq-six ans, n'a apporté aucun changement, reconnaissent qu'il fallait réaliser ce nouvel arrêt sur images. Il faut dire que quand la situation est aussi grave qu'elle l'est pour la viticulture girondine, elle ne permet pas, ne permet plus, à nombre de viticulteurs de couvrir leur frais de production. Et quand il faut vendre le tonneau de 900 litres à 700 euros pour "rentrer" un peu de trésorerie on ne court pas grand risque à accepter de se mettre à nu.

Une vision mondiale des consommateurs
L'originalité de la démarche entreprise tient au fait qu'elle « s'appuie sur une vision des consommateurs », une stratégie qui se décline selon ce que le plan Bordeaux nomme le « couple segment de demande X pays ». Quatre segments dans une approche mondiale, une pyramide allant du «Basique à l'Art en passant par le Fun et l'Exploration ». Il s'agit de reprendre place, dans un marché mondial estimé en croissance de 11% en volume et, singulièrement dans des marchés définis comme prioritaires, regroupant une vingtaine de pays où les prévisions à 5 ans tablent sur une augmentation de 13%. C'est là précisément où s'effectuent les ventes de Bordeaux et il faut d'autant plus y être préseent que, dans le même temps, le marché français évoluera à la baisse de 4%.

Redevenir la marque repère du marché
Le chemin à parcourir, entre trois et cinq ans, est important quand on met en regard les volumes produits et le chiffre d'affaires correspondant : 1,1 million d'hectolitres dits « basiques » pour 162 millions d'euros, ces vins à 2 euros ou moins qui représentent un cinquième de la production; 3 millions d'hectolitres dits « fun » pour 1,498 milliard d'euros ; 1,4 millions d'hectolitres dits « exploration » pour 1,294 milliard d'euros ; 0,2 millions d'hectolitres pour 564 millions d'euros ! Le diagnostic établi insiste sur des performances commerciales « en deçà du potentiel, sur des pertes de marchés pourtant historiques, sur la sous exploitation dans le secteur cafés, hôtels, restaurants, celui de l'oenotourisme ainsi que la dégradation récente des parts de marché dans la Grande Distribution ". Et d'enfoncer le clou à propos« d'une marque qui s'abîme ».

Des vins basiques hors identité Bordeaux
Rude constat qui met en évidence, notamment, le fait que 15 à 20% des vins ne « correspondent pas à un niveau de qualité cible en phase avec le positionnement de la marque, le segment dit basique n'étant pas en cohérence avec l'identité de Bordeaux. » Qu'en termes de marketing techno la chose est dite prudemment pour affirmer que le vin n'est pas à la hauteur de Bordeaux ...alors qu'il «a vocation à être la marque repère du marché du vin dans le monde ».

Une stratégie par segment
Découle de ce constat les quatre éléments essentiels d'une stratégie dite de différenciation par segment :
1. Une marque qui repositionne les Bordeaux comme « les plus beaux vins du monde »
2. Une gamme resserrée autour de trois catégories d'offre : la rareté et l'exclusivité avec les vins dits « Stars dans le segment Art, la découverte avec les vins dits « Perles » dans le segment Exploration, le petit luxe au quotidien avec les vins « Fun et Chics » pour lesegmentFun...enfin une remontrée en gamme de l'offre basique vers le fun ou la migration vers d'autres catégories. Une acception euphémique qui suscite quelques commentaires acides émanant de ceux qui se sentent appelés à disparaître mais dont bien entendu personne ne souhaitent... qu'ils disparaissent.
3. Une suppression des produits aux niveaux de qualité non cohérents avec l'image de la marque
4. Une action recentrée sur trente couples « segment de la demande X pays stratégiques »

Leprolongement logique de cette analyse et de ces propositions tient en 24 mesures dont on peut extraire, au chapitre renforcer la lisibilité de l'offre, l'exemple puisé dans le vignoble de Rioja, et sept mesures principales: renforcer la compétitivité de tous les acteurs de la filière, aider à la reconversion des exploitations non viables, favoriser le regroupement des caves coopératives et renforcer leur compétitivité pour la production de Fun, aider les sociétés de négoces à migrer vers des modèles gagnants, valoriser les démarches de développement durable, faciliter la transmission du foncier, protéger le potentiel de production par la défense des zones d'AOC..

Quels moyens pour un aussi vaste chantier ?
Un gigantesque chantier auxquels les viticulteurs voudraient bien croire mais qu'ils accueillent, entre un zeste d'espoir et une forte dose de scepticisme. On imagine, en effet, sans mal, qu'il faut de considérables moyens financiers pour le mettre en œuvre. Et même si le CIVB se dit prêt à marquer son engagement dès le budget 2011, il reste que c'est l'ensemble du secteur qui va devoir être soutenu ce qui, compte tenu des contraintes budgétaires générales, est loin d'être évident.
Le président du syndicat des Bordeaux, Bernard Farges, dans une réunion de terrain récente à Pellegrue, où le plan Bordeaux était présenté, devait faire face à la question du prix plancher, celle qui dans le contexte de crise actuelle est sur toutes les lèvres, celle qui désigne une profession qui ne jouerait pas le jeu : le négoce. Et Bernard Fargesqui invitait, le 3 août dernier, les viticulteurs à ne pas vendre au-dessous de 700 euros le tonneaude répondre: «il nous faut trouver un amortisseur de prix ; une sorte de prix indicateur ; des discussions sont en cours au sein de l'interprofession y compris avec les gros opérateursde la place au sein du groupe vrac crée en juillet. » Une manière courageuse d'entretenir l'espoir parmi une profession qui, entre diagnostic et chemin à parcourir, se demande parfois si on ne cherche pas à l'accompagner vers la sortie. Le renoncement.

Photo : Francis Bourgouin

J.A

Partager sur Facebook
Vu par vous
428
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -