Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/06/18 | Basque et gascon au côté du français au Pays basque

    Lire

    Vendredi soir, après d'âpres discussions, la Communauté Pays basque, a voté -par vote électronique- "dans le respect du cadre juridique, la reconnaissance officielle du basque et du gascon comme langues de son territoire au côté du français." Le débat a porté sur la territorialité, la place du gascon par rapport au basque. Avec 59,65% des voix,l'amendement pour supprimer le périmètre géographique initialement prévu entre Basque et Gascon a été adopté.le gascon a évité une frontière linguistique au sein du territoire.

  • 25/06/18 | Le festival Sunny Side à La Rochelle du 25 au 28 juin

    Lire

    Le festival international du film documentaire Sunny Side of the dock prend de nouveau ses quartiers à l'espace Encan de La Rochelle pour quatre jours d'échanges entre professionnels de l'audiovisuel. Avec une nouveauté cette année : la journée du mercredi sera dédiée à l'usage du digital dans les collectivités locales, en particulier en terme de communication touristique. Le grand public pourra quant à lui découvrir les vidéos en réalité augmentée de Pixii. Renseignements : www.docmarkets.com

  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les Peintures: Pour l'amour de Nikita ...

26/04/2008 |

Une vache

Nikita, ex-grande championne des laitières, coule des jours heureux avant de rejoindre le pré des retraitées. Son propriétaire sait ce qu'il lui doit et maintenant que le prix du lait augmente, plus que jamais. Nikita n'a qu'un seul problème: elle est frappée de stérilité mais tout espoir n'est pas perdu.


Elle n’est ni tachée de noir, ni de blanc, mais plutôt de noir vêtue. Répondant docilement aux sollicitations de pose de son propriétaire Kaspar Ruegsegger, à la ferme de Tourville, aux Peintures, près de Coutras, en Gironde, elle a pourtant, selon les paroles de l’éleveur, un comportement de reine du troupeau, repoussant d’un coup de mufle la rivale éventuelle, ou la jeunette qui prétendrait la détrôner. « Ce n’est pas courant, explique le producteur laitier girondin d’origine suisse, mais cette vache affiche à la fois une attitude de chef de troupeau, et des titres de championne ». Nikita, c’est le nom que Kaspar lui attribua en 1997, « au hasard parce que c’était une année N » sans savoir que son destin la vouait au haut de l’affiche. Fille du taureau nord-américain de grande réputation, Juror, Nikita est devenue la fierté de cet éleveur à la tête d’un troupeau de 90 laitières en production , soit avec le descendance, un cheptel de 170 têtes.

La vache aux 100 000 litres
Cela parce c’est elle, et qu’elle est née sur cette exploitation de 235 ha conduite dans le cadre d’un GAEC (Marc de Defaye, de St Aulaye est l’autre associé), et donc, la fille de cette ferme de Tourville. Mais aussi parce qu’elle s’est révélée une laitière exceptionnelle et a collectionné les titres prestigieux : championne des génisses fraîchement vêlées au concours départemental de Pauillac en 1999, grande championne à Aquitanima de Bordeaux en 2004, meilleure laitière du sud-ouest au même concours en 2006, qualification qui prend en compte le volume produit et la morphologie de l’animal.
Le pis bien arrondi qui pend sous son arrière, est une véritable fontaine à lait : le jour de notre visite, selon les chiffres du contrôle laitier, il avait donné (ensemble des lactations) quelque 99 665 kgs de lait. C’est dire que lors du salon de Bordeaux –où en principe elle ne sera pas- Nikita aura fourni plus de 100 000kgs à ce stade de sa carrière. Elle a largement contribué à l’augmentation de la moyenne de production par vache de cet élevage qui est aujourd’hui de 10 600kgs. La productivité laitière, dans le contexte actuel de hausse des prix, est un élément intéressant aussi bien pour le producteur que pour le consommateur. Kaspar Ruegsegger vend toutefois son lait, suite aux péripéties qui ont suivi la disparition de Chambourcy à Lormont, à l’Espagnol Pasqual, implanté à Montauban. Avec un différentiel de prix significatif par rapport aux industriels français, lequel s’ajoute aux prix payés en hausse. Ce contexte porteur lui rend le sourire, après les lourdes dépenses de mise aux normes des bâtiments d’élevage, et comme il le dit « renforce son mental d’éleveur » . « Maintenant nous sommes un peu moins considérés comme des c… ! » lance-t-il

Le pré des retraitées
Sa chère Nikita qui pourrait encore produire deux ou trois ans, lui créé cependant de sérieux soucis :elle est victime d’une stérilité que techniciens et vétérinaires ne s’expliquent pas. Peut-être suffirait-il d’un beau et bon monsieur Prim’Holstein, mais les maîtres de l’art semblent chercher ailleurs. Ils n’ont pas dit leur dernier mot dans la recherce qui vise à rendre les joies de la maternité à Nikita. En tout cas Kaspar l’aime trop pour l’envoyer à la boucherie. Elle est destinée à rejoindre le pré des retraitées dans lequel il a décidé d’entretenir jusqu’à leur fin naturelle, ou presque (l’euthanasie est au programme) ses vaches préférées. « Je ne pourrais pas envoyer Nikita à l’abattoir. Elle m’a donné tant de satisfactions, elle me suit et m’obéit comme un chien…»

Gilbert Garrouty

Notre photo : « cette vache est une fille de Tourville »

Partager sur Facebook
Vu par vous
400
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -