Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/11/20 | La gare de Mont-de-Marsan va devenir plus accessibles

    Lire

    En septembre et décembre 2021, les travaux de mise en accessibilité de la gare de Mont-de-Marsan vont être réalisés. Les études d’avant-projet et de projet sont en cours de finalisation. Pour le lancement de ces travaux l’année prochaine, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’apporter son aide à hauteur de 1,3 M€.

  • 25/11/20 | Charentes : une nouvelle présidence pour l'interprofession du cognac

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de renouveler son Bureau, avec 14 membres au Comité Permanent. Le nouveau président est Christophe Véral, vigneron bouilleur de cru et représentant de la filière à l’INAO* ; le vice-président est Alexandre Gabriel, dirigeant et maître de chai chez Ferrand. Les représentants des familles Viticulture et Négoce sont Anthony Brun, viticulteur et président de l’UGVC, et Florent Morillon, directeur Amont chez Hennessy et président du CRINAO.

  • 25/11/20 | La Creuse rencontre ses Entreprises en ligne

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Creuse mène une démarche à l’intention des entreprises du territoire autour des rencontres « chefs d’entreprises, discutons marchés publics ». L’enjeu de ces rencontres est d’améliorer l’accès des entreprises aux marchés publics mais aussi de permettre à la commande publique de jouer son rôle de levier économique. Au cours de la prochaine rencontre qui se tiendra le 3 décembre à partir de 17h en ligne sur le site du Département, un expert commentera le mécanisme de la cotraitance notamment. Cette rencontre est gratuite et sans inscription.

  • 25/11/20 | La Rochelle : le FFTV de nouveau reporté

    Lire

    Après avoir organisé en septembre à Paris une édition spéciale destinée aux professionnels de l’audiovisuel, le Festival de Fiction TV avait imaginé une première édition Hors saison du 17 au 19 décembre exclusivement destinée au public de La Rochelle, ville où il se tient d'habitude en septembre. Au regard du contexte sanitaire actuel, l'organisation a décidé de reporter de nouveau le festival au printemps prochain, si toutes les conditions sanitaires et d’accueil sont réunies.

  • 25/11/20 | L’église de Confolens va être restaurée

    Lire

    L’église Saint-Barthélemy, située à Confolens en Charente, date du Xième siècle et est classée Monument Historique depuis 1907. En 2018, un diagnostic a révélé de nombreux désordres structurels et sanitaires comme de fortes remontées d’humidité dans les murs. La Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 46 239 euros pour les travaux d’urgence qui permettront la réfection des couvertures de l’édifice pour permettre d’arrêter les fuites.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Interview: Ludovic Charbonnier: le Crédit Agricole entend coller aux nouvelles formes de l'installation

15/04/2018 | le financement de l'installation en agriculture est souvent un défi de premier ordre: le Crédit Agricole entend le relever avec expertise et souplesse

Ludovic Charbonnier, responsable Marché Agriculture, Forêt et Mer au Crédit Agricole d'Aquitaine

Ludovic Charbonnier est en charge du "Marché de l’Agriculture, la Forêt et la Mer" au sein de la Caisse régionale de Crédit agricole d'Aquitaine à Bordeaux. Une responsabilité où le suivi de l'installation passionne ce fils d'éleveur de l'Anjou, ancien élève d’AGRICADRE à L’Ecole Supérieure d’Agriculture (ESA) d'Angers. Et, ceci, à un moment où la transmission des exploitations, l'installation de nouveaux agriculteurs est un défi pour les organisations professionnelles mais aussi pour les collectivités, spécialement en Nouvelle Aquitaine, première région agricole de France.

@qui.fr - Comment vous situez-vous par rapport au mouvement d'installation que l'on observe, en particulier avec de nouveaux venus sur des projets d'exploitation qui tranchent souvent avec les critères d'hier?

Ludovic Charbonnier -  Parfois encore, l'image du Crédit Agricole n'est associée qu'au financement des grosses exploitations ou qui tendent vers le modèle "gros". Ce n'est pas le cas du tout. L'agriculture se transforme. Tous les dossiers sont regardés avec bienveillance. Nous sommes bien dans la prise de conscience que l'agriculture se transforme; nous collons vraiment à cette réalité là. Nous finançons toutes les formes d'installation et pas seulement celles que l'on pourraient qualifier d'historiques.

Une offre qui prend en compte les aléas

@qui.fr - Justement rappelez-nous les solutions de financement qui sont les vôtres ? Elles ont évolué.... On parle désormais "d'avances sur les dotations aux Jeunes Agriculteurs, de prêts bonifiés spécifiques..."

L.C -  A une époque le Crédit Agricole était le seul à pouvoir distribuer les prêts bonifiés à l'agriculture et, comme il y en avait qui étaient dédiés à l'installation, cela nous conférait un avantage concurrentiel. Depuis 2017, les prêts bonifiés à l'installation n'existent plus. En contrepartie la dotation aux JA a été augmentée; c'est finalement une dotation à l'installation. Cela a conduit le Groupe Crédit Agricole à revoir son offre installation. Au Salon de Agriculture de Paris 2017, le Groupe Crédit Agricole a signé un partenariat avec le syndicat Jeunes Agriculteurs pour lancer une offre qui s'appelle "l'installation by CA". Cette offre a été déclinée dans les 39 caisses de France; elle tient compte de tout le contexte qui a changé. Par exemple, dans l'offre, on peut préfinancer la dotation aux JA. Son montant a augmenté; elle devient une part importante du plan de financement et elle est préfinancée au taux zéro. Elle a été construite pour lutter contre les aléas, c'était vraiment la ligne de conduite de l'offre "Installation by CA". Nous partons du principe que lutter contre les aléas est un facteur clé de succès d'un projet d'installation. Quand on fait un prêt d'installation, il bénéficie automatiquement et gratuitement d'options souplesse. Cela veut dire, qu'à tout moment, le jeune agriculteur peut augmenter ou diminuer le montant de ses remboursements de 50 %, s'il a par exemple un aléa climatique, sanitaire. Par simple mail et gratuitement, il divise par deux la durée de son prêt et il peut le rallonger d'une durée de 5 ans. Cette offre colle à la réalité économique des exploitations. Elle s'adresse aux installations aidées et non aidées. Pour lutter contre les aléas elle contient plusieurs solutions d'assurances qui sont accessibles à des tarifs réduits pour favoriser le système assurentiel. Dans l'offre JA il y a, aussi, l'accompagnement possible du jeune pour monter son site internet, pour vendre ses produits sur internet. Et, nous lui mettons aussi à disposition notre offre monétique pour vente à la ferme, circuit-court.

@qui.fr - Et puis il y a les équipes des caisses décentralisées.

L.C - En effet, il y a aussi la compétence humaine. Sur chaque département des experts sont dédiés à l'installation. Ils se déplacent sur le terrain et nous essayons de faire en sorte qu'ils se déplacent très tôt. En allant à la rencontre des porteurs de projets, très tôt, ils peuvent orienter le projet, l'accompagner pour qu'il soit accepté par tous.

@qui.fr -  A propos du foncier, les jeunes rencontrent souvent une vraie difficulté, compte tenu du niveau des cautions nécessaires pour l'acquisition des terres.

L.C -  Quand on parle installation, on parle souvent de problèmatique du foncier. Au quotidien, c'est rarement le cas. On a un dispositif de portage foncier qu'on n'utilise pas tant que cela. Aujourd'hui, avec les taux bas, on s'aperçoit que payer un fermage revient plus cher que de payer une annuité au Crédit Agricole... Sur du foncier, nous prenons rarement la caution mais une hypothèque, comme garantie, dans la grande majorité des cas. Par contre, sur le reste on va chercher la caution. Et il existe par ailleurs un projet en cours, Finagri. Ce sont des fonds européens; la Région est à la manoeuvre. Le Crédit Agricole veut un fonds de garantie pour éviter de prendre la garantie des parents. Pour que cela marche, il faut que cela soit gratuit pour l'agriculteur. La Région s'apprête à lancer l'appel à projet sur Finagri. Il va y avoir un appel à candidature puisque les banques vont devoir candidater pour pouvoir distribuer cet outil là.

@qui.fr -  Concrètement, quelle est la part de la Caisse régionale dans le financement des projets sur les trois départements de sa présence, Landes, Lot-et-Garonne, Gironde ?

L.C - En 2017, il est passé sur nos trois départements 125 dossiers en CDOA (Commission Départementale d'Orientation de l'Agriculture) ; 93 ont été attribués au Crédit Agricole (75% de part de marché brute) ; 82 % en Lot-et-Garonne; 71 % dans les Landes et 68 % en Gironde. Ce qui explique les chiffres plus bas en Gironde, c'est la partie viticole car, dans ce secteur, c'est beaucoup plus concurrentiel que l'agriculture. Sur l'agriculture nous sommes trois banques. Quand on commence à parler viticulture, nous nous retrouvons souvent à cinq ou six.

Les chiffres de notre engagement sont stables par rapport aux autres années. L'objectif est de rester entre 75 et 80 %. Il y a un projet d'entreprise qui s'appelle Agriculture 2020; il fixe comme objectif d'être environ à 80% de part de marché sur l'agriculture. Cela s'explique car le Crédit Agricole est une banque historique. Les installations sont vraiment une cible prioritaire pour nous; c'est le renouvellement de notre fonds de commerce de demain. Donc on est présent dans les lycées agricoles. Tous les ans, les experts agricoles vont dans les lycées pour expliquer qui ils sont, quel est leur travail.

Le prêt d'honneur à taux zéro abondé

@qui.fr -  Vous abondez aussi les prêts d'honneur décidés par la Région qui, semble-t-il, connaissent un vrai développement...

L.C - Le prêt d'honneur a été mis en place en 2010 par Initiative Périgord. Il a été développé dans la petite Aquitaine et maintenant il est repris dans la Nouvelle-Aquitaine. Il y a des dossiers en cours en Corrèze et en Charente-Maritime. C'est pour les personnes qui ne peuvent pas prétendre aux prêts Jeunes Agriculteurs au sens règlementaire, parce qu'ils ont moins de 40 ans mais pas de diplôme agricole ou plus de 40 ans. C'est plafonné à 20 000 euros, avec possibilité d'aller jusqu'à 7 ans, jusqu'à 9 mois de différé. Tous ceux qui choisissent l'installation, hors cadre familial, peuvent obtenir un prêt d'honneur de la région, jusqu'à 20 000 euros sur sept ans. Dans l'offre "Installation by CA" nous doublons le prêt d'honneur à taux zéro. Il y a des comités prêts d'honneur, tous les mois, auxquels nous assistons. Cela prend vraiment de l'ampleur. Par contre il faut avoir un prêt bancaire au moins du même montant. Le cahier des charges a été revu en 2016, parce qu'avant c'était plafonné à 5 ans et il fallait avoir de l'autofinancement, au moins identique au montant du prêt d'honneur et donc du prêt bancaire.

@qui.fr - A propos du prêt d'honneur, il se développe beaucoup chez les ostréiculteurs.

L.C - Depuis 3 ans, le Crédit Agricole a décidé de se lancer sur la fillière mer. Nous souhaitions prendre un point d'appui fort sur l'ostréiculture où nous avons déjà des parts de marché importantes et nous développer ensuite sur la pêche, le nautisme. Nous traitons 14 ou 15 dossiers ostréicultures par an; 13 en 2017. L'ostréiculture représente 50 % des installations non aidées du département de la Gironde. Ils bénéficient tous du prêt d'honneur car ils ne peuvent accéder au prêt Jeunes Agriculteurs, étant exclus d'office du dispositif des JA depuis le 1er janvier 2016.

 

 

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
26170
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -