Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : La Rochelle : Entre 16h et 17, les bretelles de sortie de la rocade à Lagord avaient été fermées dans les deux sens par précaution. Les manifestants sont restés sur leur parcours. La manifestation est désormais terminée et la circulation normale.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : La CGT revendique plusieurs opérations de coupure de courant en Haute-Vienne : la préfecture, 2 banques, le magasin FNAC et le secteur Libération à Limoges.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

10/12/19 : A Guéret, dans la Creuse, les quelque 300 participants à la manifestation contre les réformes, ont circulé sur une zone commerciale donnant lieu à des blocages partiels aux ronds-points.

10/12/19 : Entre 9 et 10 000 personnes ont participé ce mardi 10 décembre à la manifestation contre la réforme des retraites à Bordeaux, à la veille du discours du Premier Ministre Edouard Philippe ce mercredi 11 décembre à midi.

10/12/19 : A Pau, le cortège des manifestants a suivi ce 10 décembre le même parcours que jeudi dernier mais le nombre de participants est peu ou prou divisé par deux ce mardi. Entre 4000 et 6000 manifestants, contre environ 10 000 jeudi dernier.

10/12/19 : Dans l'académie de Poitiers, les taux de participation à la grève du 10 décembre sont moins importants que ceux du 5 décembre. Ce mardi, 14,29 % des enseignants sont grévistes (1er degré 11,80 %, 2d degré 19,57 %) et de 3,81 % des autres personnels.

10/12/19 : Beynac : la cour administrative d'appel de Bordeaux vient de confirmer l'annulation des travaux du contournement. Le Département de la Dordogne doit procéder à la démolition des éléments construits et remettre le site en état dans un délai d'un an.

10/12/19 : Coupe de France de football : Le football Trélissac club (N2) rencontrera en 32e de finales l'Olympique de Marseille. Les Périgourdins ont déjà affronté les Olympiens par deux fois, en 2010 et 2016. Le match devrait avoir lieu les 4 ou 5 janvier.

10/12/19 : À Châtellerault (86), plus de 1000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraites ce mardi 10 décembre. Le cortège a défilé de la salle omnisports vers le centre ville. Plus tôt dans la matinée, le dépôt des bus châtelleraudais a été bloqué.

- Publicité -
S’abonner ici !
< proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/12/19 | Noël: les libraires de la région vous conseillent !

    Lire

    Pour la 2ème année, les libraires indépendants et passionnés de Nouvelle-Aquitaine ont sélectionné leurs coups de cœur de Noël et regroupé au sein d'un catalogue dédié plus de 100 livres à offrir ou à s'offrir. Une sélection pour tous et pour chacun en littérature, mais aussi jeunesse, BD, etc. Le catalogue "Noël en librairie indépendante" est distribué gratuitement dans plus de 100 librairies membres de l’association, de Limoges à Biarritz, en passant par La Rochelle, Pau, Bordeaux, Poitiers... mais il peut aussi être feuilleté en ligne !

  • 11/12/19 | Bordeaux vous est contée à l'Espace Mably

    Lire

    La maison d'édition Les Dossiers d'Aquitaine, organise du 12 décembre au 12 janvier, l'exposition "Bordeaux leur doit sa liberté d'esprit". D'Ausone à Mauriac en passant par Aliénor d'Aquitaine, Vital Carles ou encore les députés girondins, l'exposition regroupant à l'Espace Mably, à Bordeaux, de nombreux tableaux, documents, vidéos, biographies, cartes postales, livres et albums, retrace 2000 ans d'histoire bordelaise. Une histoire à travers les personnages qui se sont engagés pour que vivent libres Bordeaux et la Guienne (l'Aquitaine). Ouvert tous les jours de 13h à 19h.

  • 10/12/19 | Un exercice de sécurité civile attentat mercredi à Sarlat

    Lire

    Un exercice de sécurité civile "attentat Orsec Novi" se déroulera mercredi 11 décembre de 14 h à 20 h au lycée Pré de Cordy de Sarlat. Plus de 170 personnes, gendarmes, pompiers, agents de l'état et lycéens, la Croix rouge, la protection civile y participeront. Cet exercice permettra de tester les chaînes d’alerte et de commandement, notamment la réactivité des services et de vérifier que les outils sont opérationnels, la mise en oeuvre du plan organisation des secours nombreuses victimes.

  • 10/12/19 | Aucun train ne circule en Dordogne ce 10 décembre

    Lire

    Aucun TER ne circule ce mardi 10 décembre en Dordogne. La SNCF met en place des liaisons par bus sur les trajets les plus fréquentés. Sur la ligne Périgueux-Bordeaux, au départ de Périgueux, les prochains bus partent à 17h35 et 18h30. Sur la ligne Périgueux-Limoges, les prochains bus sont à 17h17, 18h30, 19h50. Sur la ligne Périgueux-Brive, un seul bus à 17h. Sur la ligne Agen-Sarlat, un bus est prévu en fin de journée à 17h45. La SNCF recommande aux voyageurs de reporter leurs déplacements.

  • 10/12/19 | Exercice de sécurité autour du barrage hydraulique Saint-Marc (87)

    Lire

    La préfecture de la Haute-Vienne organise jeudi 12 décembre un exercice de sécurité civile simulant la rupture du barrage Saint-Marc situé à Saint-Martin Terressus. Au cours de cet exercice les sirènes d’alerte, signe d'un péril imminent, seront déclenchées à Saint-Priest Taurion, Panazol, Limoges, Isle, Bosmie-l’Aiguille, Aixe-sur-Vienne et Saint-Junien. Objectif: tester la mise en œuvre du Plan particulier d’intervention (PPI) du barrage afin de renforcer l’efficacité des dispositifs face aux risques que représente un ouvrage hydraulique en cas de rupture et informer la population sur les consignes comportementales à adopter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui.fr au salon régional de l’Agriculture – Nouvelle Aquitaine

Les 10 ans de la Fondation pour une Agriculture Durable

05/06/2019 | La Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine a célèbré ce 5 juin ses dix ans en présence de son président Francis Massé.

Yann Raineau

La Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine célèbre aujourd’hui, 5 juin, ses dix ans. « Elle a été créée pour distinguer les agriculteurs qui font évoluer leurs systèmes de production pour le rendre plus durable », explique Bruno Millet, son délégué général. Sous l’égide de la Fondation de France, elle lance chaque année un appel à candidature sur le web. Des experts indépendants sélectionnent ensuite les gagnants suivant la durabilité environnementale et économique de leur exploitation. Une soixantaine d’agriculteurs ont déjà été récompensés. Depuis deux ans, l’association encourage aussi les doctorants dont les travaux concourent à améliorer la durabilité de l’agriculture.

Et les lauréats 2019 sont… Lucile Muneret, pour sa thèse sur l’effet de l’expansion de l’agriculture biologique sur la biodiversité, et Yann Raineau, pour sa thèse sur les défis environnementaux de la viticulture. La première est écologue, le second, économiste. Les deux docteurs ont été sélectionnés cette année par la Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine.

« Je vous propose une analyse comportementale des blocages et des leviers d’action dans la viticulture », introduit Yann Raineau, rattaché au GREThA de Bordeaux. La viticulture représente, en effet, 3% de la Surface Agricole Utile (SAU) de France, mais aussi 14% des pesticides utilisés sur le territoire en 2006. En sortir est donc une préoccupation majeure, de plus en plus présente au sein de la profession. Le chercheur expose les blocages des viticulteurs, qui s’articulent, selon lui, autour de trois points : les alternatives aux produits phytosanitaires sont peu nombreuses, le coût de cette transition effraie ainsi que les incertitudes qui planent au-dessus de ce potentiel changement.

« Les consommateurs sont-ils prêts à payer plus cher ? », se demande l’économiste. Il a mené une étude auprès d’une centaine de consommateurs de vin pour tâcher de répondre à cette question. Au départ, les personnes testées goûtent un vin sans avoir aucune information sur celui-ci et lui donne un premier prix. Au fur et à mesure que le chercheur leur donne plus d’informations sur ce qu’ils boivent, ils donnent un prix plus élevé au produit. Cette expérience montre que les consommateurs seraient prêts à payer plus cher pour du vin mieux renseigné.

« C’est du psychologique ! »

« Le plus important pour le consommateur est la santé, campe Yann Raineau, même si la qualité de la production repose sur des critères de plus en plus multidimensionnels, entre l’histoire du vin, son impact environnemental... » Le chercheur a collaboré avec plusieurs coopératives en signant un accord de confidentialité pour faire ses expériences. Il en a profité pour présenter le projet VitiREV. Il s’agit du fruit de la collaboration entre quatre interprofessions viticoles et la Région Nouvelle-Aquitaine pour répondre à l’attente sociétale en termes de changements de pratiques.

Le président de la SAFER Nouvelle-Aquitaine, qui est aussi le président de la Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine, Francis Massé, s’est alors exprimé : « Tout cela, c’est du psychologique, tant du côté du comportement des consommateurs à l’achat, que du côté des agriculteurs dans leurs pratiques de culture ! »

Lucile Muneret a particulièrement insisté sur un point de sa thèse sur l’effet de l’expansion de l’agriculture biologique à l’échelle des paysages sur la biodiversité : « La hausse de la présence de l’agriculture biologique dans le paysage n’augmente pas le taux de bioagresseurs ». Elle se base sur un test qu'elle a effectué avec des vers de la grappe, aussi présents dans le bio que dans le modèle courant. Les deux lauréats ont chacun reçu une bourse de 2500 euros pour leurs travaux.

Alix Fourcade
Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
1432
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -