Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

Les spéciaux d'Aqui


Aqui! au Salon de l'Agriculture Nouvelle Aquitaine

LGV au pays basque: Fançois Maïtia, Jean-Jacques Lasserre : les raisons d'un désaccord

10/01/2010 |

Jean-Jacques Lasserre

François Maïtia (PS) et Jean-Jacques Lasserre (Modem) ont en commun d'être à la fois conseillers généraux des Pyrénées Atlantiques et conseillers régionaux d'Aquitaine. Le premier conseiller général de Saint-Jean Pied de Port est vice président du Conseil régional plus particulièrement en charge de la coopération transfrontalière, le second est conseiller général de Bidache, vice-président délégué du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques. Témoignages de l'un et l'autre à la veille du comité de pilotage très attendu ce lundi 11 janvier à Bordeaux.

L'un et l'autre des deux élus départementaux et régionaux sont connus pour leur sens des responsabilités et leur souci d'un développement maîtrisé. Pourtant leurs avis divergent sur l'opportunité de créer une ligne nouvelle LGV entre Bayonne et l'Espagne. Témoignages

Jean-Jacques Lasserre : impensable de mettre le pays basque à feu et à sang
Je considère que l'arrivée à Bordeaux de la LGV est indispensable, que la desserte de la gare de Bayonne est également indispensable pour le trafic voyageurs ;c'est la priorité des priorités etc'est fondamental pour l'économie du pays basque. Le choix de la gare de Bayonne positionnée sur l'ancienne ligne a été défendu par tous les élus. C'est un bon choix. Mais je suis réservé plus que réservé quant à la création d'une ligne nouvelle entre Bayonne et l'Espagne.
L'Etat, le conseil régional Réseau Ferré de France nenous écoutent pas suffisamment; sous prétexte de grandes avancées on n'écoute pas assez les locaux.
Il est impensable de mettre le pays basque à feu et à sang à partir d'une obligation, celle d'apporter une solution au fret, au trafic de marchandises, solution qui a été insuffisamment réfléchie et débattue.
On a prolongé les courbes de trafic sans savoir ce que sera l'évolution de l'économie et de l'organisation de la société. Je le répète : on se laisse imposer l'obligation du fret ferroviaire comme si le choix du pays basque était la seule solution géographique. Je suis allé à Saragosse, l'Espagne y fait des investissements colossaux et aménage une plateforme logistique de 1500 hectaressur 4000 réservés à cet effet; on ne peut pas ne pas en tenir compte. Comme pour le vaccin sur la grippe A on est parti d'une affirmation non vérifiée au départ par obligation à un projet erroné. Et Jean-Jacques Lasserre, le basco-béarnais de rappeler que la question de la desserte du Béarn reste ouverte et doit être traitée.

François Maïtia : soyons fixés le plus tôt possible
François MaïtiaIl faut gagner le pari du report modal et du ferroviaire. D'abord et forcément sur les lignes existantes.Si ce pari n'était pas gagné on vivrait très mal sur la Côte basque. On ne voit pas ce qui pourrait interrompre autrement cette course folle aux camions.
Cependant le pari du report modal vers le ferroviaire laisse sceptique le plus grand nombre. Cela fait des années que le trafic fret stagne autour de 2 millions de tonnes en même temps que le nombre de poids lourds au passage de Biriatou augmente de 6% par an. L'industrie n'a jamais été pensée pour le transport ferroviaire. Et on ne peut pas vraiment dire que le Syndicat mixte du Centre européen de fret de Mouguerre met beaucoup de bonne volonté pour accélérer la mise en place d'autoroutes ferroviaires. Un peu comme s'il était gagné par le scepticisme ambiant ou le souhait d'un pari perdu.
L'intégration environnementale de lignes nouvelles est une question clé.Je note, qu'au départ, dans la première proposition de RFF on parlait de 3O% de ligne enterrée et que, maintenant, on avance le chiffre de 60%. Personne au Pays Basque ne laisserait saccager le paysage. Qu'il soit de droite, de gauche, du milieu ou d'ailleurs. Le fait que la traversée du Pays-Basque soit considérée comme le maillon transfrontalier qui doit être financé exclusivement par l'Etat et l'Europe nous rend particulièrement exigeants sur ce point.
La question sociale est tout aussi essentielle. Il faut s'occuper des aspects humains,voir comment ailleurs les problèmes sont traités et résolus.Aucun tracé ne serait acceptable s'il devait créer des laissés pour compte...

Ayons le fuseau (1). J'espère que ce 11 janvier une décision sera prise et qu'en 2010 on tiendra le calendrier d'élaboration du tracé, de sorte que les communes soient fixées le plus tôt possible, que l'on puisse approcher les problèmes avec le plus de précision, parler des problèmes concrètement. Il faudra nécessairement répondre aux questions, en même temps que le reste, en toute transparence, en mobilisant d'ores et déjà, les outils publics : agence d'urbanisme, EPFL... Cet engagement immédiat aurait l'avantage de rassurer ; l'absence d'engagement en ce sens ayant l'inconvénient de susciter inquiétude et méfiance. Et François Maïtia d'évoquer un sujet qui fâche, ces jours-ci à la frontière et sera au cœur d'une prochaine manifestation à Hendaye : l'arrivée de la ligne à Biriatou depuis Euskadi, via un pont de 35 mètres de haut qui aurait évidemment un impact paysager très lourd : « cela avait de quoi effrayer le maire de Biriatou mais ça n'a échappé à personne, ni aux élus responsables que nous sommes ni à Réseau Ferré de France » Cela sera négocié en temps utile.
propos recueillis par Joël Aubert

 1. le choix du tracé par Urrugne, par l'ouest, plutôt que par Ascain, à l'est semble tenir la corde et serait confirmé ce 11 janvier.

Partager sur Facebook
Vu par vous
607
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -