Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les races d'Aquitaine préservées grâce au Conservatoire aquitain

18/05/2015 | Depuis sa création en 1991, le Conservatoire des races d'Aquitaine travaille avec les éleveurs pour préserver les 18 races animales locales, dans un souci de biodiversité

Le dindon gascon, l'une des stars du stand du conservatoire des races sur le salon de l'agriculture

Identification et inventaire des ressources, préservation des populations et milieux, éducation, formation. Autant de missions remplies depuis 1991 par le Conservatoire des races d'Aquitaine. Avec les professionnels éleveurs, il tente de préserver les races domestiques régionales menacées. De l'âne des Pyrénées au porc basque en passant par la vache bordelaise, chacune des 18 races dont il s'occupe bénéficie d'un soin tout particulier. Sur le stand qu'il occupe sur le Salon, plusieurs de ces races étaient présentes. Lucille Callède fait partie du Conservatoire depuis 2007. Elle nous ouvre ses portes.

Le plus important pour le conservatoire et pour les neuf membres qui composent son conseil d'administration, c'est avant tout de "transmettre un message", celui de la nécessité pour la biodiversité de "maintenir le patrimoine des fermes et des territoires. Beaucoup de races sont menacées. Pendant 20 ans, on a réussi à maintenir certaines races, mais il en reste encore qui ne disposent que d'un très faible effectif", raconte Lucille Callede, l'une des responsables du Conservatoire des races d'Aquitaine. "Certaines ne sont toujours pas hors de danger, à cause de l'effectif de femelles qui reste très faible. On en compte environ 200 pour la vache béarnaise, et pas plus de cent pour la bordelaise. Pour avoir une situation confortable, il faudrait monter cet effectif à 1000". 

Des animaux "in situ"C'est ce que tente de faire le conservatoire depuis sa création en 1991, grâce à un travail mené en collaboration avec les différents sites qui concentrent des troupeaux lui appartenant (par exemple, l'ensemble des éleveurs partenaires rassemblent environ 450 brebis sur le Massif des Matruques). Le conservatoire travaille aussi en collaboration avec la mairie de Bordeaux, sur d'autres sites comme à Libourne et Gradignan, via des parcs publics et des fermes installées.

"Les animaux sont placés sur ces sites et participent au programme de conservation, ils sont aussi placés chez les éleveurs. Evidemment, on ne centralise pas tout au même endroit, on essaye d'intégrer les animaux au tissu rural et de les faire participer à l'économie agricole, c'est important que chaque race puisse être maintenue dans son milieu", avoue la responsable. Le combat est louable, quand on sait qu'en 1975, il n'y avait plus que 70 vaches béarnaises alors qu'on en comptait 300 000 dans les années 40. La vache marine peuplait encore le littoral landais au début du vingtième siècle, et  est devenue rare aujourd'hui. 

Un volet "formation" importantEnfin, un autre volet important du Conservatoire passe aussi par la formation. Il dispense ainsi un cours dans le cursus des ingénieurs agronomes à Bordeaux. "Nous continuons à acceuillir beaucoup de stagiaires", confirme Lucille. "Récemment, nous étions au lycée agricole de Bazas pour mener une action métropolitaine. Nous faisons également partie du dispositif "Juniors du développement durable" depuis quatre ans". Lancé en 2001, ce "dispositif de sensibilisation à l'écocitoyenneté" concerne chaque années environ 10 000 élèves de maternelles, écoles primaires et établissements spécialisés des 28 communes de la Métropole, le tout évidemment avec la participation d'organismes comme l'ADEME, la DSDEN et un grand panel d'associations qui militent pour la biodiversité.

"Nous organisons aussi des évènements particuliers, comme une transhumance de dix kilomètres avec l'école de St-Aubin. Le tout est d'éduquer les enfants, de leur faire connaître la nature, de les rapprocher de ses valeurs. On tente de couvrir tous les âges, et le salon de l'agriculture est aussi l'occasion de toucher les parents". Parmi les animaux présents sur le salon, des dindons gascons avec une sacrée tenture, des poules gasconnes plutôt discrêtes, une maman kintoa bien au chaud avec ses petits dans l'enclos, juste à côté du restaurant de Pierre Oteiza , qui fait aussi partie du panel des races menacées. En tout, c'est environ 400 éleveurs qui se relaient au sein du Conservatoire pour participer à cette initiative de préservation du patrimoine aquitain.  

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1751
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Maider | 19/05/2015

Bonjour,
Il s'agit des porcs Kintoa et non pas Quinoa !

Joël Aubert | 28/05/2015

Désolé; cela avait échappé à ma relecture; je les connais bien et aime les voir galoper là-haut sur la montagne

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -