Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Aérocampus les 10 ans

Les spéciaux d'Aqui


Aérocampus les 10 ans

Municipales en Gironde : la métropole en vert et rose

29/06/2020 | Le candidat écologiste Pierre Hurmic a remporté le second tour des municipales à Bordeaux. Il n'est pas le seul : malgré le maintien de Pessac, la métropole bascule à gauche.

Pierre Hurmic

Pierre Hurmic, avec sa liste d'union de la gauche "Bordeaux Respire", est le vainqueur ce dimanche 28 juin du second tour des municipales à Bordeaux avec 46,48% des voix contre 44,12% pour Nicolas Florian et 9,39% pour Philippe Poutou. La capitale girondine Bordeaux s'inscrit donc de facto dans la liste des grandes villes où le vote écologiste a pris le dessus : Michèle Rubirola à Marseille, Grégory Doucet à Lyon, Léonore Moncond'huy à Poitiers ou encore Emmanuel Denis à Tours.

L'avance, a 96 voix d'écart, du premier tour, n'aura donc pas suffi à Nicolas Florian pour remporter la mairie de Bordeaux, tenue par le centre-droit depuis 73 ans. Dans une courte allocution donnée à l'intérieur de la mairie, pendant que l'agitation s'emparait de la foule à l'extérieur du Palais Rohan, le maire sortant a affirmé qu'une "nouvelle page va s'ouvrir pour Bordeaux (...) Je ne baisserai pas les bras, nous siègeront dans un esprit constructif. Nous serons ouverts (...) mais vigilants" a ainsi résumé Nicolas Florian autour de ses colistiers mais assez loin d'un Thomas Cazenave qui avait visiblement pris ses distances, du moins physiquement... "Nous nous efforceront d'être à la hauteur, sans arrogance, des espoirs des bordelaises et bordelais", a notamment affirmé le futur nouveau maire de Bordeaux. Le taux d'abstention, de son côté, est légèrement inférieur à celui du premier tour : 61,67% contre 63,07%. 

La métropole en bascule

Mais la défaite de la droite à Bordeaux n'est pas la seule surprise de ce second tour des municipales, où des surprises ont également eu lieu sur la métropole. À Carbon-Blanc, le maire sortant Alain Turby (43,92%) ne repasse pas face à la liste verte et rose de Patrick Labesse (56,08%). Même chose à Saint-Médard-en-Jalles où le centriste Jacques Mangon (47,54%) se fait ravir la place par Stéphane Delpeyrat (52,46%).

À Mérignac, Bruges et Pessac, la socialiste Brigitte Terraza (56,40%) et les sortants Franck Raynal (divers droite, 50,57%, victoire serrée) et Alain Anziani (64,92%) rempilent pour un nouveau mandat avec des taux d'abstention proches (respectivement 63,83% et 63,39%), tout comme Patrick Pujol (51,76%) à Villenave d'Ornon, Jean-Jacques Puyobrau (62,78%) à Floirac et Clément Rossignol-Puech à Bègles (58,86%).

En revanche, la quadrangulaire d'Ambarès-et-Lagrave a tranché pour la gauche et le successeur de Michel Héritié Nordine Guendez avec 39,08% des suffrages exprimés, mais avec le candidat David Poulain pas loin derrière (31,19%) et une abstention de 64,83%. À Artigues-près-Bordeaux, le chef de file rose et vert Alain Garnier devance de 21 voix la maire sortante de droite, Anne-Lise-Jacquet (43,26%). Malgré le maintien de la droite à Pessac, la majorité de la métropole bordelaise devrait donc basculer en vert et rose : l'alliance PS/GenS/EELV récupèrerait 62 sièges, Communauté d'Avenir (la droite) 38 et LREM quatre. L'élection à la présidence de la métropole, elle, aura lieu le 17 juillet.

Surprises girondines

Sur le reste de la Gironde, on assiste aussi à quelques surprises et basculements. À Salles, le maire sortant Luc Dervillé (37,59%) a été battu par le candidat d'union de la gauche Bruno Bureau (52,98%) avec une abstention plus faible qu'ailleurs : 44,76%. À La Teste-de-Buch, le sortant Jean-Jacques Eroles (divers droite) a été battu par le candidat LR Patrick Davet (44,19%). La liste écologiste, elle, a réuni 17,57% des suffrages. Certaines communes ont réalisé l'exploit d'une égalité parfaite.

C'est le cas, par exemple, de Saint-Sulpice-et-Cameyrac où l'ancienne adjointe Sybil Philippe se fait ravir la place d'un siège par Pierre Cotsas dont c'est la première expérience politique en Gironde (il avait déjà été élu charentais). À Saint-Seurin-sur-L'Isle, en revanche, le plus vieux maire de France Marcel Berthomé (44,12%) ne l'est plus, dépassé de deux points par Éveline Lavaure-Cardona (46,83%). 

À Blaye, en revanche, Denis Baldès (divers gauche) rempile pour un troisième mandat avec une victoire solide (54,38%) face à son adversaire Michel Renaud, ancien élu sous Bernard Madrelle (27,19%), malgré une abstention importante (65,23%). À Pauillac enfin, le conseiller départemental RN Grégoire de Fournas (28,41%), arrivé en seconde position au premier tour, subit une défaite en arrivant troisième face au sortant, Florent Fatin (38,02%). 

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : Clément Bordenave

Partager sur Facebook
Vu par vous
7320
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -