18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Les spéciaux d'Aqui


YOLO - Rentrée Universitaire 2017 - Grand Poitiers

Marc Prikazsky: "Mondialisation doit rimer avec régionalisation"

21/05/2017 | Le PDG de Ceva Santé Animale, le laboratoire vétérinaire aux 45 filiales dans le monde, revient sur son partenariat avec le Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine

Marc Prikazky, président de Ceva Santé animale

Ceva Santé Animale partenaire d'Aquitanima: le grand laboratoire vétérinaire français dont le siège est à Libourne et qui poursuit un fort développement à l'international avait tout naturellement vocation à le devenir. En effet, ce grand rendez vous de l'élevage bovin de la nouvelle Aquitaine qui est aussi un moment où se nouent contacts professionnels et affaires offre l'opportunité de nouveaux contacts et de mise en valeur de l'approche d'un laboratoire qui revendique les bonnes pratiques pour préserver la santé animale et humaine. Et qui est engagé dans la préservation des races animales régionales et la biodiversité. Marc Prikazsky président de Ceva le rappelle pour aqui.fr

@qui! : Vous êtes partenaire d'Aquitanima pour la première fois cette année. Pour une entreprise, un laboratoire, dont le développement à l'international ne cesse d'impressionner que recherchez-vous ainsi dans cette région où Ceva est, déjà, une entreprise leader dans la famille des ETI ?

MP: Notre partenariat avec Aquitanima s’inscrit dans une double volonté, d'une part de marquer notre implication et notre rôle dans la vie économique de notre région, d'autre part de rappeler notre savoir-faire dans la santé des animaux d'élevage, notamment les ruminants.
Je suis fier de revendiquer les racines aquitaines de Ceva. Cela fait partie de notre ADN. Mondialisation doit rimer avec régionalisation. C’est en s’insérant dans des écosystèmes diversifiés, qui allient vétérinaires, éleveurs, partenaires industriels et institutionnels, centres de recherche privés et académiques, que nous pourrons innover et nous développer à l’international, tout en vivifiant, par un juste retour, les racines qui nous ont portées.

@!: Outre la brebis pyrénéenne, la Sasi Ardi, honorée par la Fondation du patrimoine et Ceva, d'autres races animales de la grande région peuvent encore revendiquer une reconnaissance et un soutien. Comment comptez-vous les aider sur cette voie?

M.P.: En créant, en 2012, le Prix national pour l’agrobiodiversité animale, nous nous sommes engagés, aux côtés de la Fondation du patrimoine, dans la préservation des races animales régionales menacées en France. Si nous soutenons l’initiative de la Fondation du patrimoine, c’est parce que pensons que le mot agriculture doit se conjuguer au pluriel. Nous avons besoin des formes d’agriculture intensive pour nourrir la planète où près de 800 millions de personnes ne mangent pas leur faim. Tout comme nous avons besoin des formes d’agriculture traditionnelles pour préserver l’équilibre de nos territoires, au plan économique, social et culturel. Elle joue aussi un rôle clef pour entretenir la biodiversité, et sauvegarder le capital génétique des territoires.
J'invite d'ailleurs tous les éleveurs néo-aquitains engagés dans la conservation de races régionales menacées à présenter leur candidature pour la 6e édition de ce prix. En 5 ans, ce concours a permis de mettre en lumière plus de 170 initiatives et de récompenser 16 lauréats qui se sont partagé 115 000 EUR que nous avons versés pour soutenir ces élevages. La Nouvelle-Aquitaine a été mise à l'honneur à plusieurs reprises pour des initiatives de défense de races locales à faibles effectifs, telles la vache béarnaise (1er prix 2015), le porc gascon (2e prix 2015), le poney landais (3e prix 2015), la vache Maraîchine (2e prix 2013) et encore, la Brebis Sasi Ardi (64) qui a obtenu le 1er prix en 2017.

Nous soutenons également depuis plusieurs années, le Conservatoire des Races d'Aquitaine qui agit pour la préservation de races locales, telles le poney landais ou la vache bordelaise. Nous les accompagnons dans la mise en place d’actions de communication auprès du grand public.

La rédaction
La rédaction

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1494
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -