Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/12/18 : La Rochelle : selon l'association Info Trafic 17, le dépôt pétrolier de La Pallice est bloqué ce soir par près de 200 personnes.

09/12/18 : Charente-Maritime : Annick Baillou a été nommée inspectrice d’académie-directrice académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) de la Charente-Maritime. Elle succède à Gilles Grosdemange qui a fait valoir ses droits à la retraite.

09/12/18 : Samedi vers 23 heures, Jacqueline Dubois, députée du Sarladais a découvert sa voiture en feu, ainsi que celle de son mari, garées dans la rue devant son domicile de Vézac. L'élue a reçu de nombreux soutiens de la classe politique de tous bords.

09/12/18 : la manifestation des gilets jaunes d'abord pacifique à Bordeaux a dégénéré au milieu de l'après-midi lorsqu'une centaine de casseurs, ont jeté des projectiles divers sur les forces de l'ordre. Scènes de guérilla urbaine et dégradations ont suivi

08/12/18 : Forte participation à Bordeaux pour la Marche pour le climat: de l'ordre de 6 à 7000 personnes

08/12/18 : La Rochelle sera présente au Nautic de Paris du 8 au 16 décembre, stand G2 Hall 1, sous la bannière La Rochelle Force Océan. Elle y présentera ses différents événements sportifs comme la Minit Transat, dont les inscriptions sont désormais ouvertes.

07/12/18 : Rochefort : Véritable institution rochefortaise, l'ancien cinéma Alhambra devenu un studio de post-production de films et de musique inauguré au printemps dernier, organise une porte ouverte avec visite de ses locaux ce samedi de 14h à 19h. Gratuit.

07/12/18 : La Rochelle fait sa Marche pour le climat samedi 8 décembre. Départ à 14h de la Tour de la Chaine, direction le Cours des Dames, Quai Duperré, puis Quais Maubec, Louis-Durand et Valin puis Place du Cdt de la Motte Rouge et le bassin des chalutiers.

07/12/18 : Le 8 décembre, à Bordeaux le tram sera interrompu à partir de 13h entre Stalingrad et Mériadeck (tram A), entre Saint-Nicolas et Quinconces (tram B), entre Gare Saint-Jean et Quinconces (tram C). Interruptions et déviations bus sont aussi à prévoir.

07/12/18 : 2 manifestations déclarées auront bien lieu à Bordeaux ce 8 décembre: la marche citoyenne pour le climat (COP 24) et le Noël des motards girondins. "Les organisateurs ont accepté d’en modifier les parcours et les horaires", indique la Préfecture.

07/12/18 : La Cité du Vin vient de recevoir 3 nouvelles récompenses de la part des professionnels de l'œnotourisme. Un International Best of Wine Tourism et 2 Iter Vitis awards "pour son action innovante et audacieuse en matière d'œnotourisme".

07/12/18 : Les manifestations "Pleins Feux sur l'Autriche" prévue le 8 décembre à la médiathèque de Limoges et organisée par la Maison de l'Europe Limousin sont reportées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 09/12/18 | Premier rassemblement régional de la filière fruits et légumes à Saintes

    Lire

    La première prise de contact collective et officielle entre les acteurs de la filière fruits & légumes de Nouvelle-Aquitaine se tient les 11 et 12 décembre au lycée Georges-Desclaude à Saintes (17). Objectif : co-construire des actions collaboratives de demain pour développer la filière. Ils s'appuieront notamment sur des thématiques abordées par l’Enquête Propulso « Identification des besoins & des attentes des professionnels de la filière Fruits et Légumes de Nouvelle-Aquitaine » menée au printemps.

  • 09/12/18 | Gilets jaunes : des violences à Bordeaux

    Lire

    Ce samedi à Bordeaux, de violents affrontements se sont déroulés en marge de la manifestation des gilets jaunes dès la fin d'une marche (ayant rassemblé environ 5000 personnes) vers l'hôtel de ville, en milieu d'après-midi. Dans un communiqué tardif, la préfecture évoque des "dégradations de bien publics (notamment des feux de barricades), de vitrines commerciales (, de mobiliers urbains". Les services de police ont interpellé 44 personnes. 26 blessés sont à déplorer, dont un jeune manifestant ayant perdu sa main en voulant renvoyer une grenade lacrymogène.

  • 07/12/18 | «Signalement Voie Publique» le nouveau service de proximité de la Ville de Lormont

    Lire

    Déployé par la municipalité début novembre sous l’acronyme SVP, il vise à améliorer le signalement des dysfonctionnements ou anomalies au sein des espaces publics (propreté, stationnement abusif, éclairage défectueux). A bord d’un véhicule sérigraphié «Signalement Voie Publique» et du numéro de téléphone créé pour l’occasion (0633146911), deux agents circulent du lundi matin au samedi soir dans la commune. Ils doivent s’assurer et faire preuve de vigilance quant à la bonne tenue de la voirie, du mobilier urbain, de la chaussée ou des éclairages publics.

  • 07/12/18 | Noël se met au bio à Nérigean

    Lire

    Demain samedi 8 décembre, les Caves coopératives de Rauzan organisent à Nérigean un marché de Noël bio. Vins et produits locaux bio vous y attendent...ainsi que le Père Noël ! La cave de Nérigean accueillera dans une salle spécialement aménagée pour l’occasion, une dégustation d’une dizaine de vins bio. Dans cette ambiance festive vous pourrez évaluer vos talents d’œnologue et gagner divers prix. A 12h, un verre de l’amitié sera offert. Vous pourrez profiter d’un déjeuner confectionné avec des produits bio en réservant au 0557245064.

  • 06/12/18 | Gilets Jaunes: mesures préventives à Bordeaux

    Lire

    En raison des manifestations prévues samedi 8 décembre, les services de la Mairie de Bordeaux seront fermés ainsi que de nombreux établissements culturels: Bibliothèque Mériadeck, Conservatoire, CAPC, Musée d'Aquitaine, MADD, Musée des Beaux-Arts, Jardin Botanique, Halle des Chartrons, Espace St-Rémi, Marché de Lerme, Théâtre l'Inox et le Grand Théâtre où la manifestation Bordeaux en Livres est annulée. Par ailleurs, Place Pey Berland, les chalets du marché de Noël Solidaire ont été démontés. Le Marché de Noël des Allées de Tourny ne subit quant à lui pas de fermeture, sauf injonction de la Préfecture ou de la Police

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au salon international du MCO Aéronautique & de Défense

Le plan Bordeaux: le chantier de "la reconquête" du marché est lancé mais l'argent suivra-t-il?

04/10/2010 |

Vignoble en Bordelais

Le titre de l'étude et du dossier présenté, le 19 juillet dernier, ne laisse aucun doute sur « l'ambition collective » de la filière « Bordeaux » : la reconquête. Du verbe reconquérir : conquérir de nouveau. Le dictionnaire est sans appel et évoque le terrain perdu. Question immédiate venant aux lèvres : Fallait-il prendre le risque de se faire mal à ce point, de sembler ignorer tous les efforts et les progrès réalisés, y compris, malgré tout, dans le domaine de la qualité grâce aux outils que l'appellation s'est donnée ? A ces laboratoires de la chambre d'agriculture au service des viticulteurs qui, depuis trente et quarante ans, font un travail de proximité remarquable, à ces vignerons qui ont appris à maîtriser la taille de la vigne pour produire des raisins de qualité...La réponse à cette question au coeur de l'examen de conscience réalisé et soumis au tamis des experts en marketing est positive. Oui le fallait.

Et même ceux qui doutent de l'efficacité de ce nouveau Plan Bordeaux, en rappelant que le précédent, vieux de cinq-six ans, n'a apporté aucun changement, reconnaissent qu'il fallait réaliser ce nouvel arrêt sur images. Il faut dire que quand la situation est aussi grave qu'elle l'est pour la viticulture girondine, elle ne permet pas, ne permet plus, à nombre de viticulteurs de couvrir leur frais de production. Et quand il faut vendre le tonneau de 900 litres à 700 euros pour "rentrer" un peu de trésorerie on ne court pas grand risque à accepter de se mettre à nu.

Une vision mondiale des consommateurs
L'originalité de la démarche entreprise tient au fait qu'elle « s'appuie sur une vision des consommateurs », une stratégie qui se décline selon ce que le plan Bordeaux nomme le « couple segment de demande X pays ». Quatre segments dans une approche mondiale, une pyramide allant du «Basique à l'Art en passant par le Fun et l'Exploration ». Il s'agit de reprendre place, dans un marché mondial estimé en croissance de 11% en volume et, singulièrement dans des marchés définis comme prioritaires, regroupant une vingtaine de pays où les prévisions à 5 ans tablent sur une augmentation de 13%. C'est là précisément où s'effectuent les ventes de Bordeaux et il faut d'autant plus y être préseent que, dans le même temps, le marché français évoluera à la baisse de 4%.

Redevenir la marque repère du marché
Le chemin à parcourir, entre trois et cinq ans, est important quand on met en regard les volumes produits et le chiffre d'affaires correspondant : 1,1 million d'hectolitres dits « basiques » pour 162 millions d'euros, ces vins à 2 euros ou moins qui représentent un cinquième de la production; 3 millions d'hectolitres dits « fun » pour 1,498 milliard d'euros ; 1,4 millions d'hectolitres dits « exploration » pour 1,294 milliard d'euros ; 0,2 millions d'hectolitres pour 564 millions d'euros ! Le diagnostic établi insiste sur des performances commerciales « en deçà du potentiel, sur des pertes de marchés pourtant historiques, sur la sous exploitation dans le secteur cafés, hôtels, restaurants, celui de l'oenotourisme ainsi que la dégradation récente des parts de marché dans la Grande Distribution ". Et d'enfoncer le clou à propos« d'une marque qui s'abîme ».

Des vins basiques hors identité Bordeaux
Rude constat qui met en évidence, notamment, le fait que 15 à 20% des vins ne « correspondent pas à un niveau de qualité cible en phase avec le positionnement de la marque, le segment dit basique n'étant pas en cohérence avec l'identité de Bordeaux. » Qu'en termes de marketing techno la chose est dite prudemment pour affirmer que le vin n'est pas à la hauteur de Bordeaux ...alors qu'il «a vocation à être la marque repère du marché du vin dans le monde ».

Une stratégie par segment
Découle de ce constat les quatre éléments essentiels d'une stratégie dite de différenciation par segment :
1. Une marque qui repositionne les Bordeaux comme « les plus beaux vins du monde »
2. Une gamme resserrée autour de trois catégories d'offre : la rareté et l'exclusivité avec les vins dits « Stars dans le segment Art, la découverte avec les vins dits « Perles » dans le segment Exploration, le petit luxe au quotidien avec les vins « Fun et Chics » pour lesegmentFun...enfin une remontrée en gamme de l'offre basique vers le fun ou la migration vers d'autres catégories. Une acception euphémique qui suscite quelques commentaires acides émanant de ceux qui se sentent appelés à disparaître mais dont bien entendu personne ne souhaitent... qu'ils disparaissent.
3. Une suppression des produits aux niveaux de qualité non cohérents avec l'image de la marque
4. Une action recentrée sur trente couples « segment de la demande X pays stratégiques »

Leprolongement logique de cette analyse et de ces propositions tient en 24 mesures dont on peut extraire, au chapitre renforcer la lisibilité de l'offre, l'exemple puisé dans le vignoble de Rioja, et sept mesures principales: renforcer la compétitivité de tous les acteurs de la filière, aider à la reconversion des exploitations non viables, favoriser le regroupement des caves coopératives et renforcer leur compétitivité pour la production de Fun, aider les sociétés de négoces à migrer vers des modèles gagnants, valoriser les démarches de développement durable, faciliter la transmission du foncier, protéger le potentiel de production par la défense des zones d'AOC..

Quels moyens pour un aussi vaste chantier ?
Un gigantesque chantier auxquels les viticulteurs voudraient bien croire mais qu'ils accueillent, entre un zeste d'espoir et une forte dose de scepticisme. On imagine, en effet, sans mal, qu'il faut de considérables moyens financiers pour le mettre en œuvre. Et même si le CIVB se dit prêt à marquer son engagement dès le budget 2011, il reste que c'est l'ensemble du secteur qui va devoir être soutenu ce qui, compte tenu des contraintes budgétaires générales, est loin d'être évident.
Le président du syndicat des Bordeaux, Bernard Farges, dans une réunion de terrain récente à Pellegrue, où le plan Bordeaux était présenté, devait faire face à la question du prix plancher, celle qui dans le contexte de crise actuelle est sur toutes les lèvres, celle qui désigne une profession qui ne jouerait pas le jeu : le négoce. Et Bernard Fargesqui invitait, le 3 août dernier, les viticulteurs à ne pas vendre au-dessous de 700 euros le tonneaude répondre: «il nous faut trouver un amortisseur de prix ; une sorte de prix indicateur ; des discussions sont en cours au sein de l'interprofession y compris avec les gros opérateursde la place au sein du groupe vrac crée en juillet. » Une manière courageuse d'entretenir l'espoir parmi une profession qui, entre diagnostic et chemin à parcourir, se demande parfois si on ne cherche pas à l'accompagner vers la sortie. Le renoncement.

Photo : Francis Bourgouin

J.A

Partager sur Facebook
Vu par vous
581
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -