Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Elections municipales 2nd tour

Les spéciaux d'Aqui


Elections municipales 2nd tour

Municipales : vers d'âpres combats en Béarn (Oloron, Mourenx, Pau)

02/03/2020 | Pour les habitants d'Oloron, Mourenx et de Pau, la campagne des municipales ne s'annonce pas de tout repos. Il y aura de la bagarre, mais pas uniquement sur le plan des idées...

Mairie de Pau

Mise à jour le 31/01/2020)Sa prise de parole était attendu avec impatience, à commencer, par certains de ses adversaires... François Bayrou l'a confirmé ce vendredi 31 janvier, il sera candidat à sa succession lors des prochaines municipales. Si en Béarn, le maire de Pau s'est fait attendre, d'autres à l'inverse affichent leurs intentions depuis bien longtemps. Un Béarn où certaines cités, outre sa capitale paloise, s'apprêtent à vivre, sans doute, quelques épiques combats pour la défense ou pour la reconquête parfois un brin fratricide, de mairies perdues ou volontairement délaissées en 2014. A moins, pourquoi pas, que les surprises ne viennent d'ailleurs... Focus sur les forces en présence à Oloron-Sainte-Marie, Mourenx et Pau. Attention : testostérone et virilité garantie...

Pour mémoire en 2014, lors des dernières élections municipales, Pau, Oloron et Mourenx ont vu de nouveaux locataires s'installer dans le bureau du Maire. A Oloron, Hervé Lucbereilh du centre droit, ravissait à 8 voix près la place au socialiste Bernard Uthurry installé là en 2008. A Pau, François Bayrou remportait le siège qu'il avait tant convoité de Martine Lignères-Cassou, face à un David Habib, alors maire sortant... de Mourenx ! Ayant décidé de courir la campagne paloise, après 19 ans de service, c'est alors le candidat Patrice Laurent, adoubé à l'époque par l'édile et le PS qui au sortir des urnes prit sa succession. Trois villes dont les dernières municipales ont croisé, voire parfois renversé leurs destins, et qui en font des « points chauds » des élections à venir en Béarn.

Oloron Sainte-Marie, de la revanche dans l'air

A Oloron Sainte-Marie, la bataille risque d'être particulièrement serrée. Le maire sortant Hervé Lucbéreilh, étiqueté divers droite en 2014 repart au combat sous la même tendance, appuyé notamment par La République En Marche et le Centre, il compte déjà dans sa liste 10 candidats conseillers municipaux adjoints sortants de l'actuelle majorité. Avec à ses côtés aussi, un nouvel appui Jean-Luc Marle, chirurgien, il avance pour l'heure la santé comme LA priorité de ses projets pour un éventuel 3ème mandat (puisque déjà maire entre 2001 et 2008). Mais comme l'on est jamais mieux trahi que par ses alliés, ici certes de circonstance, son premier adjoint et président de la communauté de communes du haut béarn, Didier Lacrampe rallié à lui au second tour en 2014, pourrait bien lui aussi se décider pour monter une liste adverse selon les observateurs locaux, qui soulignent qu'entre les deux hommes le torchon brûle.

Une division encore seulement potentielle qui pourrait faire les affaires de celui qui a porté l'écharpe tricolore oloronaise de 2008 à 2014 : Bernard Uthurry. Le vice président du Conseil régional est ici à la tête de la liste du collectif d'union de gauche, Oloron en commun, composé d'élus de l'opposition mais aussi de nouvelles têtes issues de la société civile locale. Parmi les « points emblématiques » sur lesquels la liste compte détailler ses propositions : l'école, la culture, l'aménagement du territoire et l'environnement et enfin, la place du citoyen.

Mais, s'il y a bien de la revanche dans l'air, une troisième liste veut ici jouer les outsiders : la Liste Citoyenne 2020, conduite par Nathalie Pastor, animatrice dans le milieu associatif oloronais. Une liste autour d'un projet bâti sur 4 piliers : « Démocrate Participative, Urgence Écologique, Justice Sociale, Développement Economique Local ». Une liste soutenue notamment par EELV, élement d'importance dans la bataille actuelle sur le sujet de la pêche au saumon dans le port de Bayonne et ses conséquences sur la plus grande frayère à saumon de France qu'abrite Oloron Sainte-Marie. Et pour l'anecdote, pas si légère, c'est première liste de l'histoire du pays oloronais conduite par une femme et seule liste du genre sur l'ensemble des candidats déclarés à ce jour, dans les 3 villes que nous évoquons ici.

Egos de campagne à Mourenx

Une envie de retour est aussi dans les airs à Mourenx, du côté d'un autre socialiste : David Habib. Après avoir entretenu un suspense tout relatif, tout en s'étant dit prêt à renoncer à son mandat de député de la 3ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques, l'homme a officialisé sa candidature ce jeudi soir 30 janvier, prenant la tête de la liste "Mourenx le changement". "Le choix du terrain, des Béarnais", indique celui qui devra aussi renoncer à la vice-présidence de l'Assemblée nationale s'il est élu, et qui a dans son viseur outre la Mairie, la Présidence de la Communauté de Communes de Lacq Orthez. Si la soirée est venue éclaircir les candidats en présence à Mourenx, elle marque aussi le début officiel des hostilités. Hostilités en réalité déjà bien entamées avec le maire sortant et candidat à sa succession, Patrice Laurent, le candidat PS remplaçant (et victorieux dès le 1er tour) en 2014, quand le même Habib (dont il était l'adjoint) après 19 de mandat en tant que Maire de Mourenx, a voulu tenter la Mairie paloise. Un scrutin qui donnera ainsi l'occasion au passage, pour le député, de tester la susceptibilité des mourenxois et des mourenxoises... même s'ils étaient déjà nombreux hier soir pour la présentation de la liste.
Une campagne qui ne se jouera décidément pas dans la sérénité, la justice étant d'ores et déjà mêlée à l'affaire. Le maire sortant remet en effet en cause les conditions de la désignation de David Habib comme premier socialiste de la ville par la section PS de Mourenx face à sa propre candidature, quand le député candidat demande quant à lui la mise sous tutelle de ladite section par le comité départemental... Ambiance...
Des échos ( ou des ego...?) de campagne qui pourraient peut-être bien profiter à la troisième liste déclarée en course « Alternative pour Mourenx », mouvement citoyen qui s'inscrit dit-il dans la suite logique de la lutte des Gilets Jaunes... Il y aura donc bel et bien du combat à Mourenx, où, outre les bagarres de personnes, les thèmes de campagne autour de l'écologie et du développement économique/industriel pourraient aussi fournir des armes supplémentaires aux candidats de la commune au coeur du bassin industriel de Lacq...

Pau: entrée en campagne tardive

Dans la capitale béarnaise, avec la toute fraîche déclaration de candidature de François Bayrou, ce sont depuis ce 31 janvier, six listes plus ou moins abouties qui ont affiché leur volonté de concourir à l'élection des 15 et 22 mars prochains. Six listes dont trois présentées comme « d’initiative citoyenne ». Quant au maire sortant, qui pour l'instant « n'a parlé de sa liste à personne », pas même à ceux qui pourraient être concernés, dit-il, il a surtout appuyé sa déclaration sur l'équipe de la majorité sortante qui l'a accompagné « en toute confiance » durant son mandat, promettant tout de même du « renouvellement ». Côté argument de campagne, il défendra « un programme réalisé à 96% », sans compter les projets réalisés qui n'étaient pas dans le programme, « ça représente le double des réalisations », assure-t-il. Un bilan donc et quelques ambitions posées comme prioritaires autour « des plus jeunes, et de ceux à qui la vie à imposer des difficultés », sans oublier l'attractivité économique. Quant à la raison de cette déclaration tartive le maire sortant récemment mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics, s'en explique « J'ai attendu parce que le dernier Conseil Municipal et le dernier conseil communautaire ont eu lieu cette semaine. Il fallait finir le travail avant de parler de la ville ».
Une entrée dans la campagne tardive qui, tout en limitant les débats sur un bilan à défendre, a aussi laissé le temps à certaines listes concurrentes de commencer à faire montrer la pression sur la question de rapprochements apparemment pour l'heure impossibles, aucune tête de liste ne voulant a priori céder sa place... Sont ici particulièrement ciblées d'une part le collectif citoyen écologistes « Pau Arc en ciel » initié et désormais mené par le conseiller régional EELV Jean-François Blanco (par ailleurs agacé par la longue position d'attente de F. Bayrou), et d'autre part, le collectif citoyen « Pau rassemblé » dont la liste est quant à elle guidée par Jérôme Marbot, élu de l'opposition et 1er secrétaire fédéral du PS, et sous laquelle se retrouvent 8 organisations, collectifs et partis de gauche. Deux listes de gauche donc, qu'Olivier Dartigolle (PC) un temps proche de Pau Arc-en-ciel a tenté d'inciter à « un rassemblement de toutes les gauches », face à l'éventuelle candidature de François Bayrou. Peine perdue Jean-François Blanco a refusé le deal et la porte ouverte de Pau Rassemblé. Le rassemblement devra repasser, au second tour peut-être...
Sur le plan des projets, quand Pau Arc-en-ciel projette Pau en « Capitale du Climat » ajoutant à cela l'ambition « d'une modernisation démocratique, sociale et économique de la ville », Pau rassemblé pose dans son manifeste quatre piliers à son projet : « environnement, social, économie et démocratie », avec en fil rouge : développement durable, commerces, associations, et solidarité... Autant dire que la comparaison des propositions concrètes sera précieuse pour les électeurs tendance gauche avant de glisser le bulletin dans l'urne.
Troisième liste citoyenne déclarée dans la course paloise : « Pau Citoyenne, sociale et écologique », soutenu par la France Insoumise, qui a placé à sa tête un ancien gendarme, désormais Gilet Jaune, Patrice Bartolomeo. Le slogan sous la dénomination de la liste « Prenez le pouvoir !».
Quatrième tête de liste de cette élection à venir : « Pau le renouveau » avec à sa tête Joseph Damour, délégué départemental de Débout la France. Quant au Rassemblement National - une liste est également en préparation selon le délégué départemental François Verrière - il a également fait part de la volonté du parti de faire de Pau, « une cible privilégiée ».

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Google street view

Partager sur Facebook
Vu par vous
4721
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Spécial
Spécial
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



- Publicité -